Quand ce n’est pas la Deutsche Bank, c’est la BMPS.

Rédigé le 6 octobre 2016 par | Actions, Big caps, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

La banque Monte Peschi di Sienna (BMPS) vient d’inscrire un nouveau plancher historique, sous les 0,17€.

Les investisseurs étaient pourtant priés de croire que la banque était sauvée – ou sur le point de l’être – à l’approche du référendum constitutionnel du 4 décembre.

Pour résumer la situation, depuis que la cession d’une partie des actifs toxiques (qui représentent un tiers de la dette totale, ce qui représente 400% des fonds propres) a été annoncée début août (braderie ou transfert de 27 Mds€ de créances pourries), il s’est écoulé 60 jours (45 séances), et le titre a perdu 45%.

Au cours des 30 derniers jours, le titre perd exactement 30%… alors, petite « règle de 3 ». A ce rythme, que vaudra BMPS le 4 décembre, puis à Noël ?

Ou autre façon de voir le problème : au rythme actuel, combien lui faudra-t-il de séances pour atteindre 0,1€ ? C’est-à-dire un cours de faillite avérée ?

Et de quelle amende BMPS va t’elle écoper pour la falsification de ses comptes en 2008 avec la complicité de… Deutsche Bank (autre vedette de l’actualité bancaire ?).

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire