Mon troisième indicateur : le ratio Put/call pour savoir qui de l’ours ou du taureau pèse le plus lourd

Rédigé le 11 octobre 2010 par | Autres indices Imprimer

Par Sébastien Duhamel, responsable analyste de Levier7, un service de trading ultra-réactif sur les produits dérivés

Après avoir passé en revu le pourcentage d’actions au-dessus de leur moyenne mobile à 50 jours et le VIX, passons enfin au dernier indicateur qui vous aidera à détecter dans quel mouvement nous sommes, et si nous sommes dans un excès de marché ou pas : le ratio put/call sur le S&P500.

Qui est le plus fort ?
Cet indicateur bien connu des amateurs d’options, turbos, et autres produits dérivés nous donne l’état des « forces en présence » entre les détenteurs de puts et de calls.

Aujourd’hui, le nombre de calls traités sur le marché est légèrement supérieur, comme on le voit sur notre graphique ci-dessous. Ce qui va également nous intéresser, ce sont les situations d’excès, avec un pessimisme excessif si le Put/call ratio est supérieur à 1.1, voire 1.2, et un optimisme excessif s’il est inférieur à 0.85.

Graphique du S&P500

Par exemple, ces derniers mois, on remarque que le plus bas du ratio à un peu plus de 0.80 s’est fait quasiment au même moment que le plus haut du S&P en avril à 1219 points, tandis que le plus haut du put/call ratio à près de 1.25 s’est fait en juin, donc quelques jours avant les plus bas de l’indice américain, nous indiquant alors clairement une situation d’excès à la baisse à court terme.

Quelle est la situation aujourd’hui ?
A ce jour, comme vous le voyez sur le graphique, le put/call ratio ne nous indique pas de situation d’excès malgré la progression de ces dernières semaines sur le S&P 500. Il confirme donc l’analyse des deux autres indicateurs de sentiment. Le put/call ratio reste ainsi proche de son niveau moyen légèrement en-dessous de 1, ce qui reste plutôt sain pour l’instant.

Par contre, si nous avons une accélération à la hausse pour aller tester prochainement les zones de résistance proche des plus hauts de l’année sur les indices américains, il sera alors très intéressants de suivre ces indicateurs, car nous pourrions alors avoir une situation d’excès à court terme.

Mais comme tout indicateur, ils ne doivent pas être utilisés seuls. Ainsi, je les utilise en complément de l’analyse technique classique et de l’étude des corrélations inter-marchés pour sélectionner des opportunités sur turbos : car là, si le gain est rapide, la moindre erreur peut faire mal !

(PS : en vous rendant sur le site www.levier7.fr vous pourrez voir une de mes analyses en video)

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire