De l’intérêt du put/call ratio et du VIX

Rédigé le 12 mars 2009 par | Apprendre la Bourse, VIX Imprimer

Au cours de périodes de tensions importantes sur les marchés financiers, à la hausse comme à la baisse, les indicateurs de sentiments comme le put/call ratio et le VIX sont très utiles.

Malheureusement peu utilisés par le grand public, ces deux indicateurs bien connus des professionnels, en particulier des intervenants sur les produits dérivés, indiquent en effet le niveau d’optimisme ou de pessimisme du marché.

Ainsi, toute tension extrême sur les marchés est-elle souvent synonyme d’un point d’un point bas ou d’un point haut. Or, vous l’avez constaté, la tension est justement proche des extrêmes ces derniers jours sur les indices boursiers du monde entier.

◊ Mais revenons-en à nos deux indicateurs de sentiments Le VIX, dont je vous ai déjà parlé dans ces colonnes, est l’indice de volatilité du S&P 500.

Il est particulièrement utile dans un marché baissier comme celui que nous vivons depuis maintenant deux ans. En effet, au cours des vagues de baisse, le pessimisme ambiant augmente fortement, les opérateurs sont plus tendus, et cela se traduit par une augmentation de la volatilité sur les marchés, jusqu’à atteindre parfois des périodes de panique comme nous en avons eu en octobre/novembre derniers, lors de séance dite de « capitulation », où les opérateurs se sont débarrassé de leurs actions sans distinction, et sans sélectivité ni de secteur ni de données fondamentales.

Dès lors, chaque pic sur le VIX se traduit par un point bas sur le S&P 500 (et donc sur nos indices européens la plupart du temps également).

Graphique du SP 500

Le graphique ci-dessus est particulièrement parlant, illustrant bien le phénomène lors des points bas des mois d’octobre et novembre 2008, où la volatilité a atteint des niveaux historiquement élevés de plus de 80% !

Quand on sait que la volatilité, en « temps normal », oscille plutôt entre 20 et 40, on comprend que les pics de l’année dernière correspondaient à un état de stress du marché jamais vu jusqu’alors. (Peut-être en 1929 en étions-nous proches, mais l’indicateur n’existait pas à l’époque.)

Depuis, sur la plupart des marchés, ces derniers jours, de nouveaux points bas ont été inscrits par rapport à ceux de l’année dernière, voire même par rapport à des niveaux historiques (comme sur le Nikkei à 7 021 points), notamment sur le S&P, le CAC ou le Dax, alors que la volatilité est revenue à des niveaux plus raisonnables entre 40 et 60.

Mais on notera que l’indicateur est toujours aussi intéressant, puisque le point bas sur le VIX proche des 40 début janvier correspond à un point haut sur les indices, et le pic proche des 60 fin janvier au point bas de janvier.

On notera enfin sur cet indicateur que nous arrivons actuellement à des niveaux proches du top de janvier sur le VIX, juste en dessous des 60. Avec cet élément, nous pouvions donc anticiper le rebond de ce début de semaine.

Toutefois, cela ne sera qu’un rebond, sauf si le VIX cassait nettement la zone des 40% (et les prix, les tops de janvier).

◊ Comment utiliser le put/call ratio Le put/call ratio, quant à lui, représente le rapport entre le volume de put, ou option de vente, échangés sur une période donnée, et le volume de calls, option d’achat.

Ainsi, quand il dépasse le niveau de 1, il signifie que les opérateurs sont particulièrement baissiers, puisqu’ils échangent plus de puts que de calls. Sachant que « naturellement », les intervenants ont tendance à acheter plus de calls, et à avoir des anticipations optimistes, un ratio supérieur à 1 est assez rare.

Il s’utilise de manière similaire au VIX, les tops sur l’indicateur correspondant à des points bas de marchés.

Ainsi, en prenant cet indicateur sur le CAC 40, on remarque que le pic à plus de 1 coïncide avec le point bas de novembre dernier, et celui de fin janvier avec un top à 0,95 sur l’indicateur.

Graphique du CAC 40

Il confirme donc mon idée selon laquelle un test de la zone entre 0,85 et 0,95 a marqué une dernière poussée baissière à court terme, et un point bas sur les marchés à court terme. (J’insiste sur la notion de court terme.)

Pour conclure, ces indicateurs, comme vous le voyez, méritent donc que l’on y jette un coup d’oeil de temps en temps, en particulier lors de forts mouvements de marchés. En ce moment, vous avez de nombreuses occasions de vous entraîner et de confronter la théorie à la pratique !

[Ndlr : les warrants sont les produits dérivés qui vous permettent justement de jouer sur la volatilité des actions ou des indices. Plus la volatilité, donc la variation de cours d’une action, est grande… plus le warrant démultiplie les performances ! Continuez votre lecture pour en profiter…]

Mots clé : - - - - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

2 commentaires pour “De l’intérêt du put/call ratio et du VIX”

  1. 1/ Ca ne veut pas dire grand chose  » call = option d’achat, put = option de vente.
    En fait c’est tout le contraire qu’il faudrait ecrire:
    – On vend un put lorsque le sentiment est HAUSSIER!
    -On achete un put lorsque le sntiment est BAISSIER. !
    -Et le contraire pour des calls
    Donc vous expliquez mal ,et on ne comprend plus comment lire le ratio call/put
    2/ VIX en forte baisse:
    le CAC40 est passe de 4050 a 3550 puis a 3920 , tout ca en un mois ou un peu plus.Faible volatilite??
    Salutations,
    Un lecteur curieux

  2. Bonjour Monsieur,

    Un call est bien une option d’achat et un put une option de vente. C’est simplement leur définition. Quant au ratio put/call, il est clairement expliqué, exemple à l’appui, dans cet article écrit il y a un an qui montre que nous étions proche de 1, donc d’un extrême négatif sur les marchés, autrement dit d’un point bas à court terme, ce qui fut le cas.
    Quant au VIX en forte baisse actuellement, il signifie que nous pourrions être sur un point haut à court terme, comme expliqué dans mon dernier article.

    Bonne journée,

    Sébastien Duhamel

Laissez un commentaire