Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Pullback de 50 points du CAC40 : négligeable ou révélateur ?

Rédigé le 25 juillet 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Le CAC40 reperd 50 points sur ses plus hauts du jour (entre 4 420 et 4 370). Il nous avait plutôt habitué au scénario inverse depuis le Brexit, grimpant facilement de +1% et plus sans raison probante et ne consolidant qu’à contrecœur.

Le pullback de 50 points du CAC40… négligeable ou révélateur ?

Cela faisait plusieurs jours que les indices boursiers enchaînaient les hausses et les records absolus outre-Atlantique, les opérateurs se moquant éperdument de la glissade du pétrole… Au contraire, cela redonne du pouvoir d’achat aux ménages. Y compris de la cassure du support des 44,6$ sur le NYMEX.

Le WTI a largement confirmé la cassure des 44,6$ sans que Wall Street ne bronche, mais voilà que le secteur se met à peser sur la tendance (le pétrole affiche un recul de -2% environ, à 43,15$ sur le NYMEX).

L’impact mécanique des pétrolières est incontestable. Le CAC40 subit le recul de Total -2%, Technip -3%, et Vallourec (lanterne rouge du SBF120) chute de -5,5%.

Mais s’agit-il d’un coup d’arrêt ponctuel à la hausse ou le repli du pétrole ne nous dit-il pas quelque chose de plus fondamental sur la trajectoire de la croissance américaine, et mondiale ?

Quelque chose que les banques centrales sont sensées nous faire oublier à coup de fausse monnaie ?

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire