Pouvons-nous attendre une hausse de 7 semaines ?

Rédigé le 6 novembre 2008 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Les marchés financiers ont connu, lors les séances précédentes, une nette amélioration. Le rebond des indices boursiers, juste avant l’élection présidentielle américaine, laissait probablement entrevoir la victoire des démocrates. A présent que Barack Obama est élu, va-t-on assister à un retour de la tendance baissière ? Ou aura-t-on droit à une simple consolidation technique, c’est-à-dire à quelques prises de bénéfices avant une poursuite du rebond ?

Cette deuxième hypothèse est le scénario que je privilégie. C’est ce que nous souhaitons tous, n’est-ce pas ? Que l’enthousiasme et la hausse reprennent le pas sur la déprime, que la confiance s’installe à nouveau et que la crise financière et économique soit définitivement derrière nous. Ces derniers mois ont été rudes pour les investisseurs. La capitulation des marchés ces dernières semaines, dans une ambiance de krach, a profondément entamé leur confiance.

Depuis un an, les marchés sont baissiers, et toutes les tentatives de reprise ont été suivies par une nouvelle dégringolade. Alors, comment croire de nouveau à une reprise durable des marchés d’ici la fin d’année, voire à plus long terme ?

Pour se forger une conviction rationnelle, essayons d’analyser les différents éléments qui peuvent jouer en faveur de la hausse des marchés au cours des sept prochaines semaines.

Dans la sphère boursière, la confiance précède toujours la réalité (économique)

Le premier élément, et nous ne pouvons l’ignorer, est incontestablement l’arrivée à la Maison Blanche d’une nouvelle équipe dirigeante sur laquelle les milieux financiers et économiques fondent à présent tous leurs espoirs. La participation historique à cette élection donne une forte légitimité au nouveau Président américain. Il aura sans doute les coudés franches pour gérer la crise. Le sentiment d’optimisme et d’espoir, la période de grâce dont semble bénéficier tout nouveau président devrait entretenir la confiance des investisseurs.

Ce qui devrait se traduire par un maintien, voire une poursuite, du rebond actuel ; au moins pour quelques semaines de plus. Tout est affaire de confiance : il faut y croire avant que le principe de réalité vienne confirmer, ou non, les anticipations et les attentes du marché.

Les traditionnelles dépenses de fin d’année, entre Halloween, Noël et la Saint-Sylveste

Avec l’arrivée des fêtes de fin d’année, qui commencent réellement avec Halloween pour se terminer à la Saint-Sylvestre, nous entrons dans une période de grandes dépenses. Les dépenses des ménages sur cette période viennent significativement soutenir l’activité et profitent à la croissance du T4. Si, en cette période de récession, on peut s’attendre à plus de retenue de la part des consommateurs, la période devrait néanmoins créer un surplus de dépenses par rapport aux trimestres précédents.

La fête d’Halloween est de plus en plus internationale. C’est la première occasion pour les parents de desserrer les cordons de la bourse pour faire plaisir à leur progéniture lorsqu’arrive la période des fêtes.

Le Père Noël fait toujours vendre. La hotte du Père Noël sera probablement moins remplie cette année. La baisse du pouvoir d’achat et la récession frappent aussi l’homme en rouge et à la barbe blanche. Néanmoins, il a promis aux plus petits qu’il viendra, comme toutes les autres années. Je crois qu’on peut lui faire confiance. Si Halloween concerne uniquement les enfants, Noël est une occasion pour les petits comme les plus grands de faire la fête et de dépenser un peu plus.

La Saint Sylvestre n’est pas en reste quand il s’agit de faire la fête et de consommer. Bien souvent, cette période de dépenses se prolonge avec les traditionnels soldes du mois de janvier.

Voilà donc une période tout à fait intéressante pour l’activité économique lorsqu’on sait que la consommation des ménages représente deux tiers du PIB aux Etats-Unis et près de 50% du PIB en Zone Euro. Nous pouvons donc nourrir l’espoir que cette fin d’année sera le déclencheur d’une relance de l’activité économique dans son ensemble, grâce aux dépenses de consommation.

Le Window dressing, ou l’habillage des bilans

Voilà un dernier élément, plus technique toutefois, mais qui peut favoriser un maintien, voire une poursuite du rebond actuel. « Le Window dressing est une manière plus convenable de présenter un bilan à leurs clients, que les gérants utilisent. Ils réalisent un certain nombre d’opérations, telles que les cessions des titres qui ont une performance médiocre ou inférieure au marché. Cette cession sera couplée à un achat des titres qui ont superformé le marché et qui sont déjà détenus en portefeuille. Il s’agit d’un habillage purement comptable. Il est plus agréable, pour un futur investisseur, de voir un portefeuille composé de valeurs qui ont superformé l’indice plutôt qu’un ensemble de valeurs aux performances plus hétérogènes. »

Voilà donc un ensemble d’éléments qui pourrait permettre au marché de rester bien orienté, au moins encore quelques semaines.

Un rebond sur des plus-bas

D’un point de vue graphique enfin, beaucoup de valeurs ont rebondi depuis une semaine. Deux tiers des valeurs ont par ailleurs inscrit leur plus-bas annuel.

Sur le rebond, des gaps haussiers ont été ouverts et font office de point d’appui contre une nouvelle baisse des cours. En effet, les gaps ouverts ces derniers jours s’apparentent à des gaps de retournement haussier ou « Breakaway Gap« . Ils marquent un changement dans la tendance à court terme pour beaucoup de valeurs.

Tout retour des cours sur ces trous de cotation devrait en principe relancer les flux acheteurs. Parmi les valeurs qui ont rebondi, certaines sont parvenues à dépasser des seuils très résistants, et offrent également un solide soutien aux cours. Là encore, tout retour des cours au-dessus de ces forts supports devrait relancer les flux acheteurs. Voici un exemple, Lagardère, qui nous permettrait de jouer une poursuite de la hausse à court terme.

Lagardère, le mouvement de hausse est loin d’être épuisé

Depuis le rebond de la fin octobre, le titre a franchi sans coup férir la forte résistance à 30 euros (à présent fort support). Aucune consolidation (pause technique) n’est intervenue depuis. C’est un signe de force, qui montre que le flux acheteur est particulièrement vigoureux.

Lagardère

Techniquement, bien que les cours continuent de progresser, le titre est suracheté. Une consolidation interviendra à court terme, avant le ralliement du premier objectif à 39.40 euros. Tout retour du titre dans la zone de prix compris entre 30 et 32.20 euros serait une opportunité d’achat, pour ratio Risk/Reward optimal.

Donc vous pouvez soit jouer la valeur directement soit, comme je préfère le faire, vous positionner sur un call warrant adapté. De mon côté, que ce soit à la hausse ou à la baisse, je continue de détecter ce genre d’opportunités et de les jouer sur des produits dérivés, qui me donnent un effet de levier plus important, pour une mise de départ minime. [N.D.L.R. : et si vous souhaitez vous aussi adopter une stratégie plus offensive et vous positionner sur des warrants, voyez ce que Mathieu vous conseille de faire…]

Bons trades !

Mots clé : - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Laissez un commentaire