Pourvu que ça tienne jusqu’à vendredi !

Rédigé le 17 mars 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Je ne vais pas redire ce que je viens d’enregistrer en vidéo. Nous allons à présent analyser un peu les conséquences de la déroute de la Fed. Car il s’agit bien d’une déroute complète.

Déroute de la Fed

Car si Janet Yellen perd encore un peu plus le contrôle, les spéculateurs qui se sont rués sur les dettes high yield jeudi dernier, dans le sillage des injections no limit de la BCE, couperont massivement leurs positions.

Seuls les tous premiers à s’enfuir par les issues de secours sauveront leur mise, les autres verront s’évanouir la liquidité avec la même soudaineté que début février.

S’agissant des actions, les volumes se sont évaporés depuis le rallye haussier des indices européens du 10 mars dernier.

Depuis, la véritable partie se joue loin des regards des non initiés, sur le terrain de la volatilité, sur les dérivés du VIX (S&P) et du V-Stoxx (Euro-Stoxx). Le jeu consiste à écraser la volatilité par tous les moyens afin de susciter la résurgence d’un flux acheteur (quasiment automatisé : c’est programmé dans les algos des gestions quantitatives) dans la perspective de la séance des « Quatre sorcières » de ce vendredi 18 mars.

Autrement dit, ces prochaines heures sont placées sous le signe d’opérations complexes pouvant occasionner une hausse artificielle de la Bourse. Que les cours du WTI débordent ou non les 39$, que les taux longs re-franchissent ou non les 2% aux Etats-Unis n’y changeront rien.

Le cas le plus fréquent de ces derniers mois fut une appréciation – ou une correction – simultanée de tous les actifs financiarisés (actions, bons du Trésor, high yield, or/argent/platine, etc.).

Un tel scénario n’a strictement aucun sens économique. Il ne peut s’interpréter que comme une manifestation très primaire de la mécanique des flux, de basculements successifs et aléatoires du mode risk on au mode risk off, avec une radicalisation des écarts dans un contexte de volatilisation de la liquidité.

Conclusion

En cas de retour du risk off, tenez-vous à l’écart des valeurs parapétrolières, des valeurs bancaires (qui les financent), des matériaux de construction (pas de nouveaux programmes immobiliers si les banques redeviennent frileuses) et, dans tous les cas de figure, des valeurs automobiles. En effet,nous sommes en pleine bulle depuis déjà quelques mois en Europe.

Mots clé : - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire