Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Pourquoi Zodiac ne chute-t-il pas après son profit warning ?

Rédigé le 6 septembre 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Si j’avais un fonds activiste, j’exercerais de fortes pressions sur l’actionnariat de Zodiac Aerospace (FR0000125684) pour changer la direction du groupe qui ne cesse de revoir ses prévisions à la baisse. En réalité, c’est en mars 2015, il y a quasiment 18 mois, que j’ai commencé à vous parler des déboires du groupe, date de son premier profit warning. Je vous préconisais la plus grande méfiance. Puis en juin 2015, deuxième profit warning. Depuis, les mauvaises nouvelles se sont enchainées et rien ne va plus.

En mars dernier, que ce soit dans ces lignes ou sur BFM-Business, j’indiquais déjà que la société devait s’interroger sur sa communication et sur son management : elle en était à son cinquième profits warning ! J’allais même jusqu’à réfléchir à une hypothèse de rachat tellement le groupe allait mal.

Zodiac

Avouez qu’il est permis de s’interroger sur l’utilité de donner des prévisions financières. Pourquoi la direction se hasarde-t-elle encore à émettre des prévisions chiffrées ? Elles ne sont jamais respectées, ne font que créer des déceptions et décrédibilisent la direction et les efforts du groupe.

Alors je sais que la communauté financière demande toujours plus de précisions et qu’il faut lui plaire. Mais mon avis est qu’il ne serait finalement pas mal vu d’expliquer que la direction ne donnera plus de prévisions chiffrées tant que la situation ne sera pas redressée et que les investisseurs devront se contenter de la réalité des résultats publiés. Cela réduira sûrement la volatilité du titre.

Eh bien Zodiac a pourtant continué sur sa lancée et vient d’annoncer un nouvel avertissement.

L’équipementier aéronautique a indiqué que son résultat opérationnel courant pour 2015-16 sera inférieur au consensus de l’ordre de 10% (302 M€ prévus initialement). Une révision à la baisse due à des provisions plus élevées que prévues suite au règlement de certains litiges, mais aussi par une activité moins forte qu’attendue dans les activités Systèmes.

En attendant la publication de ces fameux résultats annuels le 22 novembre prochain, le groupe tente de rassurer en indiquant que fin 2017 les branches Seats et Cabin, qui sont à l’origine de bien des déboires, retrouveront leur performance opérationnelle normale. Admettons ; nous verrons bien.

Pourtant, cette fois, le profit warning de Zodiac n’a pas provoqué de chute du titre. Après une ouverture en forte baisse, l’action a finalement clôturé en hausse de 3% ! C’est assez surprenant, mais peut s’expliquer par 1). La lassitude et 2). Le fait que les investisseurs se commencent réellement à anticiper une vente du groupe.

En juin dernier, la rumeur disait Safran était intéressé par le groupe autour de 30/35 € par titre… Bien sûr, il n’y a eu aucune conformation… Mais plus la société continuera à patiner dans sa communication et plus des industriels ou des fonds de private equity seront en embuscade pour mettre la main sur une société… et plus le titre chutera, moins ils auront à débourser.

(Ndlr : ne pas faire d’erreur dans vos achats de titres et savoir comment avoir le meilleur portefeuille possible n’est pas inné ! Cela demande du travail, de la recherche et de l’analyse… ou bien de faire appel à un spécialiste qui fait le travail pour vous ! C’est la seule solution pour dégager des revenus réguliers sur les marchés et arriver à vous constituer une retraite de ministre… sans travailler !)

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire