Pour la BCE, le retour de l’inflation est une question de temps

Rédigé le 10 mars 2016 par | Analyses indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Mario Draghi avoue que l’impact de la planche à billet (mise en route le 9 mars 2015, il y a déjà un an et un jour) n’est pas visible et qu’il faudra probablement attendre jusqu’en 2018/2019 pour se rapprocher de l’objectif d’inflation de 2%.

Selon la BCE, le retour de l’inflation, c’est comme pour le refroidissement du canon : ça prend un certain temps !

Pressé de s’expliquer sur une stratégie qui ne fonctionne pas depuis plus de deux décennies au Japon, Mario Draghi prétend que, sans cela, la déflation aurait été catastrophique en Europe. Argument risible, puisque, si la BCE était aussi certaine que la situation allait effectivement se dégrader aussi sévèrement, pourquoi n’a-t-elle pas agi avant (au mois de janvier dernier) ?

A la question « Est-on déjà en déflation ? », Mario Draghi répond clairement « non ».

Mais alors, pourquoi prétendre, deux minutes auparavant, que les enfers déflationnistes se déchaînent déjà sur la Zone euro ? Et puisque cela provient de la chute des matières premières, qu’est-ce que les taux négatifs peuvent y changer, sinon confirmer que les anticipations de la BCE sont bien déflationnistes ?

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire