Les points communs entre le trading et le poker

Rédigé le 9 octobre 2018 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Jetons de poker et pièces de monnaieLe week-end dernier, j’ai redécouvert les joies du poker. Entre les enfants, et les projets personnels et professionnels, cela faisait près de deux ans que je n’avais pas rejoué…

Ce fut surtout pour moi l’occasion de « revenir aux sources » et à certaines « règles de base » qui m’ont été profitables avant mes 30 ans (à l’occasion de quelques tournois en cash games dans des casinos comme ceux de Deauville et de Forges-les-Eaux).

Je m’égare un peu, mais les parties de ce week-end m’ont fait prendre conscience que le poker et le trading n’étaient somme toute pas si éloignés que cela sous certains aspects. Mais attention, loin de moi l’idée de vous dire que la Bourse est comme le poker !

La notion de hasard inhérente au poker n’est en effet pas comparable avec celle d’investissement à moyen terme. Si certaines hypothèses macroéconomiques et microéconomiques se vérifient à cette échéance de moyen terme, tenter de prévoir où se situera le CAC40 dans 12 mois peut se concevoir. Pour autant, plus on descend sur l’horizon de temps pour aller vers le court terme, voire l’intraday, plus l’exercice de prévision est délicat.

Or, dans le trading à court terme, et en l’occurrence comme au poker donc, il faut nécessairement avoir l’humilité de prendre en compte ce facteur aléatoire. Sauf à avoir une boule de cristal, impossible de connaître à l’avance les cartes que vous allez avoir en main ou celles qui vont sortir sur le tapis. En Bourse, c’est à peu près pareil : personne ne peut vous dire avec une certitude absolue où sera le CAC demain par exemple.

Outre ce facteur aléatoire, trading et poker se rejoignent sur l’aspect psychologique. Comme quand le marché se montre hésitant ou ne va dans le sens que vous attendez, il faut savoir peser le pour et le contre et jauger s’il est préférable « de vous coucher » (c’est-à-dire de passer son tour, dans le jargon du poker) ou si, au contraire, cela vaut le coup de persévérer.

Bien jouer les bonnes mains

Des mains échangent des jetons de poker contre de l'argentEnsuite, comme en Bourse, pour pouvoir gagner dans la durée au poker, l’important est surtout de bien jouer les « bonnes mains ». Concrètement, il faut savoir faire le dos rond quand la chance n’est pas avec vous et que vous avez des tirages défavorables. A l’inverse, il faut savoir prendre plus de risques lorsque vous avez des mains et tirages à plus forte probabilité de réussite.

Faire « tapis » (c’est-à-dire miser l’intégralité de son argent sur un seul coup) quand vous avez un carré de roi est ainsi statistiquement plus rentable que quand vous avez un 2 et un 8 dépareillés et que vous espérez des cartes salutaires. En Bourse également, il faut savoir prendre des risques en fonction de vos convictions et des probabilités objectives de réussite.

Si j’évoque ce rapport avec le poker, c’est parce que les dernières évolutions des marchés ne sont pas pour me déplaire, alors que j’avais pris le parti un peu risqué de faire une sorte de « all-in » (« tapis » dans le jargon du poker) sur la baisse des marchés en fin de semaine dernière. C’est suffisamment rare pour le souligner mais, dans la logique de mes propos de jeudi dernier, j’ai simultanément pris position à la baisse sur le Dow Jones, le S&P500, le Nasdaq et le DAX. Quatre puts sur indices en simultané, cela ne m’était même jamais arrivé !

Mais ma conviction était forte, comme je le sous-entendais fortement le mois dernier dans plusieurs articles consacrés au Nasdaq, au présage d’Hindenburg et plus récemment à l’obligataire américain. En fait, je dirais a posteriori que l’ensemble était trop cohérent et convergent pour ne pas y aller.

Bilan des courses ? Après nos deux gains encaissés sur le CAC et l’euro-dollar en fin de semaine dernière, nous avons réalisé quatre prise de bénéfices partiels dans la baisse d’hier. Avec un gain cumulé de 60%, ce n’est pas négligeable, surtout dans un laps de temps aussi court.

Et maintenant ? Si avec un CAC déjà revenu sous les 5 300 points et un DAX sous les 12 000 points je pense qu’un rebond technique guette, je conserve malgré tout bien au chaud le solde de nos puts. Pour la bonne raison que je pense toujours que la baisse est loin d’être terminée à moyen terme…

Mon analyse trimestrielle du CAC et du DAX

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

Mots clé : - - -

Laissez un commentaire