Point trimestriel sur le CAC – Quelles stratégies appliquer ?

Rédigé le 18 juillet 2016 par | Analyses indices, Cac 40, Indices, sociétés et marchés Imprimer

Ce dernier point trimestriel sur les indices concernera le CAC. Il fait suite, et met un terme, aux analyses récemment mises à votre disposition au sujet des indices américains, de l’Euro Stoxx 50 et du DAX. Ce dernier a fait l’objet d’une attention singulière, ayant une configuration particulièrement claire.

On parle bien d’analyse et non de plan de trade. L’objectif n’est pas de prendre des positions immédiates, à cause du manque de visibilité, ni de cibler un signal technique à valider avant de prendre position.

Dans ce cas, en effet, même en cas de signal rapide (validé lors des trois ou quatre bougies suivantes), le délai serait d’au moins trois mois. Ce serait, vous en conviendrez, bien inutile.

Ici, l’objectif est de cibler les gros niveaux d’intervention, de se situer dans l’environnement des indices, leur dynamique et de sentir la température pour adapter ses stratégies dans les mois à venir.

Vue trimestrielle du CAC

CAC40 vue trimestrielle

CAC40 vue trimestrielle : cliquez pour agrandir

La vue trimestrielle du CAC (graphe ci-dessus) n’a qu’un seul intérêt, mais un intérêt de taille. LE message principal qu’elle nous livre est :

Lors des trois dernières bougies trimestrielles (la dernière ayant évidemment tout juste débuté), les prix ont testé cette zone. Par trois fois le support a tenu bon. Si le support résiste, il ne cause, par contre, pas de rebond. C’est le signe d’une faiblesse des acheteurs.

Au niveau technique, le signal (flèches rouges) de l’indicateur d’inertie (Stochastique Momentum Index ou SMI), qui était intervenu lors du contact de la résistance (double segment oblique rouge), est toujours en cours de développement (flèches bleues). Il lui reste encore un potentiel théorique non négligeable avant d’aller rejoindre les zones de survente.

Un point sur les volumes me semble intéressant…

… ou plutôt sur leur comportement. Regardez l’inversion des volumes lors du dernier « top » sur les volumes (flèches orange). Comparez celui-ci aux deux précédents « tops » (chapeaux orange), ou après une montée en puissance des volumes. Une inversion s’est produite également.

Eh bien, vous venez de trouver deux configurations similaires, correspondant aux crises de 2000 et 2008 (renversement des volumes et signal SMI).

Deux grosses différences, cependant, avec les conditions actuelles :

  1. Avant le début des krachs de 2000 et 2008, lors du basculement des prix, ces derniers se trouvaient très distants du support des 4 000 points. Actuellement, ils sont pratiquement à son contact et ce dernier joue (jusqu’ici) le rôle de filet de sécurité. 2. En 2000 et 2008, les banques centrales ne faussaient pas encore les marchés en le soutenant à toute force avec leurs politiques monétaires « accommodantes ». Ce dernier point est essentiel.

Dans ces conditions, si les banques centrales continuent à arroser le marché, et à moins d’un nouveau black swan entraînant un risque systémique (banques Italiennes, Deutsche Bank…), les indices devraient continuer à léviter.

Vue mensuelle du CAC

CAC 40 vue mensuelle

CAC 40 vue mensuelle : cliquez pour agrandir

La vue mensuelle (graphe ci-dessus) permet d’affiner les niveaux clés :

Le CAC se trouve actuellement coincé entre ces deux niveaux. Il y joue une partie de ping pong depuis que la tendance haussière (canal vert) a été cassée.

Moralité

Il n’y a plus de tendance à exploiter tant que le CAC se situe entre les deux bornes du range. Entre ces deux niveaux (« R » et « S »), l’amplitude est d’environ 12%.

De ces simples observations, retenons en clair et en décodé :

On privilégiera des trades rapides et pas trop ambitieux. Le tout en optant pour une rotation rapide des positions.

Pour illustrer ces propos, la stratégie de rotation rapide et d’objectif modeste peut être comparée à des stratégies produit ou de gestion du capital d’une d’entreprise. Pour dégager des marges, vous avez le choix entre :

  1. Vendre beaucoup de produits à prix faible, donc dégageant in fine de faibles marges. On fait tourner le capital (et les stocks) le plus vite possible. Le volume de vente compense le faible bénéfice de chaque transaction. C’est ce qui correspond à la stratégie de range.

Ou

  1. Par opposition, vendre peu de produits, mais les vendre sur un positionnement de prix élevé : vendre cher, donc avec de fortes marges. Ce qui correspond à une stratégie de suivi de tendance, que l’on pouvait appliquer tant que le canal haussier était valide. Pas beaucoup de prises de positions, mais alors, on vise des objectifs conséquents et lointains.

Une dernière petite remarque : une Epaule/Tête/Epaule potentielle est en train de se dessiner (segments orange dans l’encart en haut à droite du graphe mensuel). Sa ligne d’eau passe justement par la zone des 4 100 points.

En cas de validation, nous pourrions attendre une belle impulsion baissière, sans doute avec pour premier objectif rapide un retour sur la zone 3 600 points (segment horizontal bleu). Mes plans de trade seraient calqués non sur des stratégies de range, mais sur des stratégies de cassure (break out) ou d’accélération.

Voyez-vous, c’est ce que je trouve de passionnant dans le trading : le fait de devoir s’adapter aux conditions de marché. Dans un premier temps, il faut le cadrer (niveaux clés). Ensuite évaluer son comportement (range/tendance/squeeze…). Enfin, exécuter les stratégies les plus appropriées. Le tout en prenant appui sur des points d’entrée proposant les meilleurs ratios de risque/rendement comme j’essaye de vous les proposer dans les plans de trade de La Bourse au Quotidien.

Bonne semaine aux besogneux et bonnes vacances aux autres ! Gilles

Mots clé : - -

Gilles Leclerc
Gilles Leclerc
Trader

Gilles a tout d’abord commencé dans la grande finance. Avec un MBA de la prestigieuse université américaine de Hartford, il a ensuite intégré la direction Financière IBM Europe et ensuite d’IBM Corporation (headquarters mondial). Puis, peu à peu, la passion boursière le gagnant, il s’est tourné vers les activités de trading.

Cela fait maintenant 20 ans que Gilles trade sur les marchés et il se consacre exclusivement à cette activité depuis une dizaine d’années.

Dès 2008, il fut l’un des premiers à pressentir les modifications profondes qu’allaient occasionner l’utilisation intensive des algorithmes sur les marchés financiers ; il a su s’adapter en mettant en place de nouvelles stratégies de trading répondant à ce nouvel environnement. Il créa donc son propre système de trading tout à fait spécifique et basé sur des concepts innovants.

De façon à prouver la validité de son approche, il reste l’un des rares traders/analystes à poster régulièrement ses prises de position en « Live » sur un site d’Analyse Technique de renommée ( Univers Bourse ) où il partage l’intégralité sa méthodologie.

Il intervient désormais dans La Bourse au Quotidien afin de partager son expérience et de proposer ses analyses et sa méthode au plus grand nombre.

Laissez un commentaire