Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


PMI manufacturier : la France lanterne rouge des pays développés

Rédigé le 2 mai 2016 par | Actions, Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

A part le Japon, dont le PMI manufacturier a chuté de -0,9% en avril, qui peut faire pire parmi les pays du G7 ?

Ne cherchez pas au-delà de nos frontières ! La production française chute de -1,3 point, de 49,6 vers 48, malgré une industrie automobile que l’on dit très en forme.

La hausse des immatriculations en France s’élève à +6,5% en avril (dont +6,1% pour Renault et +4,1% pour le groupe Peugeot/Citroën)… mais les voitures dites françaises sont-elles fabriquées sur notre sol ?

En ce qui concerne Dacia et les petits modèles du groupe PSA, vous connaissez la réponse : elles sont assemblées à l’Est de l’Europe et sont réexportées vers l’Hexagone.

Mais ne soyons pas nombrilistes. L’Espagne, qui construit beaucoup de voitures (pas forcément low cost), notamment pour le groupe Volkswagen et sa filiale Seat, a vu son PMI progresser de 53,4 vers 53,5.

L’Allemagne revendique une hausse de 50,7 vers 51,8, grâce à quoi le PMI de l’eurozone s’établit à 51,7 contre 51,5… et il aurait pu flirter avec les 52 sans la contre-performance française.

Mais le pays qui enregistre la plus forte croissance en Europe ne fabrique pas de voiture, et surtout, n’a pas l’euro comme monnaie. Il s’agit de la Suisse dont le PMI s’envole de 52,8 vers 54,7.

Et le franc suisse ne s’est pas particulièrement dévalué par rapport au dollar et encore moins face au yen au mois d’avril.

Mots clé : - - - - - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire