Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Plongeon de JCDecaux : mauvaise pub pour la croissance

Rédigé le 11 mai 2016 par | Actions, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Les économistes ont coutume de considérer que les principaux « témoins » de l’activité économique réelle sont la demande de crédit + investissement, la consommation d’électricité (hors biais saisonnier lié aux vagues de froid), le trafic de conteneurs (maritime, ferroviaire, terrestre), la profitabilité des compagnies aériennes (synthèse du coût de l’énergie + coût du crédit + coût des taxes aéroportuaires) et enfin… le secteur publicitaire.

Plongeon de JCDecaux (FR0000077919)

Une bien mauvaise pub pour la croissance mondiale.

Le secteur publicitaire constitue le meilleur reflet de la confiance des annonceurs et du niveau de consommation anticipée.
S’agissant de la pub et de l’achat d’espace, voir JCDecaux chuter de -11% et afficher la plus forte baisse du SBF 120 invite à se poser quelques questions.

Car le problème ne vient pas du chiffre d’affaires trimestriel, en croissance de 15,3% à 748,5 Mns€ au 1er trimestre 2016 : ce qui fâche, c’est la nette révision à la baisse des objectifs concernant le second trimestre (nous en sommes déjà à mi-parcours).

Jean-François Decaux vient de doucher les attentes du marché en affirmant que la croissance organique devrait se situer autour de 3% au 2e trimestre.

Pour vous situer l’ampleur de coup de frein anticipé (parce que les espaces publicitaires se réservent 3 à 6 mois à l’avance), sachez simplement que les diverses activités du groupe ont dégagé au minimum +5,9% au 1er trimestre (affichage) et jusqu’à +13% (transport, bus et métro).

Pas de doute, alors que les analystes dégradent en rafale leur recommandation sur JCDecaux qui réalise désormais une grande partie de son chiffre d’affaire aux États-Unis, le retour de Wall Street à 3% de ses sommets mardi soir reflète avec pertinence l’anticipation d’une économie sensée voir sa croissance s’accélérer grâce à la consommation au second et 3e trimestre 2016.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire