La consommation du 1er semestre déçoit aux États-Unis

Rédigé le 3 août 2015 par | Toutes les analyses Imprimer

La croissance du PIB américain tirée par une consommation « robuste » depuis mars dernier… voilà un argument qui nous est resservi en boucle depuis la fonte des neiges printanières.

C’est bien plus facile de gonfler la consommation des ménages dans les « papiers » des économistes que dans la vie réelle… mais les pieux mensonges s’effondrent les uns après les autres.

La légende des économies sur les carburants transformée en achats frénétiques s’était désintégrée avec les piètres ventes de Thanksgiving. C’est maintenant au tour du mythe de la reprise au 2ème trimestre de voler en éclat : la révision à la baisse des chiffres du mois de mai (à +0,7% contre +0,9% initialement) et surtout les très décevant chiffres des dépenses en juin (+0,2%, moins de la moitié du consensus), malgré une hausse de +0,4% des revenus.

En ce qui concerne l’inflation, la jauge « PCE » la plus suivie par la FED est quasiment au point mort en juin avec +0,2% et +0,1% hors énergie : les objectifs annuels ne seront jamais tenus si les prix demeurent aussi « sages » cet été.

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire