Un « philly FED » très rassurant en ce qui concerne la croissance… pas d’emballement possible (non, ça ne risque pas !)

Rédigé le 17 décembre 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

Une des phrases du communiqué final de la FED – suivant de A à Z les recommandations des stratèges des grandes banques US – et lu par Janet Yellen mercredi soir m’a particulièrement marqué : « la FED se devait de durcir les conditions monétaires de peur de voir la croissance et l’inflation s’emballer ».

En ce qui concerne l’inflation, la FED n’y peut rien depuis le début puisque tout dépend du pétrole et des matières premières, en ce qui concerne « l’emballement de la croissance », voilà de quoi se rassurer avec l’indice « Philly Fed ».

Il vient de retomber de 1,9 point vers -5,9 (après -4,5 en octobre)  alors que les économistes l’anticipaient inchangé.

Et pour ceux qui restent tournés vers un avenir radieux et balaient du revers de la main les scories du passé, ils risquent d’être contrariés par la chute de la composante des nouvelles commandes qui passe de -3,7 à -9,5 (après -10,6 en octobre son plus-bas niveau depuis juin 2012 et qui est de nouveau tutoyé).

Pas d’inflation en vue puisque la composante « prix payés » plonge de -4,9% vers -9,8 en décembre (le pétrole, toujours le pétrole, et des températures anormalement douces pour la saison).

La composante « emploi » a par contre encore progressé, de +2,6% vers +4,1… mais chacun sait qu’il s’agit d’une fiction statistique…

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire