PEUGEOT : ne jouez pas les rumeurs infondées

Rédigé le 15 juillet 2013 par | Big caps Imprimer

C’est finalement assez bizarre la Bourse vue de loin… Prenez une entreprise lambda, elle peut être détestée durant des mois puis adulée le mois suivant. Et ce, sans qu’aucune nouvelle la concernant ne soit publiée. C’est le cas de PEUGEOT (FR0000121501). Bon, je vous l’accorde, nous nous éloignons des small caps – mon secteur de prédilection – mais, comme je suis actuellement très sollicité à ce sujet, j’ai décidé de faire une entorse à la règle et de faire un point sur cette valeur. J’en ai déjà parlé sur BFM Business mais, pour ceux qui auraient manqué mon intervention, voici un cours de rattrapage.

Reprenons depuis le début. Le titre vient de passer de 5,80 à 7,80 euros en moins de 15 jours alors qu’il n’y a eu strictement aucune actualité notable sur PEUGEOT. La première salve est venue de Goldman Sachs qui a remonté son objectif de cours de 8,30 à 9 euros, jugeant que l’horizon se dégageait dans l’automobile en Europe et estimant qu’un mariage avec un autre acteur du secteur était possible. Même si elle émane d’un des brokers les plus influents sur la planète, ce n’est qu’une recommandation parmi tant d’autres.

Mais des rumeurs ont suivi, émanant notamment de la presse allemande. La Chine lorgnerait sur le groupe… et, plus particulièrement le constructeur automobile Dongfeng qui travaille déjà avec PEUGEOT dans l’empire du Milieu via un joint-venture (Dongfeng Peugeot-Citroën Automobiles). Mais ce n’est pas tout. D’autres sources tableraient sur un désengagement de la famille fondatrice et un renforcement de la position de General Motors, déjà au capital du groupe. Cela serait cohérent… General Motors pourrait marier Opel à PEUGEOT.

Vous le voyez, les hypothèses ne manquent pas, sauf qu’aucune n’a été confirmée pour le moment. Nous en sommes toujours à la spéculation et certains investisseurs jouent tel ou tel scénario à l’aveuglette. Nous sommes donc typiquement face à un changement de psychologie : est aujourd’hui prisé ce qui était dédaigné hier… Vous ne pouvez pas savoir ce que j’entendais quand je me rendais dans les studios de BFM Business il y a quelques semaines… Les discussions étaient off the record mais évoquaient une faillite du groupe. PEUGEOT était la société à ne pas avoir en portefeuille – trop européenne, mal gérée et vouée aux pires gémonies.

Cela change depuis quelques semaines. Il n’y a pourtant pas eu la moindre nouvelle, pas la moindre confirmation de la part de la direction ou de telle ou telle autre société du secteur… On est dans le domaine de l’hypothèse et, croyez-moi, elle peut influancer le cours des actions. Attention, je ne dis pas que Peugeot n’était pas bradé au sous les 6 euros, je dis simplement que ce changement d’attitude peut être dangereux pour l’investisseur particulier que vous êtes. Surtout si rien ne se confirme. Je vous déconseille donc de prendre le train en marche – c’est encore plus dangereux sur une small d’ailleurs. Les investisseurs sont dans l’expectative et, pour l’heure, ils spéculent sur du vent. Ils attendent des avancées capitalistiques mais, si celles-ci ne se confirment pas, la hausse du titre pourrait retomber comme un soufflé…

Ne croyez pas que je sois négatif sur PEUGEOT. J’ai souvent comparé, notamment sur BFM Business et sur Twitter, les capitaux propres du groupe et sa capitalisation. Il y avait vraiment une énorme décote sous les 6 euros. Je dis simplement qu’un dossier ne se joue pas sur la rumeur… Il faudra vraiment des annonces dans les prochaines semaines pour entériner ou non la hausse du titre.

Cher lecteur,

Ca y est !

Je suis heureuse de vous annoncer que nous ouvrons officiellement les réservations pour la conférence/formation du 15 novembre prochain ! Nous l’avons intitulée « Formez vous pour affronter les marchés » : les marchés étant de plus en plus complexes, il nous a semblé indispensable de vous donner les outils, les stratégies, les techniques ou même les bases pour que vous puissiez vous en sortir.

Cette journée aura donc lieu en deux temps :

  • le matin, nos rédacteurs et analystes vous donneront toutes leurs perspectives de marché pour la fin de l’année/début 2014 ;
  • l’après-midi, nous proposons 5 ateliers au choix, selon vos besoins de formation (par rapport à vos objectifs, votre profil d’investisseur, vos points forts ou lacunes) : pendant 4 heures, vous serez alors formés et préparés pour investir en Bourse.

Eric Lewin animera par exemple l’Atelier 2, qui porte sur les fondamentaux des sociétés : que regarder, comment comprendre les chiffres, comment analyser les bilans et comment ensuite avoir un bon timing pour acheter ?

Je vous laisse découvrir le programme et le contenu de cette journée ici. Réservez vite votre place car les disponibilités sont limitées par atelier.

A très bientôt !
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction

 

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Un commentaire pour “PEUGEOT : ne jouez pas les rumeurs infondées”

  1. Bonjour,

    Nous sommes souvent à essayer de lire dans une boule de cristal lorsque nous achettons une action, c’est le cas pour moi avec Carmat…..Beaucoup de promesses, un marché énorme…..et pour l’instant : Rien de concret.
    Il en est un peu de méme avec certaines valeurs que je posséde en portefeuille….Avanquest, netbooster…..
    Qui me font perdre pas mal d’argent, je suis rentré chez vous (mes valeurs de croissance) ….début février, le bilan est trés négatif…. Alors la boule de cristal….
    Cordialement
    Philippe

Laissez un commentaire