Une death cross sur le WTI : correction en vue

Rédigé le 15 juillet 2010 par | Matières Premières Imprimer

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers.

L’analyse technique nous invite à montrer la plus grande prudence vis-à-vis des thèses haussières qui circulent actuellement au sujet du pétrole, notamment sur sa tendance à calquer son évolution sur celle des indices boursiers occidentaux — lesquels alignent six séances de hausse consécutives depuis le 5 juillet et cumulent une progression de +9% sans la moindre correction intermédiaire…

Le baril de brut accuserait donc depuis le 4 juillet un sérieux retard sur les actions. Elles semblent soudain mieux discerner un fort potentiel de croissance de l’activité économique que les spécialistes du secteur énergétique… ou même les cambistes qui renvoient l’euro sous les 1,2550$.

Pétrole : ralentissement de la demande mondiale en perspective

C’est un peu comme si Wall Street suivait un script complètement différent de celui du NYMEX ou du CBOT — marchés à terme sur les matières premières et les devises.

Dans le script des opérateurs sur les commodities, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) écrivait mardi dernier que la demande mondiale de pétrole devrait ralentir sensiblement en 2011.

La consommation de pétrole devrait augmenter de 1,3 million de barils par jour (à 87,8 millions de barils par jour [Mb/j]) contre 1,8 Mb/j en 2010. Ce ralentissement serait imputable à l’achèvement puis à la disparition progressive des plans de relance économique dans les pays non membres de l’OCDE.

La Chine ne compterait plus que pour 30% de la hausse de la demande — contre près de la moitié cette année… et l’évolution des stocks de pétrole aux Etats-Unis traduit une décrue régulière de la demande depuis l’automne 2009. Les camions circulent moins, les automobilistes réduisent leurs trajets, les usines américaines sont loin de tourner à plein régime…

Le tableau est strictement identique en Europe où le scénario du double-dip économique semble plus menaçant qu’ailleurs.

Une death cross menaçante

L’euphorie des places boursières tranche de façon saisissante par rapport à la modération de la hausse du baril depuis le début de la semaine. Le WTI — la principale référence concernant l’or noir à New York — plafonne dans la zone des 75/75,5$ et ne s’éloigne pas de façon décisive du récent plancher des 72$.

Mais l’élément technique le plus significatif, c’est la matérialisation d’une tête-épaules baissière (séquence 83,5$/87$/79,5$) qui se lit également sur les stochastiques et le RSI 14 hebdomadaire — le baril pourrait donc encore grimper vers 81$ sans infirmer le scénario.

Il est souvent dangereux d’anticiper la validation d’une épaule-tête-épaule (E/T/E) mais nous avons également assisté à la formation d’une death cross le 5 juillet lorsque la moyenne mobile à 50 jours (10 semaines) a coupé, à la baisse, la moyenne à 130 jours (26 semaines, soit un semestre) dans la zone des 78$. Depuis le 10 mai dernier, cette zone fait d’ailleurs office de résistance.

Sur une décennie, ce cas de figure a toujours confirmé l’émergence d’une puissante vague de correction moyen terme d’une amplitude minimum de -30%. La death cross n’a donné lieu à aucune exception !

Un potentiel de baisse de -18$ ?

Le signal baissier serait amplement confirmé par une cassure du support ascendant oblique moyen terme des 70$, et à plus forte raison, si le WTI enchaînait par l’enfoncement du plancher des 68,5$ — inscrit le 14 décembre 2009 puis le 19 mai dernier.

Le premier objectif serait alors 60$ — ou 59,5$ pour être précis puisqu’il s’agissait du plancher du 14 juillet 2009. Le second objectif serait le comblement du gap des 51,35$ du 30 avril 2009… Pour schématiser c’est effectivement ce qu’induit la validation d’une E/T/E entre 87 et 69$, soit un potentiel de baisse mécanique de -18$.

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.

Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : - - - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire