Le pétrole prend les vendeurs à contrepied… 48H après la publication d’une étude baissière de Goldman Sachs

Rédigé le 28 octobre 2015 par | Matières Premières, Toutes les analyses Imprimer

C’est un grand classique: attendez que Goldman Sachs se fende d’une étude bullish ou bearish sur le pétrole… et faites l’inverse de ce que « La Firme » suggère.

Goldman Sachs vient de prédire que le pétrole risque de rester plombé autour de 40/45$ au cours des 12 ou 15 prochains mois, c’est donc un signal d’achat.

En effet, cela fait 3 semaines que le baril dégringole et sur certains titres parapétroliers, des séries de 12 ou 13 baisses consécutives n’étaient pas rares.

Après la capitulation de mardi (cassure des 44/44,5$ et incursion sous les 43$), tous les opérateurs étaient « noirs » comme un fond de baril une nuit sans lune : ça n’a pas raté… le pétrole reprend +6% en quelques minutes après la publication des stocks hebdomadaires de pétrole US.

Les stocks de « brut » (non-raffiné) gonflent encore de 3,5 M barils mais les stocks de fuel/diesel décroissent symétriquement de 3 M, et les réserves d’essence baissent de 1,1M de barils.

Le mois d’octobre s’achève sur un second été indien en Europe (températures exceptionnellement clémentes) mais cette situation ne va pas durer… et ce qui ne va surtout pas durer, c’est l’extraction de pétrole à perte (pour rentrer du cash) par des producteurs de shale oil qui tentaient en début de mois de renégocier leurs prêts pour survivre (et qui ont vendu tout ce qu’ils pouvaient).

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire