Un pétrole à la hausse : bonne nouvelle pour l’euro et les indices boursiers

Rédigé le 18 février 2010 par | Matières Premières Imprimer

La corrélation entre l’euro et le pétrole fonctionne assez bien en termes de timing mais les variations sont loin d’être identiques…

En effet, l’or noir a pu inscrire un record à 83,8$ — le plus haut depuis le 14 octobre 2008 — le 11 janvier dernier. Parallèlement, l’euro s’offrait un timide rebond intermédiaire entre 1,42$ et 1,455$… bien loin des 1,515$ inscrits le 3 décembre 2009 — où le baril, lui, plafonnait sous les 79$.

Le rapprochement avec les indices boursiers semble beaucoup plus évident s’agissant du S&P 500 ou du Dow Jones mais il ne fonctionne guère si l’on prend le Nasdaq ou l’Eurostoxx 50 comme référence.

Le pétrole : indépendant et précurseur de tendance Autrement dit, le baril de pétrole mène une existence propre. Cette indépendance ne permet plus de le comparer à un référent unique comme ce fut longtemps le cas avec le dollar tout au long de l’année 2008 et une bonne partie de l’année 2009.

Graphique du pétrole et du dollar us

Ce qui reste cependant intéressant, c’est que les évolutions de l’or noir devancent de 48h00 à une semaine celles de l’euro. Et le degré de certitude est proche de 100% depuis le 14 juillet 2009 !

Le dernier exemple en date, c’est le rebond du baril sur les 71$ le 8 février alors que l’EURUSD attendra le 16 février pour redresser la barre de 1,3550 vers 1,3750$.

La monnaie unique européenne venait de décrocher sous les 1,455$ le 14 janvier alors que le pétrole avait entamé sa consolidation sous les 83,5$ — en clôture — dès le 6 janvier.

Une dynamique foncièrement haussière… Un des aspects les plus intéressants, c’est le maintien du baril dans un canal ascendant moyen terme depuis la mi-juillet et un plancher de 59,4$ — alors que les indices boursiers en sont ressortis dès le 21 janvier, de part et d’autre de l’Atlantique comme en Asie.

Graphique du pétrole

Il est assez tentant de penser que le rebond du dollar depuis décembre est considéré comme le résultat d’une inversion provisoire du mécanisme de carry trade — au détriment de l’euro cette fois-ci — car le redressement du billet vert n’a pas cassé la dynamique haussière du pétrole.

Autrement dit, l’achat d’or noir s’avère gagnant sur les trois derniers mois, quelle que soit la devise utilisée par l’acheteur (livre sterling, euro, yen ou dollar).

Le pétrole surperforme également les placements en actions, les marchés obligataires ainsi que l’or — exprimé en dollar… car en euro, le métal précieux flirte encore avec ses sommets de début décembre.

… instigatrice de tendance Il convient donc de considérer le pétrole comme haussier long terme tant que le WTI ne rechute pas sous la base du canal ascendant moyen terme, c’est-à-dire 72,5$ sur le NYMEX.

Le baril s’attaque maintenant à la résistance des 77,3$ (moyenne mobile à 5 semaines) du 2 au 4 février et en cas de débordement, le retracement de la grosse résistance des 80$ devrait relever de la formalité.

Si tel était le cas, ce serait le signe précurseur d’une poursuite du rebond de l’euro jusque vers 1,39$ ou 1,3980$, du CAC40 jusque vers 3.810 points et de l’Eurostoxx 50 vers 2.830 points. Donc une multitude de hausses en perspective !

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

2 commentaires pour “Un pétrole à la hausse : bonne nouvelle pour l’euro et les indices boursiers”

  1. Vos articles sont un régal…Très instructif.Une réference.
    Bonne continuation.

    Un fidèle lecteur…

  2. Merci à Philippe Béchade, je vous lis chaque jour, je fais mon éducation contrarienne…grâce à vos chroniques, je comprends mieux le monde de la finance et surtout cela me permet de mieux appréhender les anomalies que je relève dans mes études, merci encore et surtout continuez 🙂

Laissez un commentaire