Petites valeurs : les tops et les flops de l’année 2012

Rédigé le 2 janvier 2013 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Pour bien commencer l’année 2013, revenons un peu sur ce qui s’est passé en 2012. En ce qui me concerne, tout logiquement j’ai décidé de revenir sur les tops et les flops des small caps. Il ne s’agit pas de relever exclusivement les plus fortes et les plus faibles variations depuis le début l’année — d’autres paramètres rentrent bien évidemment en ligne de compte — mais plutôt de revenir sur les valeurs qui, à mes yeux, ont marqué 2012… en bien ou en mal !

ESI GROUP : +99% en 2012
ESI GROUP (FR0004110310) est en pleine forme et cela s’est ressenti tout au long de l’année dans son parcours boursier. Le titre prend plus de 99% depuis le 1er janvier, et cet éditeur de progiciels destinés à la réalisation d’essais virtuels se paye même le luxe de terminer à un plus haut de cinq ans !

Il faut dire que la croissance ne faiblit pas, avec notamment une progression de 23% sur les neuf premiers mois de l’année 2012, due à une présence forte aussi bien en Europe qu’en Asie en passant par l’Amérique du Nord.

Je le disais déjà à mes lecteurs de Small Caps Confidentiel en juin dernier, ESI GROUP est une vraie pépite. Six mois plus tard, je n’en démords toujours pas. Cela d’autant que son dirigeant n’est plus très jeune et pourrait un jour céder sa place… Je vous avoue que les gérants et les actionnaires de la société ne vendent actuellement aucun titre et prédisent une progression d’au moins 25% l’an prochain.

MONTUPET : +85% en 2012
J’ai choisi cet équipementier automobile pour vous réaffirmer une fois de plus que « small peut rester beautiful« . Le spécialiste des produits moulés en alliages d’aluminium a parfaitement résisté à la crise européenne de l’automobile en voyant son chiffre d’affaires progresser de 1% sur les neuf premiers mois de l’année, grâce en grande partie au dynamisme enregistré en Bulgarie et au Mexique.

La technologie du groupe attire les constructeurs allemands, ce qui lui permet de monter en gamme, d’où une meilleure rentabilité. D’ailleurs, au premier semestre, MONTUPET (FR0000037046) a réussi à faire progresser son résultat opérationnel de 33%, ce qui représente une marge opérationnelle de 10%… C’est énorme pour le secteur.

L’action reste encore assez attractive avec un PER de 5, au point que quelques gérants qui la suivent ont un objectif de progression de l’ordre de 20%. Il suffirait que l’automobile européenne redémarre pour que la hausse soit même supérieure.

HOLOGRAM INDUSTRIES : +60% en 2012
Prix de l’Audace Créatrice remis par le président de la République, rentabilité opérationnelle au-dessus des 22%, croissance organique de 11% sur les neuf premiers mois de l’année… tout va pour le mieux pour HOLOGRAM INDUSTRIES (FR0000062168).

Le groupe va continuer sur cette lancée. Le spécialiste des composants holographiques destinés à l’authentification et à la sécurisation des documents d’identité et à la protection des produits de marques va par exemple équiper le nouveau passeport électronique chinois.

Tout serait exceptionnel si le titre n’était pas si cher au cours actuel avec un PER de l’ordre de 18… C’est relativement cher, même si la qualité à un prix. Du côté des gérants, on est donc plutôt à la consolidation et pas pressé de rentrer à nouveau sur le dossier…

Un gain de 306% pour la stratégie de Mathieu Lebrun !

Impressionnant : des plus-values de 44%… 63%… 72%…100%… 306% sans oublier les plus-values exceptionnelles de 210%, et 253% réalisées grâce à la botte secrète de Mathieu.

Mieux encore, la performance nette réelle du portefeuille de cette stratégie dépasse aujourd’hui les +60% — en incluant les frais et les pertes !

Plus de 200 particuliers utilisent déjà cette stratégie : découvrez-la sans attendre et profitez des prochaines opportunités de gains !


Passons maintenant aux flops de l’année. Ils représentent trois énormes déceptions qui ont marqué l’année de façon assez négative. La liste aurait pu être plus exhaustive mais, comme pour les tops, nous nous limiterons à trois sociétés.

CYBERGUN : -81,67% en 2012
Le cas CYBERGUN (FR0004031839) est pour moi une grande déception. L’année 2012 tranche totalement avec 2011 qui avait été marquée par des résultats record et une augmentation de capital intéressante. Aujourd’hui, le groupe doit faire face à une situation financière des plus délicates…

Comment en est-il arrivé là ? Eh bien, CYBERGUN paye sa tentative de diversification dans les jeux vidéo. Mais qu’a donc été faire le leader mondial des armes factices sur ce créneau ? Pas grand-chose si l’on se réfère aux très mauvais résultats enregistrés depuis par le groupe. Perte de 22 millions d’euros sur l’exercice 2011-2012, perte nette encore de 5,3 millions d’euros sur le premier semestre 2012-2013… D’énormes dépréciations dans les jeux et, surtout, une situation financière catastrophique avec un gearing dépassant les 500% ! Cela veut dire tout simplement que les dettes sont cinq fois supérieures aux capitaux propres…

Vous le savez, je connais bien Jérôme Marsac, le P-DG du groupe et je vous avoue que j’ai un petit pincement au coeur quand je vois le marasme actuel. Que penser de l’action ? Pour résumer le fond de ma pensée, j’ai envie de citer un film d’Yves Robert de 1979 : Courage fuyons. Ne touchez surtout pas au dossier.

OVERLAP : -60% en 2012
OVERLAP (FR0010759530) est une société informatique positionnée sur l’une des branches sectorielles les moins rentables : l’intégration et la gestion d’infrastructures informatiques. Jugez plutôt : au premier semestre, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 58 millions d’euros avec un taux de marge brute de 27% et une perte nette de 3,6 millions d’euros. Les dettes représentent plus de deux fois les capitaux propres… Une situation qui fait que le groupe ne pèse plus que quatre millions d’euros en Bourse.

Très franchement, autant je pense que les petites SSII à forte valeur ajoutée vont remonter dès l’an prochain, autant je pense qu’OVERLAP n’a pas un avenir boursier radieux… Je n’y touche pas.

ECA : -50,7% en 2012
ECA (FR0010099515) est également l’une des plus grandes déceptions de l’année… On n’attendait pas le spécialiste des équipements et des systèmes robotisés dédiés aux milieux hostiles et contraints à pareille déveine…

Dans le détail, il y a eu cette année un procès perdu contre British Aerospace, entraînant une indemnité de 6,2 millions d’euros pour contrefaçon d’un brevet, un chiffre d’affaires sur neuf mois en recul de près de 20% et des pertes semestrielles mais également annuelles… Le groupe a annoncé il y a quelques jours des dépréciations d’actifs de trois millions d’euros et des frais de restructuration d’un million d’euros provoquant ainsi une perte nette au titre de 2012… Une année à oublier pour la famille Gorgé, actionnaire de référence du groupe, qui a repris les rênes d’ECA en évinçant le P-DG.

En termes de perspectives, la situation financière restera dégradée au point que l’actionnaire principal réfléchit à son renforcement. Bref, voilà un titre à ne pas regarder pour le moment tant la déception est grande.
[NDLR : Et en 2013, quels seront les flops… et les tops ? Découvrez comment éviter les premiers et profiter des seconds avec les conseils d’Eric : il suffit de continuer votre lecture !]

Mots clé : - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire