Petit précis de biotechnologie

Rédigé le 2 mars 2012 par | Apprendre la Bourse, Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Cher lecteur,

Avant toute chose, je vous dois des excuses.

Depuis déjà quatre semaines, je vous parle de sociétés biotechnologiques et je tente de vous démontrer pourquoi vous feriez bien de vous y intéresser. Pourtant, j’ai oublié de traiter le principal. J’ai éludé une question utile pour bon nombre d’entre vous : qu’entend-on par biotechs ?

Trop enthousiaste à l’idée de vous faire découvrir ce secteur passionnant, je suis entrée d’emblée dans le vif du sujet et nous nous sommes directement penchés sur l’actualité chaude du secteur.

Donc au programme du jour : qu’est une biotech ? Dans son dernier rapport spécial sur le sujet (Mettez ces 5 biotechs dans votre PEA), Elias Roth explique que :

« Les biotechnologies sont un mariage. La science du vivant – la biologie – est associée aux dernières avancées de sciences aussi diverses que la physique, la chimie, la biochimie, la biophysique mais aussi l’informatique ou la génétique ! Et les enfants de ce mariage heureux sont les biotechnologies. »

Si les combinaisons de ce mariage sont multiples, la finalité reste la même : développer ou améliorer des produits (ou des services) au moyen du vivant – et de toutes les sciences et autres technologies pouvant y contribuer. De fait, les champs d’application sont extrêmement étendus. Santé, agriculture, industrie, environnement… tout y passe. Pas facile donc de s’y repérer lorsque l’on est néophyte.

Des biotechs toutes en couleurs

Mais, selon une initiative européenne, les biotechnologies ont été classifiées par domaine d’intervention. On peut ainsi identifier cinq catégories :

  • les biotechnologies rouges s’attachent à la santé et à l’industrie pharmaceutique. C’est le cas, par exemple d’AB SCIENCE (FR0010557264) ou encore de GENFIT (FR0004163111) dont nous avons déjà parlé ;
  • principalement connues pour leurs recherches sur les OGM, les biotechnologies vertes sont affectées à l’agriculture, l’élevage et l’agro-alimentaire ;
  • les biotechnologies blanches concernent l’industrie et privilégient l’emploi de systèmes biologiques (bactéries, enzymes) aux techniques de chimie classique (beaucoup moins respectueuses de l’environnement) ;
  • comme leur nom ne l’indique pas, les biotechnologies jaunes sont dévouées au développement durable et donc à la protection de l’environnement ;
  • enfin, les biotechnologies bleues sont affectées à tout ce qui a trait à la biodiversité marine.

Les plus connues ou évidentes sont évidemment les biotechs rouges – celles qui servent l’industrie pharmaceutique et qui entendent développer la prochaine nouvelle génération de médicaments. A ce propos, mon collègue américain Ray Blanco a dernièrement diffusé à ses abonnés des nouvelles toutes fraiches d’une biotech rouge qu’ils ont en portefeuille.

Je vous reproduis son e-mail : vous pourrez ainsi mesurer la guerre sans merci que se livrent les biotechs dans leur course aux nouveaux traitements. Qui tirera son épingle du jeu et sortira le prochain blockbuster ? Les appelées sont nombreuses mais l’accès au podium est extrêmement sélectif, les élues sont donc beaucoup plus rares.

Le travail de Ray Blanco est justement de dénicher ces pépites afin d’en faire profiter ses lecteurs avant qu’elles n’explosent à la hausse (pour tout savoir à ce sujet, poursuivez votre lecture ici).

A vendredi prochain.

Mots clé : -

2 commentaires pour “Petit précis de biotechnologie”

  1. J’espère que vous avez pensé à Olmix … La petite bretonne qui monte et par à l’assaut du marché chinois !!

  2. […] quotidienne. Dans la santé humaine bien sûre. Mais on peut aussi noter des changements importants dans l’agriculture ou encore la fabrication industrielle. Pour le plus grand bien des patients… et des […]

Laissez un commentaire