Le PEA-PME, une opportunité pour les small et mid caps

Rédigé le 27 mai 2013 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Par Pierre Havez

Agir sur le segment des petites et moyennes valeurs est certainement l’un des meilleurs moyens de générer des plus-values en investissant sur les marchés actions. En effet, les small et mid caps trustent historiquement les palmarès des meilleures performances boursières établis à la fin de chaque année.

Mais, bien investir ne saurait suffire, encore faut-il bien gérer l’imposition de ces gains. Il existe un levier additionnel pour maximiser vos gains : le mode de détention de vos titres.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Taxes, impôts, répression financière : votre revanche sur le fisc est à portée de main… à vous de la saisir !

Dans un contexte où le citoyen moyen est soumis à plus de 200 impôts différents, vous devez vous protéger. Découvrez-vite dans le message de notre spécialiste comment profiter d’un abattement fiscal de 71%… ET d’un revenu complémentaire !

Vous pourriez économiser des milliers d’euros sur votre note fiscale, concrètement et en toute légalité : alors n’attendez pas, REAGISSEZ !

• Plus de 40% d’impôt sur les dividendes

C’est d’autant plus vrai dans le nouveau contexte fiscal de 2013, devenu confiscatoire – ou presque – si vous vous contentez d’un compte-titres. En effet, en vue d’aligner les revenus du capital sur ceux du travail, le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 21% sur les dividendes a été supprimé de même que le taux de taxation des plus-values de 19%. La règle est désormais l’intégration dans vos revenus imposables.

Last but not least, l’abattement général sur les dividendes de 1 525 euros pour une personne seule, ou 3 050 euros pour un couple, a été supprimé. Par conséquent, vos dividendes peuvent être désormais taxés à 40,2% si vous êtes dans la tranche d’impôt à 45%, soit pour 1 euro de dividende, 40,2 centimes ponctionnés par l’Etat !

• Stimuler l’investissement dans les PME cotées

C’est dans ce contexte fiscal durci que s’inscrit l’annonce de la création d’un PEA-PME par François Hollande. Une proposition réclamée par de nombreux professionnels de la finance mais aussi prônée par Louis Gallois dans son rapport de novembre 2012.

Cette réforme, qui arrive à point nommé, vise à relancer l’investissement en actions en particulier dans les PME cotées qui sont créatrices de valeur – pour l’actionnaire en cas de plus-value ou de rendement substantiel mais aussi pour l’économie, car pourvoyeuses d’emplois.

Et sur le plan fiscal, le plan d’épargne en actions présente des atouts incomparables : les plus-values réalisées à l’intérieur d’un PEA sont exonérées d’impôt sur le revenu au-delà de la cinquième année de détention en cas de retrait ou de rachat. Seules les cotisations sociales (15,5%) sont dues. Ce compte permet d’investir, jusqu’à 132 000 euros déposés par titulaire, dans des actions françaises ou européennes, mais aussi des parts de fonds comptant au moins 75% de valeurs éligibles.

• Une réforme favorable aux valeurs moyennes

Mais si vous aviez déjà saturé votre PEA, notamment dans des valeurs du CAC 40, ces avantages fiscaux vous seront bien peu utiles pour optimiser la fiscalité de vos petites et moyennes valeurs. Un problème en passe d’être réglé grâce à la réforme imaginée par l’exécutif : il est prévu un relèvement du plafond du PEA de 132 000 à 150 000 euros et la création d’un compartiment dédié aux ETI-PME, plafonné à 75 000 euros. Soit en tout 93 000 euros d’investissements supplémentaires que vous pouvez consacrer aux valeurs moyennes en franchise d’impôt tant que vous ne cassez pas votre PEA avant 5 ans de détention.

Ce PEA-PME bénéficiera des mêmes avantages fiscaux que le PEA. Pourquoi ne pas en profiter ?

Un commentaire pour “Le PEA-PME, une opportunité pour les small et mid caps”

  1. RT @SCConfidentiel: Le #PEA-PME, une opportunité pour les small et mid caps… http://t.co/PcuzDdW3FG

Laissez un commentaire