Quel avenir pour PARROT ?

Rédigé le 21 mars 2018 par | A la une, Actions, Mid et Small Caps Imprimer

193 M€… C’est désormais la capitalisation boursière de Parrot (FR0004038263) dont le titre s’échange sous les 6 €, et arrive sur ses plus-bas historiques. Le spécialiste des drones et autres objets connectés a du plomb dans l’aile.

Pourtant, je me rappelle encore cette époque, pas si lointaine, où le groupe faisait figure d’exemple dans le secteur de la French Tech. Je me rappelle ce Spring Campus de Croissance Plus et cette présentation en grandes pompes de la société devant un public pas loin de l’extase. On tenait enfin une valeur technologique digne de ce nom, capable de faire le pied-de-nez aux Américains.

Mais, depuis son plus-haut du 1er septembre 2015, à plus de 37,30 €, c’est la dégringolade boursière : Parrot a lâché plus de 85%.

Parrot graph cours valeur bourse

La faute, en grande partie, à de mauvais choix stratégiques qui ont pesé sur les comptes. Depuis quelques années, le chiffre d’affaires ne cesse de reculer. Encore à 280 M€ en 2012, il n’atteint même pas les 152 M€ sur l’exercice 2017, en recul de 9% par rapport à 2016.

BtoC à BtoB : un virage difficile

Pour faire simple : à cause d’une concurrence chinoise extrêmement agressive, le secteur est très déflationniste. Parrot s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas tout miser sur les drones de loisirs : il les vendait trop cher, et, en baissant ses prix, ses marges s’érodaient. Il a donc entrepris de se positionner sur les drones professionnels, laissant un peu de côté ses activités électroniques grand public (drones, kits mains-libres, etc.).

Mais passer d’un modèle BtoC (business to consumer) à un modèle BtoB (business to business) n’est pas chose aisée…

Tenez, prenons la ventilation du chiffre d’affaires 2017, c’est très parlant. S’ils ont baissé de 6% en valeur, les drones grand public représentent encore 55% du chiffre d’affaires. De même, les activités électroniques, en recul de 39%, pèsent encore 17%. Les ventes de drones professionnels ont certes progressé de 36% mais ce segment ne contribue au chiffre d’affaires qu’à hauteur de 28%… Difficile dans ces conditions d’afficher de bons résultats.

Mais il y a tout de même du mieux. Entre 2016 et 2017, la marge brute a doublé, passant de 16,1% à 33,7%. Ceci dit, les fondamentaux restent encore précaires et Parrot est déficitaire : sa perte nette se réduit, passant de 137,9 M€ à 38,2 M€, mais les comptes restent dans le rouge. Seul point positif : la trésorerie est de 115,4 M€, soit 60% de la capitalisation boursière du groupe.

Parrot est en train de négocier un virage délicat et le groupe est en pleine transition – l’exercice 2017 en est la parfaite illustration. Le groupe réussira-t-il ce virage ? On a vu tant de sociétés françaises se heurter au mur de la tech et de la concurrence…

Quel avenir pour Parrot ?

Que nous apprennent les perspectives du groupe pour 2018 ? Dans son communiqué, la direction est assez claire à ce sujet : « A court terme, le redimensionnement du portefeuille de produits grand public autour d’une gamme réduite de drones et la poursuite de la réduction des ventes de produits Automobile grand public pèsera sur le chiffre d’affaires du Groupe. » Traduction : le groupe réduit la voilure dans son offre de produits, donc le chiffre d’affaires sera en baisse cette année et sans doute assorti d’une nouvelle perte nette.

Difficile d’imaginer que le titre arrivera à s’extraire de sa spirale baissière. Ceci dit, signal intéressant, certaines sociétés de gestion commencent à se renforcer au capital… Le plus emblématique, Amiral Gestion a récemment acheté des titres pour devenir deuxième actionnaire du groupe avec plus de 10% – juste derrière Henri Seydoux, P-DG de Parrot et propriétaire de 35% des actions.

Que devons-nous comprendre ? Soit il croit au redressement du groupe à moyen-long terme, soit il y a du rachat dans l’air… Voilà un sacré pari réservé aux plus audacieux.

Mots clé : - - - - - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire