Paiement du dividende en actions ou en cash ?

Rédigé le 7 juin 2013 par | Mid et Small Caps Imprimer

De nombreuses sociétés, en général d’assez grande taille, proposent à leurs actionnaires de recevoir le paiement du dividende en actions ou en cash.

Et bien figurez-vous que c’est la première option qui est le plus souvent choisie, surtout dans les grands groupes. Par exemple, CARREFOUR (FR0000120172) vient d’indiquer que 72% de ses actionnaires avaient choisi le paiement du dividende 2012 en actions. UNIBAIL RODAMCO (FR0000124711), la célèbre foncière, a révélé que 66,3% de ses actionnaires ont choisi de recevoir le paiement en actions avec une décote.

Il faut savoir que le paiement du dividende en actions impose des règles strictes, comme celui de proposer un prix de souscription avec une décote maximum de 10% par rapport au cours moyen des vingt dernières séances. Certains parlementaires réfléchissent à une décote de l’ordre de 18% mais il n’y aucun acte officiel pour le moment. Prenons un exemple concret.

Supposons que vous ayez 500 actions CARREFOUR ; vous pouvez toucher soit 500 x 0,58 euro de dividende, ce qui représente 290 euros, soit souscrire à 25 actions nouvelles à 19,62 euros. Vous aurez donc 525 actions.

En fait, vous devez vous poser quelques questions quand vous hésitez entre le cash et le paiement en actions. Si vous estimez que la société est dans une dynamique haussière avec un carnet de commandes rempli et un newsflow correct (en gros, si vous pariez sur une hausse des cours), choisissez le paiement en actions nouvelles. Par contre, si vous êtes plus réservé sur les perspectives de la société, il vaut mieux opter pour le versement classique du dividende. Au moins, vous sécurisez vos gains. Sachez toutefois que plus il y a d’actionnaires qui souscrivent à des actions nouvelles, plus la dilution risque d’être importante – toute proportion gardée car bien évidemment, cela n’a rien à voir avec la dilution classique d’une augmentation de capital mais l’impact n’est tout de même pas neutre.

Les small caps utilisent moins cette politique. Les dirigeants des petites sociétés, en général également fondateurs, préfèrent toucher du cash qui est parfois un complément de revenu important. C’est assez logique pour des actionnaires détenant plus de 50% de leur société.

Maintenant, si vous demandez mon avis, je vous répondrai que j’ai toujours privilégié le versement de cash dans mes choix d’investissements. Ma logique était de toucher du cash et de me tourner vers d’autres investissements afin de ne pas trop surcharger mes lignes. Mais c’est ma logique et vous pouvez ne pas la partager. Actuellement, avec la volatilité retrouvée sur les marchés, je ne changerais pas d’un iota ma stratégie et je préférerais toujours du cash.

Ndlr : Si vous voulez connaître les autres stratégies d’Eric Lewin et ses choix d’investissement, découvrez ses conseils en regardant cette vidéo.

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire