ORANGE : la vieille demoiselle des Postes prise en grippe

Rédigé le 12 avril 2013 par | Big caps Imprimer

Avec la vieille demoiselle des Postes, on a un peu envie de demander : « What’s next ?« , s’inspirant du nom de leur plan NexT visant à obtenir la démission de 20 000 fonctionnaires. Le plan foireux… a foiré. Depuis, les gobelins de Gringott’s — ou plutôt de Goldman Sachs et de la Troïka — ont mis l’accent sur la lourdeur de la France, encombrée d’un secteur public surnuméraire et de dinosaures comme FRANCE TELECOM (FR0000133308) et autres sociétés à moitié privatisées, avec des personnels ayant toujours un statut antédiluvien de fonctionnaires.

Les traders speedés à la coke de Wall Street n’ont pas l’intention de donner du temps au temps. Avec leurs méthodes de cow-boys, ils ont sabré d’un tiers les salaires des fonctionnaires grecs, d’un cinquième ceux de leurs homologues espagnols ou portugais. Ils ne vont pas avoir beaucoup plus de doigté avec Paris. Ils pourraient bien presser ORANGE pour qu’elle entre de plein pied et très rapidement dans l’ère moderne.

Orange
Cliquez sur l’image pour agrandir

Sur ce graphe, vous retrouvez le parcours de ces derniers mois avec la « tasse avec anse » — la cuillère marquant le pic de janvier puis la chute au-delà du 21/01. Notez également la tentative de rebond sur le support de 2002 à 7,45, où certains robots traders ont joué un retracement de 38,20% mais qui a été brutalement ramené à 23,6% le 20 février. Le titre est allé marquer de nouveaux plus bas de 10 ans en cassant le support et en chutant à 7,20 le 1er mars dernier.

Le trading comme vous ne l’avez jamais vu…
Avec des plus-values de 41% et 113% engrangées ces derniers jours (sans parler d’autres gains record de l’ordre de 306%, 165%, 300% ou encore 335%), cette méthode de trading pourrait faire passer votre portefeuille à la vitesse supérieure…

Recevez vite nos prochaines recommandations : tout est expliqué ici…

 

ORANGE rebondit alors après avoir gagné son procès contre NUMERICABLE. Ces derniers réclamaient 850 millions d’euros à FT, ce qui menaçait de grever plus encore les comptes d’ORANGE.

Soulagée de ce poids, l’action rebondit — ce qui graphiquement était prévisible et espéré par toutes les compagnies de téléphonie, très inquiètes de la chute permanente du titre qui semblait les aspirer comme un trou noir.

Le violent rally haussier qui a suivi a été fauché avant d’arriver au haut du canal par l’advenue de la crise chypriote et le plongeon brutal des bancaires.

Les RSI en quotidien et en hebdomadaire semblent indiquer que le potentiel de chute est encore grand, alors que le mensuel est moins pessimiste.

b

Il est certain qu’ORANGE est une des valeurs les plus fragiles de la bourse parisienne. Si les indices s’enrhument, ORANGE toussera plus fort que tout le monde vers le bas de son canal, dont le support a déjà été enfoncé et défoncé. Une grosse faiblesse des bourses l’amèneraient à chercher un support vers les 6,50.

Le domino ORANGE
La Caisse des Dépôts (CDC) est considérée comme l’une des banques les plus sûres du monde. C’était l’une des mieux notées par les agences de notation et voilà qu’une bombe a explosé dans son ciel bleu d’azur il y a quelques semaines.

Jean-Pierre Jouyet, le directeur général, a annoncé fin février que les résultats de la banque dépendront de la dépréciation en bourse de l’action FRANCE TELECOM. En effet, la Caisse des Dépôts détient 51% du Fonds stratégique d’investissement (FSI), lequel détient 13,7% de FT depuis 2009. A l’époque, l’action cotait 20 euros — alors qu’elle était à 7,3 euros fin février. En 2010, pour une question d’image, le FSI et la CDC n’avait pas cru bon de valoriser la ligne FT aux cours du marché dans leurs comptes. Avec la chute de 34% du titre en 2012, la remise en ordre des comptes dévoile un trou sensible, qui dépasse le milliard et demi d’euros.

C’est donc la plus solide banque française qui se retrouve déstabilisée par les aléas de FT. Pour mémoire, l’agence Standard & Poor’s avait dégradé la CDC fin janvier de AAA à AA+ en précisant que si la France était dégradée, la CDC devait l’être automatiquement.

Il est probable que la réciproque sera vraie également.

S&P a dégradé FT le 27 février et l’a placé sous surveillance négative, augmentant la pression sur le titre.

Le prochain rebond du titre
La direction de FT devrait proposer le 28 mai prochain à l’assemblée générale des actionnaires l’abandon du nom juridique de l’entreprise, pour la renommer Orange S.A. Un serpent de mer qui sème la zizanie entre les employés-fonctionnaires et les employés-ordinaires, les premiers voyant dans le nom de FRANCE TELECOM une sorte de garantie de leur statut.

Si ORANGE a une communication parfaitement en ligne en France, il n’en est pas de même en Grande-Bretagne, où les boutiques de la marque sont bleues et le slogan est « Everything Everywhere« , autrement dit « Tout et N’importe Quoi » (traduction un peu libre, il est vrai).

E.E. — prononcez « hi hi » –, cette société commune à FRANCE TELECOM et DEUTSCHE TELEKOM (DE0005557508), a été créée en 2010 pour abaisser les coûts de leurs infrastructures respectives sur le marché britannique. E.E., avec 27 millions de consommateurs au Royaume-Uni, a été la première société à proposer la 4G. Un très lourd investissement pour la vieille demoiselle des Postes…

L’introduction en bourse de « Everything Everywhere » permettrait à FRANCE TELECOM d’alléger ses dettes et d’assainir un peu ses comptes. On apprenait il y a quelques jours que FT avait fait appel aux services des banques Morgan Stanley et Bank of America Merrill Lynch pour des conseils sur un possible passage à l’acte — ce qui pourrait favoriser un rebond du titre.

Pas de quartier pour ORANGE
Souvenez-vous, que dans l’univers ultra-libéral des banksters de la Troïka, les 27% de FRANCE TELECOM détenu par l’Etat au travers de la CDC sont une faute… et qu’une société qui ne peut pas changer le statut de son personnel n’a pas sa place dans le paysage industriel européen.

Désormais, vous observerez les tribulations du titre en bourse « en sachant qu’en politique, rien n’est dû au hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi » (citation de Franklin Delano Roosevelt).

Entrepreneur avec deux entreprises fructueuses créées à son actif en 1984 et en 1993, Cyrille Jubert tient depuis 2008 un blog sur l’actualité économique et les métaux précieux.

Il est l’auteur d’une Histoire de l’Argent, étude historique et géopolitique de ce métal. Pour acheter le livre ou le e-book suivez ce lien

 

Mots clé : -

Cyrille Jubert
Cyrille Jubert
Entrepreneur

Entrepreneur avec deux entreprises fructueuses créées à son actif en 1984 et en 1993, Cyrille Jubert tient depuis 2008 un blog sur l’actualité économique et les métaux précieux.

Il est l’auteur d’une Histoire de l’Argent, étude historique et géopolitique de ce métal.
Pour acheter le livre ou le e-book suivez ce lien

Il est également rédacteur pour Crise, Or et Opportunités

Laissez un commentaire