De l’or et des noix de coco

Rédigé le 16 janvier 2012 par | Apprendre la Bourse, Matières Premières Imprimer

Cher trader,

Me voilà revenue de mon petit coin de paradis.

Comme promis, j’ai appris à ouvrir une noix de coco – contre toute attente, non, il ne faut pas la fracasser entre deux pierres, mais « délicatement » la peler avec un couteau (vous voyez le couteau de Rambo ?) bien affûté… puis la scalper tout simplement sur le haut. En voyant les enfants s’organiser pour attraper les poissons (prenez un énorme filet, postez des gens tout du long, et rabattez les poissons que vous encerclez dans le filet, fermez et ramenez à terre, simple comme bonjour), je pense que je pourrai faire de même. Perdue dans la jungle ? Pas de souci, je saurai trouver de l’eau grâce aux racines de… (zut… quel est cet arbre déjà ?) et dénicher les vers de cocotier.

Bref, c’est bon, je me sens prête pour affronter la fin de notre société assistée, l’écroulement de notre économie, pour remplacer la monnaie par le troc et cuire des coquillages sur la plage. Parfait. Me reste à peaufiner deux ou trois éléments de survie, à trouver une cachette pour mes quelques pièces d’or, et hop je suis prête pour la GAF ! (la Grande Apocalypse Financière, comme l’appelle Simone Wapler).

Inutile de vous dire que sur ma petite île, la fin du monde financier me semblait bien lointaine… bien futile… bien vaine… Jusqu’au moment où, croisant des Français installés là-bas, l’on en vint à parler de « ces minières canadiennes qui viennent creuser les sols du continent et voler les populations de leur or. Mais que, bon vu la crise, il faudrait peut-être en acheter… Ca serait une bonne idée, non ? T’en penses quoi, toi qui bosses dans la finance ? ». Pitié non… laissez-moi tranquille avec mes noix de coco, je ne veux rien entendre de quoi que ce soit de financier ce jour-là !

Oui il faut de l’or ! Evidemment qu’il faut de l’or ; plus que jamais ! Encore plus qu’hier et moins que demain, oui : achetez de l’or ! ce n’est pas l’euro, le dollar ou le shilling tanzanien qui maintiendra votre pouvoir d’achat voyons. (Sur ce, j’embarque ma pina-colada et retourne à ma contemplation béate du lagon).

Mais que voulez-vous. Même (surtout) sous les tropiques, l’or est un sujet brûlant. Parmi les quelques touristes étrangers… et parmi la population locale bien consciente des richesses de la terre, l’or est richesse. Alors quand, de retour, je lis certains emails vindicatifs du genre « A cause de vous, en suivant vos conseils, j’ai acheté de l’or à 1 800$ et là, je perds de l’argent, vous vous êtes trompés ! »… j’avoue être un peu lassée de devoir répondre poliment, chaque fois, que la consolidation est passagère, que l’on n’achète pas de l’or dans une optique de trading, et que même avec cette petite baisse, quand les monnaies seront complètement dévaluées, seul l’or maintiendra votre pouvoir d’achat, etc. etc. etc.

Mais que voulez-vous. Il semble que la crise financière et la GAF vers laquelle nous nous acheminons n’ait pas encore atteint toutes les consciences de la même manière.

Donc, de deux choses l’une :

  • soit vous avez une meilleure idée d’investissement pour garantir votre capital à terme et auquel cas, merci de m’en faire part.
  • soit ce qui vous intéresse, c’est du trading ou même du moyen terme, et dans ce cas, n’achetez pas de l’or dans cette optique. Amusez-vous plutôt avec des Turbos ou des CFD : Sébastien et Mathieu sont des spécialistes dans ces domaines. C’est bien plus lucratif, beaucoup plus stimulant à court terme.

Sur ce, j’en profite pour vous souhaitez une très bonne année à vous, et vos proches. Si d’un point de vue boursier, elle sera forcément passionnante – et nous ferons tout pour qu’elle vous soit profitable – n’oubliez pas quand même de regarder les étoiles de temps à autre…

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Un commentaire pour “De l’or et des noix de coco”

  1. Il ne manquait plus que le nom de votre petite île. Ah oui, l’or, j’oubliais ! Rien qu’à y penser, je sue déjà pour ces pauvres petits investisseurs qui ne peuvent penser long terme !

    Un problème récurrent parmi les investisseurs, c’est le mauvais « timing » dans leur idée d’investissement. Même quand on est un investisseur (où croit-on l’être vraiment), il ne faut acheter n’importe où. Quand même ! Acheter à $1,800 un 8 nov. 2011, c’est-à-dire à un niveau de prix où historiquement le cours y a déjà chuté, qui plus est brutalement, un mois et demi plus tôt, n’est-ce pas faire un peu le jeu des spéculateurs orientés « short », tous alignés en fil indienne et comme des gros méchants gourmands en vue de se goinfrer tous les comptes (rappelons quand même que le but ultime d’un pari, c’est un transfert de cash d’un compte à un autre…) de ces pauvres petits investisseurs qui croient, eux aussi, qu’on peut devenir chirurgien après avoir lu un e-book sur « how to cut a body for dummies »? Quoiqu’ils sont sympas, ces gros méchants spéculateurs, puisqu’ils nous permettent quand même de rentrer avec aisance ! Il faudrait être fou pour s’imaginer qu’un autre investisseur vende à un autre investisseur… Pourquoi le premier vendrait-il si le cours de l’or est censé monter jusqu’à $42,000 selon un certain brillant Ingénieur de France dont je n’ose citer le nom, tellement je suis impressionné par sa capacité intellectuelle à faire une telle prédiction.

    Vos articles sont très bien, mais (ben oui, il y a un ‘mais’) il faudrait que vous insistiez encore plus sur le « timing », plusieurs fois. Mettez en caractères gras, fluo ou en gros caractères. Faites une intégration encore plus visible entre votre collègue « technicien » et vos articles pour préciser le point d’entrée.

    Si vous ne faites pas cela, les pauvres petits investisseurs qui veulent tout et tout de suite vont encore pleurer à votre porte. Bon courage, Nathalie !

Laissez un commentaire