L’OPA sur GFI INFORMATIQUE reste énigmatique

Rédigé le 11 juin 2013 par | IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

Je voudrais revenir sur l’OPA sur GFI INFORMATIQUE (FR0004038099). Les deux actionnaires de référence du groupe, Apax Partners et Boussard & Gavaudan, détenant 57,9% du capital de GFI, viennent de signer un pacte d’actionnaires le 7 juin dernier. Ils vont donc lancer une offre sur le solde du capital au prix de 3,75 euros par action selon la réglementation en vigueur. Cela offre une prime de 23% par rapport au dernier cours coté et porte la valorisation globale à 204 millions d’euros. Les actionnaires principaux annoncent, dans un communiqué, qu’ils n’ont pas l’intention de demander un retrait obligatoire du titre à l’issue de cette opération.

Simone Wapler, l’auteur du best-seller Pourquoi la France va faire faillite, récidive et signe : Main Basse sur votre argent !

Si vous avez une assurance-vie en euro, un compte en banque avec des liquidités, ou ne serait ce qu’un livret A… la lecture du livre de notre spécialiste pourrait se révéler tout simplement indispensable.

Pour commander votre exemplaire : c’est ici !

 

• Que faut-il penser de cette opération ?

Pour tout vous dire, je suis assez surpris par cette opération car j’attendais plutôt une offre d’une SSII et la sortie des deux fonds actionnaires. Il me semblait en effet – et je l’ai dit à de multiples reprises sur Twitter ou sur BFM Business – que GFI INFORMATIQUE était l’un des groupes les plus aptes, dans le secteur des SSII, à connaître une évolution capitalistique.

En fait lorsqu’on calcule les multiples sur un prix de 3,75 euros, on obtient une PER de 9 et une VE/ROC de l’ordre de 6. Ce n’est pas exagéré. Si l’on appliquait les ratios dans l’opération ECONOCOM-OSIATIS, on obtiendrait un cours de 4,50 euros – alors que l’offre a été beaucoup plus généreuse !

L’action GFI INFORMATIQUE a certes un retard (elle ne prend que 3% en un an) et il y aura bien un rattrapage avec ce cours de 3,75 euros mais ce n’est pas encore Byzance…

Alors permettez-moi de vous faire part d’un sentiment personnel car je suis très étonné quand deux fonds actionnaires lancent comme cela une OPA. Je me dis qu’ils doivent avoir des éléments que l’on ne connaît pas comme par exemple une spectaculaire amélioration des fondamentaux. Cela peut également vouloir dire qu’ils vont ramasser du papier supplémentaire avec peut-être dans la tête l’idée de vendre après nettement au-dessus. Mais l’annonce reste tout de même un peu étrange.

Il y a une autre explication à laquelle j’ai pensé. Les deux fonds ont peut-être un prix d’achat moyen beaucoup plus élevé, entre 6,40 euros et 7 euros et chercheraient à réduire ce prix moyen en se vendant par la suite la totalité du groupe. Mais dans ce cas, pourquoi avoir signé un pacte d’actionnaires et ne pas ramasser des titres sur le marché ? Pourquoi une OPA ?

Bref, il va falloir attendre la reprise de cotation du titre pour juger de l’attractivité de l’offre auprès des investisseurs. N’oubliez pas qu’il y a quasiment six ans, le japonais Fujitsu avait cherché à prendre le contrôle de GFI INFORMATIQUE sans succès. Le prix offert à l’époque était de 8,50 euros par titre. On en est bien loin maintenant.

Et je termine par une petite avant-première : vous savez que je suis spécialisé sur les small caps, puisque c’est ainsi que vous me connaissez via ce site pour via Mes Valeurs de Croissance, ma lettre d’investissement dédiées aux mid and small. Mais sachez que je me prépare à vous proposer une nouvelle lettre d’investissement, conçue pour ceux que les small caps effrayent : nous traiterons des blues chips, des grosses capi, je vous parlerai de la manière de gérer un portefeuille sur du long terme, et ce sera une lettre entièrement dédiée à votre PEA ! Patience patience, je peaufine ce projet…

Mots clé : - - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire