Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


Nuit de folie dans la boîte à fracasser les vendeurs

Rédigé le 12 décembre 2016 par | Cac 40, Pétrole Imprimer

Voilà un lundi de pluie qui rime avec ennui, où le CAC40 végète depuis 9h10 entre 4760 et 4770. Un marché où  rien ne fait rien et où rien ne sert à rien !

Il était tout à fait inutile de se lever aux aurores et de concocter un plan de trade à tout casser puisque préparer un flanc au caramel aurait eu à peu près autant d’efficacité. En revanche, ceux qui se sont couché un peu tard -disons après minuit dimanche… donc ce lundi après 0h01- ont assisté à du furieux, de l’inconcevable.

Le CAC40 s’est transformé dès 0h00’01 en fusée (non en missile sol-air) avec +50points sur le contrat décembre à la reprise des cotations.

Quelques minutes plus tard, le CAC40 culminait à 4850 (+80 points par rapport à la clôture de vendredi), au prétexte que l’envol du pétrole (+5% vers 54,4 sur le NYMEX) allait booster Total et autres Technip, que le gouvernement italien allait sauver BMPS, puis Ubi Banca, Unicredit, Banca Popolare… et une myriade de petites banques régionales, avec l’aide du Qatar qui se voit décerner un brevet de sauvetage des canards boiteux de la finance.

Imaginez la nuit de cauchemar des vendeurs qui avaient shorté le CAC40 vendredi vers 4780 et qui avait placé un stop au-dessus de 4800 au cas où (exécuté autour de 4825) puis qui ont vu le CAC retomber ensuite sous les 4800 vers 8h00 puis sous 4760 peu avant l’ouverture de Wall Street.

Ce marché n’est qu’une machine à fracasser les vendeurs

Il suffit de repérer une bonne source de troubles et d’incertitudes, voir de détecter un scénario pire que prévu et d’acheter comme une brute dès que la mauvaise nouvelle se matérialise, même si elle est destructrice de valeur. Car la réalité quotidienne, c’est que l’argent se gagne en détruisant le consensus (vu que les nouvelles sont majoritairement mauvaises, les paris contrariens sont les plus nombreux).

Vu que plus personne ne joue, sauf avec une très bonne raison de le faire, il faut distribuer une bonne main aux joueurs (par exemple une paire d’as) pour qu’ils misent le peu qu’ils ont… avant de les plumer avec un brelan de 2.

Mots clé : - - - - - - - - - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la lettre Pitbull

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter 

Laissez un commentaire