Nouvelle medtech en Bourse : VEXIM !

Rédigé le 19 avril 2012 par | Biotechs et Medtechs, IPO, OPA, opérations financières, Mid et Small Caps Imprimer

En dépit d’un climat boursier plutôt délicat, les IPO se multiplient.

Vous vous rappelez qu’il y a quelques semaines j’avais rencontre Patrick Schein, le président de GOLD BY GOLD (FR0011208693), une société qui vient de réussir son introduction en Bourse malgré des premières séances difficiles.

Eh bien je continue dans ma quête de nouveaux dossiers et j’ai rencontré, lors d’un petit déjeuner, Vincent Gardès, le directeur général de VEXIM (FR0011072602). Il a été nommé il y a quatre mois à ce poste, dans cette société créée en 2006. « Nous sommes spécialisés dans la microchirurgie du dos avec une technique permettant de soigner les fractures de vertèbre. Nous posons un implant par chirurgie percutanée » précise Vincent Gardés.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements

Cette valeur biotech pourrait vous rapporter
jusqu’à 300% de gains !

Elle s’apprête en effet à commercialiser une nouvelle molécule au second trimestre 2012, et cela pourrait révolutionner le traitement du cancer. Nos spécialistes sont formels : ACHETEZ !

Tous les détails sur cette molécule qui pourrait aider des millions de patients souffrant de certaines formes de cancer, vous attendent ici

______________________

Le marché global de cette spécialité est estimé à environ 850 millions d’euros avec environ 2 millions de personnes dans le monde qui pourraient avoir besoin de ce type d’implant. « Notre entrée en Bourse vise à asseoir le développement de VEXIM en Europe avec la création de filiales en direct et non par des distributeurs locaux. » Pour l’instant, les représentants appelés « ingénieurs technico-commerciaux », en langage savant, rendent visite aux chirurgiens pour leur présenter les implants VEXIM. Il s’agirait-là d’un business model complètement nouveau donc. « Nous avons déjà posé 3 000 implants appelés SpineJack, en Europe, et qui se sont vendus autour de 2700 euros ; ces implants sont remboursés en France et en Allemagne » m’indique-t-il.

Pour l’instant, le chiffre d’affaires reste minime, de l’ordre de 1,2 million d’euros en 2011 mais tout laisse supposer, d’après les dires de Vincent Gardés, qu’il pourrait être multiplié par deux. Mais, pour accroître son développement, il faut de l’argent… D’où cette introduction en Bourse sur Alternext afin de lever 12 millions d’euros. Vous savez que j’aime savoir comment l’argent d’une levée de fonds sera utilisé par la suite ; voici sa réponse, claire et précise : « Nous voulons devenir leader européen de la microchirurgie innovante du dos. 6 millions d’euros de la levée de fonds seront consacrés à la R&D alors que les 6 millions d’euros restants seront consacrés au développement à l’étranger, Italie, Royaume-Uni ou encore Allemagne ». Voilà en tout cas un chef d’entreprise qui sait donc à quoi servira l’argent trouvé.

Comme je vous l’ai dit, c’est l’un des points clés quand vous venez en Bourse. Les investisseurs institutionnels que vous rencontrez à ce moment insistent beaucoup sur la manière dont vous allez utiliser votre cash et n’hésitent pas à refuser le dossier si les réponses apparaissent trop évasives. Ce n’est donc pas le cas de VEXIM, bon point pour elle.

La société ne sera pas rentable cette année ni en 2013 mais « sans doute entre la fin 2014 et le début 2015 » m’explique Vincent Gardès. A ce moment, le chiffre d’affaires du groupe devrait atteindre environ 15 millions d’euros.

Revenons sur l’IPO et voyez comment il faut raisonner pour évaluer une société.

Cette levée de fonds va se faire sur une valorisation* pré-money entre 30 et 35 millions d’euros, selon le prix par action retenu pour l’opération (fourchette de 8,55/10,45 euros). Si l’on part sur une valorisation médiane de 33 millions d’euros, on obtient une valorisation de l’ordre de 45 millions d’euros post-money (c’est-à-dire en tenant compte de la levée de fonds).

Cela fait trois fois le chiffre d’affaires attendu en 2014-2015. Cela peut vous paraître élevé mais les ratios dans le secteur sont plus importants.

Vincent Gardès m’indiquait, en prenant congé après plus d’une heure de discussion à bâtons rompus, que le géant américain MEDTRONIC (MDT-Nyse), leader incontestable du secteur, avait racheté la société Kyphon sur une valorisation de 10 fois son chiffre d’affaires. Comme un pur hasard, j’ai appris au cours de la conversation avec Vincent Gardès qu’il avait été chez MEDTRONIC en tant que directeur de division Europe et qu’il avait participé à l’intégration de Kyphon.

Mais ayez en tête que les ratios français n’ont rien à voir avec les ratios américains ; je vous les évoque pour que vous ayez un aperçu des ratios en vigueur dans le secteur. Pour moi, je ne suis pas assez compétent pour vous dire si les implants constituent une véritable révolution. De plus, nous n’en sommes qu’aux balbutiements en ce qui concerne l’évolution du chiffre d’affaires.

Alors si vous voulez vous positionner, dites-vous qu’il s’agit d’un pari, celui de se dire que le parcours de VEXIM sera peu-être celui d’une medtech comme CARMAT (FR0010907956) qu’Elias Roth a décortiquée dernièrement.

Attention toutefois : la moindre déception se payera cash. A noter que l’actionnariat est actuellement entre les mains de Truffle (59%), fonds bien connu dans le secteur, et de Banexi (31%). Je pense qu’il peut être intéressant de prendre une petite position pour voir, mais cela devrait être une partie epsilonesque de votre portefeuille. Il y a encore beaucoup à faire pour atteindre les 15 millions d’euros de chiffre d’affaires. La souscription aura lieu jusqu’au 25 avril. Il vous reste donc une semaine pour tenter ce pari.

* Décryptage : Valorisation
Aussi appelée capitalisation. Il s’agit de la valeur boursière d’une entreprise. Elle se calcule en multipliant le cours de la bourse par le nombre d’actions. Cet outil détermine le prix d’une société à un instant T.

Mots clé : - - -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “Nouvelle medtech en Bourse : VEXIM !”

  1. […] 19 avril dernier, avant son IPO, je vous ai présenté cette medtech spécialisée dans les implants pour la microchirurgie du dos.  L’action a été introduite à 9,50 euros avec une levée de fonds de 11 millions […]

  2. […] avril dernier, je vous ai longuement présenté cette medtech spécialisée dans la microchirurgie du […]

  3. […] Je vous ai longuement présenté cette medtech l’an dernier, suite à ma rencontre avec son principal dirigeant. La société me paraît avec la hausse du jour correctement évaluée.  Imprimer cet article window._wp_rp_static_base_url = "http://dtmvdvtzf8rz0.cloudfront.net/static/"; […]

  4. […] Je vous ai présenté ce spécialiste des implants en titane pour la restauration anatomique des fractures le 19 avril 2012 à l’occasion de son introduction en Bourse. […]

Laissez un commentaire