Nouvelle bulle sur les medtechs cette fois ?

Rédigé le 7 juillet 2011 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

publié dans Small Caps Profits, une lettre d’investissement dédiée aux small caps.

C’est donc l’heure du bilan de ce premier semestre.

La tragédie grecque me laisse pantois et confirme que la dette énorme (350 milliards d’euros) portée par ce petit pays devient chaque jour un risque comparable à la chute de Lehman Brothers. Si vous avez aimé la crise de la dette privée, vous allez adorer la crise de la dette souveraine. Le risque est simple : si la Grèce fait défaut, l’effet domino sera catastrophique. Cela prouvera que l’Europe ne pourra pas défendre les autres pays périphériques comme l’Irlande, le Portugal et surtout l’Espagne dont le PIB est équivalent à ces trois pays. Autant dire que cela ne sent pas très bon…

Les banques françaises vont souffrir de leurs créances grecques

En même temps, la pression est telle que la question n’est même plus de savoir si nous devons ou si nous allons sauver le soldat grec, mais comment. Nous n’avons pas le choix.

La crise apparaît difficilement soluble : les banques ont prêté depuis dix ans à la Grèce des sommes considérables en appliquant la même note de risque que pour l’Allemagne. De ce fait, le système bancaire européen — et surtout français, qui détient plus de 10 milliards d’euros de dettes grecques — qui est lui-même encore convalescent, ne pourrait supporter que la Grèce soit insolvable. Car en plus de la perte sèche, ces mêmes banques ont émis tout un tas de produits afin de les couvrir contre ce défaut grec justement. Cela leur coûtera très TRÈS cher en cas de défaut.

Ensuite, les Grecs ne peuvent structurellement PAS rembourser leurs dettes — surtout avec une croissance aussi anémique et des taux d’intérêts aussi élevés. Le mécanisme est simple : tant que les taux d’intérêt continuent à être supérieurs au taux de croissance, vous augmentez votre endettement. Et ce ne sont pas les grèves générales à répétition qui vont améliorer la tendance… ni les plans d’austérité drastique qu’on veut leur imposer de force. Ce cercle infernal devra se régler par un rééchelonnement de la dette.

Il faut leur donner du temps, beaucoup de temps. Au moment où j’écris ces lignes, les contours d’une solution semble se dessiner impliquant les créanciers privés. Espérons que chacun comprendra que jouer la stratégie du pire ne sera bénéfique pour personne.

Sur les small caps, certaines valorisations sont aberrantes

Mais en ce qui nous concerne plus directement, à savoir nos valeurs moyennes, je dois vous dire que je suis impressionné par leurs performances qui ne se sont pas démenties au 1er trimestre. Il y a néanmoins un phénomène qui commence sérieusement à m’inquiéter, c’est la fuite des belles valeurs moyennes. La dernière en date étant DELACHAUX qui a préféré s’associer avec un fonds de private equity et sortir de la cote pour poursuivre son développement.

À la place, d’autres sociétés sont sous les feux de la rampe. CARMAT par exemple, pourrait un jour être en mesure de mettre sur le marché un coeur artificiel. Mais aujourd’hui, les niveaux de valorisation sont démentiels ! Elle est valorisée de quelque 700 millions d’euros pour un chiffre d’affaires 2010 de 5 millions d’euros et 10 millions d’eurosde perte opérationnelle. Certes, les investisseurs parient sur le futur… de notre côté, cette spéculation est bien loin de ma stratégie.

Je ne sais pas si CARMAT réussira un jour son pari ; mais ce que je suis en mesure de vous dire, c’est que cette société affiche une capitalisation boursière similaire à celle de MERSEN et vaut près de trois fois MAISON FRANCE CONFORT (MFC). Pour mémoire, je vous rappelle que MFC devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires de 560 millions d’euros pour un résultat net de 24,5 millions d’euros et dispose d’une trésorerie nette de 45 millions d’euros.

Une bulle s’est créée sur les medtechs

Une réelle bulle s’est créée sur le segment des medtechs ; certains investisseurs risquent de le payer très cher. Il est d’ailleurs intéressant de noter que beaucoup d’investisseurs historiques (essentiellement des fonds) profitent de la liquidité et des cours élevés pour sortir. C’est ce qu’il se passe sur la société STENTYS, également valorisée son pesant de cacahuètes (plus de 140 millions d’euros).

Nous vivons vraiment dans un marché bien étrange qui n’arrive pas à valoriser l’existant, le prouvé, le réel et qui préfère rêver le futur… Le réveil risque d’être brutal.

Surtout lorsque l’on voit que des valeurs comme SOITEC ou SIPH ont été aussi maltraitées en Bourse et ont touché leur stop loss… c’est vraiment le monde à l’envers !

Enfin, je fais justement un point dans ce numéro sur les introductions en Bourse, et autres opérations qui ont été très nombreuses depuis le début de l’année. De quoi y voir un peu plus clair.

Bien à vous

Jean Chabru

Mots clé : - - - -

Jean Chabru
Jean Chabru

2 commentaires pour “Nouvelle bulle sur les medtechs cette fois ?”

  1. oui je suis absolument d’accord. Nous marchons complètement sur la tête avec des capitalisations a la carmat – ou même désormais genre mauna kea depuis peu. Je ne comprend même pas que certains se laissent encore avoir mais on note une publicité sur tout internet qui me laissent penser que les pros sont a la manœuvre pour distribuer au individuels doux rêveurs…

  2. […] parution dans Small Caps Confidentiel le 07/07/2011. AKPC_IDS += […]

Laissez un commentaire