Nous sommes acheteurs, mais à contrecoeur…

Rédigé le 5 mai 2009 par | Analyses indices, Big caps, US Imprimer

Eh bien voilà, nous repassons en territoire positif depuis le début de l’année. De +0,62% exactement pour le CAC40. Nous avons gagné +31,4% en moins de deux mois (depuis le 9 mars dernier). Le S&P 500 est également repassé dans le vert sur l’année 2009. Le Dow Jones ne tardera pas à suivre.

Joie ! Si l’on se fie aux marchés… nous sommes sortis du pétrin. Douce illusion qui nous berce et nous endort peu à peu… Car pourtant, Eric Fry, un de nos collègues américain, ex-trader et gérant de hedge funds, soulevait le vrai problème hier dans son article :

« Si vous donnez 10 milliards de dollars à n’importe quelle entreprise en faillite aux Etats-Unis, cette entreprise aura l’air en bonne santé pendant un temps. La vérité, c’est que la relance Paulson, et les initiatives conséquentes qui atteignent les multi-milliards de dollars, ont injecté des stimulants à court terme dans les entreprises ; un geste qui soigne les symptômes visibles, mais pas la grave maladie qui se développe en dessous. (…) La vérité, c’est que la rentabilité bancaire ne se remet pas vraiment, et l’économie non plus. Et cela signifie que tous les rebonds des Bourses reposent sur un sol instable. »

Mais les marchés ne l’entendent pas ainsi. Les marchés se moquent de la vérité, de la réalité des fondamentaux quand ils sont pris d’euphorie (ou de panique d’ailleurs). Ils ont décidé de tirer le marché à la hausse, alors les acheteurs s’acharnent et mettent tous leurs efforts à repasser les indices en territoire positif, se débattant dans une gigantesque course à la méthode Coué : « il FAUT que les plans de relance fonctionnent… alors nous allons vous prouver qu’ils fonctionnent ! » Ici, nous devenons un peu schizophrènes. Nous savons que le rebond est… bidon, même s’il était nécessaire pour temporiser la baisse. D’un autre côté, nous savons aussi qu’en trading, le marché a toujours raison et que nous devons jouer la tendance.

Nous savons que ce n’est pas un rebond qui témoigne de la bonne santé économique : il y a eu 32 faillites de banques depuis le début de l’année ! Bien plus qu’en 2008 (qui en a vu 25). Les marchés se sont rassurés hier avec des promesses de ventes immobilières, en hausse de 3,2%. En même temps… quand vous achetez une maison hypothéquée, saisie, vous ne la payez pas bien cher. Tant mieux pour vous, mais quand les requins n’ont que des poissons morts à se mettre sous la dent… est-ce vraiment signe de la bonne santé de l’écosystème ?

Sauf que… pas facile d’acheter quand vous savez que la sentence se rapproche, n’est-ce pas ?

Eh bien c’est là qu’intervient toute l’utilité de l’analyse technique, en nous donnant des seuils et des niveaux à respecter, des niveaux critiques à l’approche desquels il faut se méfier.

Tenez, par exemple, la reprise du CAC40 lui a permis de s’affranchir nettement de sa barrière de résistance à 3 100 pts. Ce niveau, qui bloquait l’évolution des cours à la hausse, est passé ; nous devons maintenant nous concentrer sur la suite. Jusqu’où pouvons-nous jouer la hausse ? Eh bien Marc Dagher indiquait hier à ses abonnés de @Turbos Trader que « désormais, outre les 3 340 pts, je ne vois plus que les 3 500 pts qui font office de barrière qui pourrait encore contenir les pressions acheteuses. Sur le plus long terme, la résistance clé se trouve toujours sur le palier psychologique des 4 000 pts, qui correspond également au dernier niveau d’overlap (du 16 juillet 2008).« 

Mais lui aussi joue la prudence pour l’instant, en restant ultra-sélectif sur les valeurs qu’il choisit. « Ça va être un véritable cas par cas qui va déterminer mes choix. En effet, si certaines valeurs présentent encore un bon potentiel de hausse, d’autres pourraient s’essouffler et laisser place à une phase corrective avant de reprendre de plus belle ! »

Alors, nous jouons le rebond… un oeil à demi-fermé, l’autre à grand ouvert. ** Je vous rappelle enfin que tous nos analystes seront réunis le 19 juin prochain, de 8h00 à 18h30, lors d’une grande conférence de l’Analyse Technique. Ils vous donneront toutes leurs stratégies, toutes leurs prévisions pour la deuxième partie de l’année et vous montreront comment battre les marchés à leur propre jeu. Pour connaître le programme, c’est par ici… Les places partent vite. Je ne saurais que vous conseiller de réserver vite votre place en cliquant ici. J’espère vous y rencontrer pour avoir l’occasion de débattre avec vous !

Mots clé : - - - - - - - - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire