Nous avons des convictions

Rédigé le 3 juin 2008 par | Autres indices Imprimer

Cela fait maintenant quelques Billets du Trader que nous vous alertons sur le fort risque de baisse des indices : « piège à haussier », « baisse des indices », « quand le bâtiment va mal… tout va mal », disions-nous. Depuis le début du mois de mai, nous étions plus que méfiants par rapport au rebond des indices.

J’espère que vous avez pu suivre nos conseils, et prendre vos précautions. Que ce soit en couvrant votre portefeuille par des warrants, en jouant les rebonds avec des stops très serrés ou même en vendant le CAC40 sur son récent plus haut des 5 150 pts…

Pourtant, nous ne sommes ni devins, ni plus géniaux que d’autres analystes. Pourquoi avons-nous maintenu notre position baissière ? Pourquoi vous avoir alerté sur les risques de baisse quand tout le monde croyait à la hausse ? Nous avons les mêmes graphes, les mêmes informations, les même signaux que d’autres.

Eh bien, cher trader, je dirais que c’est parce que nous avons d’abord des convictions… et que nous pouvons nous offrir le luxe de les tenir, d’y réfléchir. Il ne s’agit pas de vouloir avoir raison contre le marché. Il s’agit plutôt d’avoir une conviction forte et de la confronter sans cesse au marché et à la lueur de l’analyse technique justement.

J’ai constaté qu’un des travers de l’analyste est souvent de rester plongé dans son graphe et d’avoir beaucoup de mal à lever le nez… à prendre du recul sur une situation plus globale. Alors certes, il détecte des doubles-tops, têtes-épaules, flags ou autres figures de retournement, de consolidation, de confirmation de tendance en intra-day… à échéance, jour, semaine, mois… C’est rassurant. Il avance (et le reste du troupeau avec !) en terrain connu : tête-épaule = figure de retournement baissière = potentiel de retracement égal à la distance entre la ligne de cou et la tête. Bien. Action !

Mais au final, on sait bien que ces figures ne sont que la conséquence du sentiment des investisseurs, qui lui, est donné par la réalité d’une économie.

Alors va pour jouer les rebonds, les hausses, les baisses, les pull-back. Mais même en analyse technique, il ne faut pas s’en tenir à cela : il faut garder un  oeil ouvert sur la réalité des choses.

Et c’est ce que nous faisons : nous pensons que la baisse est loin d’être finie. Que la crise sera longue, durable et douloureuse. La réalité économique nous le dit. Gardons en tête cette conviction et éclairons-la à la lueur de l’analyse technique pour savoir comment la jouer ! Et dans cette optique, je vous conseille largement de jouer la baisse et de vendre à découvert les supports de la cote qui sont les plus mal placés en ce moment. Je vous en parlais la semaine dernière, mais ça y est ! Sébastien Duhamel vient de terminer son rapport baissier. Il vous dit exactement quelles valeurs vendre. Ne tardez pas à le lire

Mots clé : - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire