Notre équipe déborde d’optimisme pour les marchés

Rédigé le 9 septembre 2008 par | Big caps Imprimer

Cher trader

Je reviens tout juste des Etats-Unis où j’ai eu tout le loisir de discuter avec mes collègues américains des marchés. Eh bien… le sauvetage de Fannie & Freddie nous laisse un goût amer. Dans nos échanges, nous sentirions presque poindre une petite pointe de cynisme et d’ironie. Serions-nous sceptiques ? Pessimistes ? Non… pensez-vous, nous n’irions pas jusque là… Nous sommes tous heureux que les marchés-si-rationnels et que notre si-parfait-et-si-sain-système-financier-mondial soit sauvé du chaos et de la faillite.

Henry Paulson a annoncé la « mise sous tutelle » (donc nationalisation) de Fannie et Freddie. Le Trésor américain va leur acheter un milliard de titres et s’engage à les recapitaliser à hauteur de 200 milliards de dollars si besoin. Oups… ça fait une somme quand même. Comme le dit Philippe Béchade, dans La Chronique Agora d’aujourd’hui « Cela équivaut à plus de 12 fois le coût final du sauvetage du Crédit Lyonnais… et à 25 fois un Kerviel — unité qui représente environ 8 milliards de dollars. »

L’ennui, voyez-vous, c’est qu’en réalité, le Trésor américain va racheter des junk bonds… Oui, ces mêmes junk bonds que personne ne veut récupérer. Et qui va payer, encore une fois ? Vous et moi (enfin, si nous étions Américains). L’ex-président de la Fed de Saint-Louis, William Poole, a décrit le fardeau qui allait peser sur les ménages comme « une situation inacceptable« , et a estimé que le Trésor américain allait avoir besoin de couvrir plus de 300 milliards de pertes.

Alors face à tant de bonnes nouvelles, les marchés européens (qui, rappelons-le, ouvrent avant les marchés américains) ont donc ouvert en très forte hausse : gap haussier de +2,20% sur le CAC40 (bien visible sur le graphique horaire ci-dessous) et qui à 12h00 culminait à quasiment +5%.

CAC 40 horaire

Mais, comme le dit Philippe, ce rebond « a cessé d’être d’ampleur historique à partir du milieu de l’après-midi, le rally initial des marchés US s’avérant des plus fragiles » : le Nasdaq, composé principalement de technos et de biotechs, est parvenu avec difficulté à ressortir de la zone rouge dans laquelle il s’enfonçait à mi-séance.

Donc en résumé, il n’y en a eu que pour les financières hier. Et ce n’est jamais très rassurant quand le marché est tiré par un rebond des financières…. Cela nous rend plutôt nerveux.

Car même dans la grande famille des financière, la fête n’avait pas été la même pour tout le monde : « Lehman perdait rapidement du terrain après une entame de séance à +8% : plombé par des rumeurs récurrentes de faillite, le titre affichait -17% à l’heure du déjeuner et -15% à l’heure du café. Heureusement que Citigroup et Bank of America maintenaient le cap, avec des gains avoisinant +5%« , commente Philippe.

Non, décidément, vraiment, il y a de quoi être euphorique. Tout semble résolu et parfaitement assaini dans le meilleur des mondes possibles. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, après de très légères prises de bénéfices ce matin à l’ouverture (-0,11%), le CAC40 a vite fait de repartir à la hausse.

Tout ceci promet de belles séances boursières à venir, en somme. Ah… mais si ! Ne soyez pas si pessimiste ! En prenant quelques warrants très réactifs, parfaitement adaptés et avec une échéance très rapprochée pour augmenter votre effet de levier, vous allez avoir tout loisir de jouer la baisse, c’est sûr.

Comme me le disait Eric Fry vendredi dernier (Eric est notre « homme de Wall Street » à nous ; il a travaillé avec les plus grands traders, hedge funds, teneurs de marché avant de rejoindre les Publications Agora) : « en ce moment, je me sens nettement mieux si j’achète des puts. Pour jouer la baisse ou pour me couvrir. »

Eh bien voilà, c’est dit. Qui a dit que nous étions pessimistes ?

Mots clé : - - -

Nathalie Boneil
Nathalie Boneil
Directrice de la rédaction aux Publications Agora

Nathalie Boneil est Directrice de la rédaction aux Publications Agora. Elle a travaillé dans l’univers de la Bourse plus de 4 ans – mais c’est depuis toute petite que son grand-père lui parle des marchés et de l’investissement. Aujourd’hui, elle travaille avec nos rédacteurs et analystes sur les marchés actions pour qu’ils vous proposent les meilleurs services, les meilleures idées d’investissements, de manière la plus simple et la plus profitable qui soit pour vous.

Son rôle est tout simple : rendre les idées, les méthodes, les stratégies de nos analystes professionnels facilement compréhensibles et directement applicables pour vous. Elle met l’analyse technique à votre portée, vous montre les opportunités, les pièges à éviter, et vous explique les moyens de vous positionner sans vous noyer dans un jargon d’experts.

Laissez un commentaire