Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


« Notre élection, votre problème »

Rédigé le 16 novembre 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

Les places financières s’accommodent finalement très bien des dérégulations et méga-plan de relance promis par Trump.

Le secteur des « pharma » est soulagé de voir Clinton être écartée du pouvoir – elle qui promettait des baisses de prix sur les médicaments. Et à moins de deux mois de la fin d’année, on ne peut pas écarter une éventuelle manœuvre des banques américaines pour éviter le pire.

Le programme de Trump, s’il est appliqué, devrait provoquer un retour de l’inflation, puis dynamiser les profits des grandes compagnies et la consommation des Américains.

Donc même si Trump n’est pas « officiellement » le candidat préféré de Wall Street, les investisseurs saluent surtout le fait d’avoir un peu plus de visibilité. Désormais, il sait à peu près ce qui l’attend (à peu près…).

Et du côté américain, les choses devraient bien se passer dans un premier temps. Par contre, côté Europe, l’horizon se charge.

« Notre élection, votre problème »

Pour paraphraser Conally, Secrétaire au Trésor sous Nixon (« le dollar est notre devise mais votre problème »), il se pourrait que l’élection de Trump pose bien plus de problème à l’Europe qu’aux USA.

En effet, les choses pourraient se révéler plus difficiles en Europe qui, du coup, ne bénéficiera pas d’un arbitrage en sa faveur. Et pour cause !

D’un point de vue politique, l’Europe, après le BREXIT, va connaitre des échéances électorales importantes dès le mois de décembre (Référendum Italien et élections autrichiennes) puis les présidentielles françaises.

Voici d’ailleurs une illustration des prochaines étapes en Europe.

161116-etapes

A l’incertitude politique, s’ajoute l’incertitude économique avec un possible impact d’une politique plus protectionniste de la part des USA pour les grandes entreprises exportatrices européennes.

Enfin, même les obligations européennes corrigent avec un 10 ans allemand qui repasse à +0.30%, sortant de sa léthargie en territoire négatif.

161116_allemagne

Et même si le niveau des taux reste historiquement bas, la fin du règne des taux zéro est en passe de se matérialiser et cela bien plus vite que la BCE ne l’a prévu.

Or… l’économie européenne est loin, très loin de pouvoir le supporter ! Lisez ou relisez l’analyse de Gilles Leclerc : la situation est très tendue !

Mots clé : - - - - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire