Nos PME sont créatrices de richesse

Rédigé le 11 avril 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Hier matin, j’ai reçu, via Twitter, un message de Guy Mamou-Mani, président du Syntec Numérique, un syndicat professionnel de l’industrie du numérique. Son tweet était le suivant : « Cela va faire plaisir à SC Confidentiel… TCS, la première SSII indienne, rachète le Français ALTI ». En lisant cette information, j’ai bondi de ma chaise en me disant « tiens le mouvement de concentration du secteur informatique va enfin commencer… les petites SSII vont flamber ».

Mon calcul était relativement simple : si la filiale du conglomérat indien Tata est capable de mettre sur la table 75 millions d’euros pour acquérir ALTI (FR0000074296) – soit une base de 0,6 fois le chiffre d’affaires –, c’est que le secteur va forcément repartir à la hausse. Et, par la même occasion, nos petites SSII vont fortement progresser.

Je passe donc une bonne partie de la matinée sur les écrans à passer en revue les small et mid caps du secteur. Qu’ai-je vu ? Rien. Il ne s’est strictement rien passé. AUBAY (FR0000063737) était stable, OSIATIS (FR0004044337) gagnait un petit 0,3% tandis que GROUPE OPEN (FR0004050300) progressait de 1,3%. Seul GROUPE STERIA (FR0000072910) affichait 4% de hausse – mais, suite à un plongeon totalement injustifié, de nombreux brokers s’étaient mis à recommander l’action depuis déjà plusieurs jours. Bref, je poursuis ma revue de valeurs. SOPRA GROUP (FR0000050809) lâchait 2%. Je suis alors passé à SQLI (FR0011289040) dont j’attendais l’envolée mais, là encore, rien de probant, le titre est resté désespérément stable…

Bref je quitte mes écrans quelque peu décontenancé laissant la perplexité gagner mon esprit et m’en vais rejoindre Christian Poyau, le président de Micropole (FR0000077570), pour déjeuner. L’homme, que je connais depuis de nombreuses années, doit nous présenter les résultats de son groupe. En arrivant sur les lieux, je me dirige vers lui et lui expose les faits. Je lui demande ensuite s’il comprend ce qui se passe. Il me répond que non. Pour lui : « C’est totalement incompréhensible, les valorisations du secteur sont extrêmement faibles mais il n’y a aucun acheteur final. Et ce, qu’il s’agisse des fonds d’investissements ou encore des particuliers « .

C’est à n’y rien comprendre. Cela d’autant que, comme je vous l’ai déjà expliqué, les sociétés du secteur ont bien résisté en 2012 et ne mérite pas une telle traitement désapprobation. Mais, je dois bien vous l’avouer, il y a un élément que je ne maîtrise pas : le faible nombre d’analystes financiers qui suit le secteur. Christian Poyau, par exemple, m’expliquait être suivi par un seul analyste actuellement. Dans ces conditions, comment voulez-vous que le secteur retrouve de la vigueur ? Et, pourtant, les opportunités ne manquent pas.

A quand une vraie mise en application d’un projet de Bourse dédié aux PME-PMI comme Euronext s’y était engagé ? Qu’attend-on pour promouvoir une recherche faite par des analystes indépendants qui ne dépendent pas de telle ou telle banque et qui n’ont pas d’opérations financières à monter pour suivre une valeur ? Il y a beaucoup de questions mais encore trop peu de réponses. Il en va de la survie de notre monde des small caps. Rappelons que nos PME créent de la richesse. On a trop tendance à l’oublier…

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

« Pour moi, cela ne fait aucun doute : pour gagner de l’argent en Bourse, il faut viser les small, et surtout les mid caps. » Eric Lewin

La plupart des informations dont Eric dispose ne peuvent pas être diffusées dans les médias. Or ces analyses essentielles pourraient vous permettre de profiter des meilleures opportunités de marché et viser des plus-values exceptionnelles !

Aujourd’hui, Eric Lewin a décidé de lancer sa propre lettre confidentielle d’investissement pour VOUS faire profiter de ses informations en exclusivité.

Pour en profiter sans attendre : c’est ici !

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

4 commentaires pour “Nos PME sont créatrices de richesse”

  1. @SCConfidentiel je ne suis pas certain que le prix de rachat d’Alti soit à même de susciter l’enthousiasme, mais les données manquent

  2. RT @SCConfidentiel: Nos PME sont créatrices de richesse… http://t.co/22ilAR2L45

  3. Nos PME sont créatrices de richesse http://t.co/tbNxoZnMGm #v #in

  4. C’est bien dommage ce manque d’information sur les smallcaps. Les analystes préfèrent parler des grosses valeurs sur lesquelles ils spéculent parceque le volume journalier le permet.
    Business & Decision, par exemple, qui valorise moins de 25 millions d’euros a montré en 2011, avec pres de 9M euros de bénéfices qu’elle était dans les même ration (X2) que ALTI. (CA, RN, dette)… Si ALTI a été acheté 75 M d’euros, BND en vaut dans ces conditon 150 … 5 à 6 fois sa valorisation boursière !! Il y a quelques années la prime d’OPA était évaluée à 20% …

Laissez un commentaire