Quand Nomura et les critiques automobiles repeignent Tesla aux couleurs de l’échec

Rédigé le 11 septembre 2018 par | Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

« Le client peut choisir la couleur de sa voiture qu’il souhaite, pourvu que ce soit du noir ».

Henry Ford posant un modèle de sa célèbre Ford T

Crédit : Ford Motor Company

Ce célèbre aphorisme de Henry Ford, alors que la Ford « Model-T » connaissait un succès fulgurant il y a un siècle (15 millions d’exemplaires vendus en 14 ans, de 1913 à 1927), Elon Musk, le PDG de Tesla, semble le reprendre à son compte (pour le nombre d’exemplaires, il peut toujours rêver).

Il vient d’annoncer que sur les sept couleurs de base proposées pour la Model-3 (soit dix fois moins que le nuancier proposé par n’importe quel autre constructeur sur des berlines grand public), deux peintures métallisées allaient être surfacturées, ce qui ne laisse que cinq possibilités au tarif plancher (contre sept jusqu’à lundi soir).

Tesla en voit de toutes les couleurs et se met aux (petites) économies

Il ne s’agit pas d’une question de temps de séchage trop longs pour des couleurs autres que le noir – comme en 1913 – mais bien de coûts de réalisation.

Peut-être qu’Elon Musk testera bientôt la pertinence de cet autre aphorisme de Henry Ford :

« Échouer, c’est avoir l’opportunité de recommencer de manière plus intelligente ».

En attendant, la holding financière Nomura dégrade Tesla à « neutre » en invoquant des problèmes de management… et de plus en plus de critiques automobiles estiment que la « Model-3 » n’est pas « fun » à piloter tandis que dans une gamme de prix équivalente, la Jaguar I-Pace ou l’Audi e-tron sont beaucoup plus « exciting » (plus sportives, mieux finies) et font figure de véritables « Tesla killers ».

L’action Tesla perd 100$ en trois semaines, des actionnaires en pétard contre Elon Musk

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire