Le Nikkei est très en retard sur Wall Street

Rédigé le 7 octobre 2010 par | Autres indices Imprimer

Tous les jours, et dès 16h00 au 0899 88 20 36* Philippe Béchade analyse pour vous les marchés, les rumeurs qui animent les salles de trading, et vous propose SA stratégie pour profiter ou contrer les mouvements boursiers.


La guerre des devises bat son plein et tout le monde semble y trouver son compte :

Wall Street grimpe, l’Eurotop-100 et le CAC40 retrouvent leur zénith de l’été, le pétrole repasse au-dessus des 83$ le baril… et l’or pulvérise un record absolu à 1,350$ l’once.

Tout monte, tout grimpe : est-ce bien raisonnable ?
Beaucoup d’économistes estiment que cette situation est absurde. Comme vous l’expliquait Sébastien lundi dernier, la hausse de tous les actifs en même temps est… un non-sens. La chute du billet vert — ou de la livre sterling dans son sillage — ne devrait pas faire flamber le CAC40 ou le DAX30, pas plus que la hausse du prix des matières premières.

Et si l’on voulait admettre que la hausse du pétrole, du cuivre, du platine puise son origine dans l’anticipation d’une reprise économique — qui ne se dessine qu’en filigrane dans les dernières statistiques –, alors la flambée de l’or n’a aucun sens. Cette hausse de l’or, placement défensif par excellence, qui n’offre aucun rendement intrinsèque — n’a guère de sens si les autres actifs progressent dans de telles proportions.

Et si les indices boursiers sont en grande partie soutenus par les perspectives d’un assouplissement quantitatif (quantitative easing) aux Etats-Unis. Il n’existe aujourd’hui qu’une grande place financière qui accuse un retard impressionnant sur Wall Street : Tokyo et son Nikkei qui végète autour des 9.500Pts depuis près de 6 mois.

La faute à qui ?
La faute à un yen qui affiche la plus forte appréciation contre les devises occidentales (franc suisse et dollar australien exceptés) depuis début 2010.

La Banque centrale du Japon (BoJ) a fait savoir qu’elle ne laisserait pas le yen déborder les 83 face au dollar ; ni les 100 face à l’euro d’ailleurs. Elle vient donc de confirmer ce 5 octobre qu’elle réduisait la fourchette de son taux directeur de 0,00% à 0,1% (contre un plancher de 0,1% précédemment).

Cette mesure technique ne pouvant suffire à relancer la croissance dans l’Archipel, la BoJ annonçait dans la foulée un nouvel épisode d’assouplissement quantitatif, afin d’injecter de nouvelles liquidités (pas moins de 5 000 milliards de yens dans le système financier nippon) et ainsi soutenir la consommation en offrant aux banques quelques marges de manoeuvre supplémentaires.

Le retour à une politique de « taux zéro » sur fond de surliquidité chronique est donc acté depuis mardi matin… Mais le fait accompli semble avoir joué face au dollar et le mécanisme de reverse carry-trade se poursuivait de plus belle le lendemain en faveur de la devise nippone.

Le dollar demeurait ancré à proximité de son plancher historique, vers 83,1. Mais après un second test du seuil des 83, le yen pourrait amorcer sa décrue et favoriser un retour en grâce des valeurs japonaises.

Le Nikkei ne va pas tarder à combler son retard
La Bourse de Tokyo commence à frémir d’aise depuis que la Bank of Japan a repris le destin du yen en main : le Nikkei rejoint en 48H la résistance des 9.700Pts (du 21 septembre), ouvrant au passage un gap au-dessus des 9.538Pts (MM100).

La configuration commence à s’apparenter à l’ébauche d’une tête/épaules inversée (démarrant depuis le plancher des 8.800Pts, avec deux épaules à 9.220 puis 9.330Pts).

Ce scénario serait validé par le débordement des 9.710Pts avec le comblement du gap des 9.893Pts du 24 juin, des 10.105Pts du 22 juin puis des 10.390Pts du 15 mai en ligne de mire, l’objectif à 3 mois étant le test des 10.500Pts.

[Ndrl : Pour savoir quand et comment agir en fonction des mouvements de l’USD/JPY ou de l’évolution du Nikkei, écoutez les conseils et analyses de Philippe Béchade au 0899 88 20 36* chaque jour, à partir de 16h.]

*1,35 euro par appel + 0,34 euro / minute.
Depuis la Belgique : composez le 09 02 33110, chaque appel vous sera facturé 0,75 euro / minute.

Depuis la Suisse : composez le 0901 801 889, chaque appel vous sera facturé 2 CHF / minute.

Mots clé : -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire