Le Nikkei avait montré la voie… Mauvais signe !

Rédigé le 28 octobre 2009 par | Autres indices Imprimer

S’il est une chose qui m’importe au plus haut point quand je trade, ce sont les relations inter-marchés. C’est à mon humble avis une des clés pour mieux comprendre leur mécanique complexe, et s’assurer de trades avec le maximum de sécurité.

Ainsi, lorsque je vous ai annoncé dans ces colonnes que je voyais des signes d’un rebond majeur sur les marchés début mars, c’est un des éléments que je surveillais. Encore faut-il avoir le temps, me direz-vous, de suivre les indices européens, américains, et asiatiques, mais également les corrélations avec d’autres classes d’actifs, comme le pétrole ou l’or. Eh oui, c’est un métier à plein temps, et parfois les 24 heures de ma journée n’y suffisent pas !

Le Nikkei a une longueur d’avance

Mais revenons à nos marchés, et en particulier au Nikkei, l’indice japonais, que j’aime regarder dans les phases de fin de mouvement du marché, comme c’était le cas ces dernières semaines.

Graphique du Nikkei - Double bottom

J’avais fait ce graphique début octobre. A ce moment, l’indice japonais ne présentait pas exactement la même configuration que nos indices européens ou américains.

En effet, en mars dernier, le 10 pour être précis, il a bien fait un point bas comme ses collègues internationaux, mais il n’a pas été plus bas que le 28 octobre 2008, à 6.994 points. Il a donc fait ce que l’on nomme, en analyse technique, un « double bottom », c’est-à-dire un point bas, puis quelques temps après, ici quelques mois, un deuxième point bas légèrement plus haut que le précédent (de 27 points pour être précis sur un indice qui en valait 7.000). La précision est ici remarquable, et ferait presque croire à l’analyste technique quiconque n’y croirait pas encore.

Dans le même temps, en mars, la plupart des indices mondiaux faisait un plus bas (à l’exception notable du Nasdaq) avec une accélération baissière impressionnante.

Cette divergence entre les indices mondiaux — avec l’absence d’une accélération baissière sur un indice plus faible comme le Nikkei — ne manqua pas d’attirer mon attention. Et ce fut un des éléments qui m’a permis de prévoir le rebond de mars.

Ces dernières semaines, alors que les indices européens et américains continuaient à faire de nouveaux plus hauts, le Nikkei ne suivait pas ses homologues et ne parvenait pas à dépasser ses tops du 31 août dernier. Cela m’alertait, d’autant que je voyais également des signes de faiblesse sur les indices européens et américains.

Pour en venir à proprement parler à l’indice japonais, ce n’est un secret pour personne que la désormais troisième puissance mondiale va particulièrement mal. Le pays ne s’est jamais remis de la crise immobilière de 1989 et la croissance, s’il on peut encore employer ce mot, est prévue à -5% en 2009 !

C’est également une des rares économies dans le monde à être officiellement en déflation, avec une prévision de chute des prix à la consommation de 1.1% en 2009. En attendant peut être malheureusement que d’autres pays lui embrayent le pas.

Dès lors, l’indice japonais est particulièrement faible et ce, y compris dans le récent rebond depuis mars puisque alors que certains de ses homologues internationaux ont retracé 50% de la chute 2007/2009, il n’est même pas parvenu à en retracer 38.2% et à atteindre la résistance horizontale majeure des 11.691 points, l’ancien point bas de mars 2008.

Il s’est donc arrêté à 10.767pts le 31 août dernier, avec un chandelier japonais en étoile filante, signe d’un retournement, au moins à court terme. Il a depuis confirmé sa correction en cassant une oblique ascendante qui soutenait les cours depuis mars. Qui plus est, le Nikkei n’a pas fait dans le détail en cassant ce support, puisqu’il l’a fait avec un gap baissier entre 10.265 et 10.009 le 28 septembre, donnant ainsi le ton des semaines qui ont suivi. Le haut de cette zone de gap est aujourd’hui testée dans un rebond — avant de repartir à la baisse ?

Graphique du Nikkei - Zone de gap

Quels sont les objectifs pour les prochains mois ?

Tant que nous sommes sous les 10.767 points, j’envisage une poursuite de la correction, et vous profiterez d’un retour au niveau du gap 10.009/10.265 pour vendre l’indice avec un objectif au niveau du point bas de juillet à 9.050 points.

Puis, si cela ne suffisait pas à calmer la correction, une cassure de ce niveau entraînerait une accélération baissière vers le support horizontal des 8.493, point bas du 28 avril dernier, et surtout proche de retracement de 61.8% de la progression entre mars et août.

Mots clé : - -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire