Le Nikkei à 15 000 points : Banzaï !

Rédigé le 15 mai 2013 par | Matières Premières Imprimer

Bannière audiotel

Mais jusqu’où la banque centrale du Japon (BoJ) veut-elle entraîner le Nikkei ? Vise-t-elle une parité du Nikkei avec le Dow Jones autour des 15 000 points ? Trop court, c’est presque déjà dans les tuyaux puisque l’indice vient de rejoindre les 14 750 points : il manque à peine 2% !

Il ne semble plus y avoir la moindre limite à la démesure des valorisations : Tokyo est en plein krach à la hausse, la BoJ achète des trackers avec la même exubérance qu’un trader venant de s’enfiler 3 grammes de coke extra pure : sentiment d’invincibilité, optimisme maniaque, mépris du danger… Une version 21ème siècle du kamikaze appliquée au monde financier.

Evolution du Nikkei
Evolution du Nikkei

Nous avons assisté vendredi 10 mai à une hystérie acheteuse sur les exportatrices (alors que leurs ventes progressent très modestement, voire reculent comme pour Panasonic !). L’aveuglement total des opérateurs le dispute à un comportement de panique à la hausse.

La guerre des monnaies (arrêtons de se mentir) a repris la semaine dernière en Asie avec la multiplication des contrefeux monétaires (Vietnam, Taïwan, Corée, Australie on baissé leurs taux en l’espace de 3 jours)… mais le Yen replonge dès le lendemain ! Le basculement du Yen sous les 100/$ puis 101$ ouvre de nouvelles perspectives de dévissage abyssal de la devise nippone.

Turbulences boursières, volatilité, retournements inattendus, krachs…
PERTES INCONTROLABLES : PLUS JAMAIS CA !
Vous pouvez maîtriser les marchés — et votre portefeuille… et cela en seulement 20 minutes par semaine. Tout est expliqué dans cette vidéo.

 

http://www.boursorama.com/bourse/cours/graphiques/display_gif.phtml?id=3709341
Evolution de la paire USDJPY

Cela prouve également que face aux ripostes dérisoires des banques centrales régionales, le marché attend déjà une contre attaque encore plus musclée de la BoJ. La guerre des monnaies devient mondiale puisqu’aucune limite à la puissance de feu ne semble plus être de mise.

L’objectif court terme est évident, les conséquences moyen terme sont tout aussi prévisibles, et vous avez le choix : destruction totale de la valeur de… euh, voyons voir… de la monnaie, des concurrents allemands, chinois ou américains, des règles du commerce international, de la crédibilité du G7 qui ne condamnera pas la fuite en avant japonaise car nous vivons un Munich monétaire – une nouvelle fois, c’est la peur de prononcer le mot « guerre » de crainte qu’elle n’éclate médiatiquement…

__________________

Conférence "A la recherche du rendement perdu"

__________________

Du point de vue de l’analyse technique, l’instrument de mesure est littéralement carbonisé, le thermomètre a explosé. Les chiffres qui suivent valent mieux que n’importe quel discours théorique.

Le krach à la hausse évoqué plus haut n’est pas une simple image destinée à vous impressionner : le Nikkei affichait vendredi jusqu’à +3% en intraday, soit +6,7% hebdo, soit +40,5% en 4 mois et 2 semaines. Autrement dit, la bourse de Tokyo pulvérise en moins de 5 mois son record de gain annuel des 15 dernières années (+40,25% en 2005). C’est 61% de plus qu’en 1999, une année record (+24,5%) où Tokyo avait aussi été dopé par la flambée des « dot.com ».

Nous venons de vivre la meilleure semaine boursière depuis mi-novembre 1999 : le Nikkei explose le sommet de son canal ascendant moyen terme (14 480/14 500) puis son zénith de mi-juin 2008 (14 601 points) et a même refermé le gap des 14 691 points du 31/12/2007. Rejoindre les 15 000 points ne semble plus qu’une formalité. Un seul petit détail nous chiffonne. L’endettement du Japon a tout simplement doublé depuis cette date et l’activité économique frémit à peine après 5 mois d’effondrement du Yen. N’importe qui serait saisi d’un doute ou de vertige… mais pas la BoJ : Banzaï !

 

Mots clé : - -

Philippe Béchade
Philippe Béchade
Rédacteur en Chef de la Bourse au quotidien

 

Philippe Béchade rédige depuis 15 ans des chroniques macro-économiques et boursières ainsi que de nombreux essais financiers.

Intervenant régulier sur BFM Business depuis mai 1995, il est arbitragiste de formation, analyse technique et fut en France l’un des tout premiers traders et formateur sur les marchés à terme. Rédacteur et analyste contrarien pour la Bourse au Quotidien, vous trouverez son fil de news en temps réel sur cette page ou sur Twitter

Laissez un commentaire