Est-ce le moment d’acheter Nicox ?

Rédigé le 31 août 2010 par | Big caps Imprimer

Par Mathieu Lebrun analyste et responsable d’un service de trading sur CFD

Les marchés broient du noir depuis le début du mois. En conséquence, je me suis intéressé à une valeur moins corrélée aux grands indices boursiers : la société de biotechnologie Nicox.

En effet, alors que l’expiration des brevets et la concurrence accrue des génériques pousse — et va continuer de pousser — les laboratoires pharmaceutiques à réaliser des opérations de croissance externe, il m’a semblé intéressant de faire un point sur cette valeur… surtout au moment où sa capitalisation boursière a fondu de plus de 70% depuis le 1er janvier !

Le pire est-il dernière nous ?
Si vous suivez un minimum l’actualité boursière, les déboires de Nicox ne vous auront pas échappé. Je ne vous apprendrai rien en vous rappelant que ce décrochage a eu lieu suite à un avis négatif rendu par la FDA (Food & Drug Administration) concernant la mise sur le marché de sa molécule vedette le Naproxcinod.

Dans les semaines à venir, le marché surveillera avec attention l’avis des autorités européennes. Vont-elles emboîter le pas de leurs homologues US ou, au contraire, émettre un avis plus favorable à la mise sur le marché du Naproxcinod ? La réponse à cette question est attendue courant 2011. Certains analystes estiment déjà que l’autorisation de la molécule sur le marché européen pourrait générer près de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires par an…

Le niveau de trésorerie de la société est remarquable. A la fin du premier semestre 2010, il s’élevait à un peu plus de 128 millions d’euros, ce qui équivaut à 1,80 euro par action. Or, vu le cours de Bourse actuel — tout juste au-dessus des 2 euros –, la question d’un excès du marché mérite d’être posée. Bien évidemment dans l’hypothèse d’une cessation de paiement, le paiement de la dette sera exigé.

Mais entre nous, si la prise de participation du Fonds Stratégique d’investissement (FSI) freine le caractère opéable de la valeur — le FSI est le premier actionnaire de la biotech avec plus de 5% du capital détenu –, elle a, à l’inverse, le mérite d’atténuer le risque d’une défaillance. L’Etat laisserait-il la société déposer le bilan : je ne le pense pas.

Que nous dit l’analyse technique ?
A moyen terme, il est intéressant de noter qu’après la forte chute enregistrée ces dernières semaines, le titre évolue désormais non loin de la borne inférieure de son large canal descendant
— en pointillé sur le graphique.

Graphique de Nicox en données hebdomadaires
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

A court terme, la théorie des gaps m’amène à penser que la baisse est derrière nous — pour les prochaines semaines, ma préférence irait plutôt vers une consolidation à plat.

Selon cette théorie, on distingue traditionnellement au sein d’un mouvement trois types de gap : le gap de rupture, le gap de continuation et enfin le gap d’essoufflement. Et devinez quoi ? Il se pourrait bien qu’une telle séquence soit apparue sur Nicox ces dernières semaines. Je m’explique.


Graphique de Nicox en données journalières
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Depuis la fin du mois de mai, l’analyse graphique de Nicox nous a permis d’observer différents trous de cotation (ou gaps). Tout d’abord, le 11 mai, un premier gap baissier s’est matérialisé — il pourrait bien s’assimiler à un gap dit de rupture (breakaway). En effet, auparavant la tendance précédente était à la hausse.

Depuis le 16 février, le titre était engagé dans un mouvement ascendant qui a pris fin le 11 mai. En termes de timing, cela correspond à l’avis défavorable donné par les experts. Deux jours plus tard (le 13 mai donc), la FDA annonce qu’elle suivait la décision de ces mêmes experts, et qu’elle rejetait donc l’autorisation.

Le décrochage a été brutal et le gap violent. Il s’est produit dans des volumes record — notés « 2 » sur le graphique. Enfin, le 22 juillet, un gap d’essoufflement s’est probablement formé. Deux éléments vont selon moi dans ce sens. D’une part, les volumes — notés « 3 » sur le graphique — étaient en net repli. D’autre part, ce gap a été rapidement comblé avec l’envolée constatée le 18 août dernier. Cerise sur le gâteau, ce mouvement s’est d’ailleurs réalisé dans des volumes supérieurs — notés « 4 » sur le graphique.

Au final donc la marge résiduelle de repli pourrait bien s’avérer limitée. Alors certes, vous affirmer que l’on va assister immédiatement à un retournement haussier serait probablement présomptueux et risqué. A l’inverse, vous conseiller de commencer à accumuler des titres au-dessus des 2 euros semble, à mon sens, beaucoup moins hasardeux…

Mots clé : - - - - - - -

Mathieu Lebrun
Mathieu Lebrun
Rédacteur en Chef d'Agora Trading

Mathieu Lebrun est analyste financier. Il commence sa carrière chez Fortis Banque pour intégrer la table de négociations sur devises au sein de la salle des marchés du groupe Natexis Banques Populaires. En 2004, il intègre un cabinet de conseil sur produits dérivés en tant qu’analyste technique et obtient son diplôme d’Analyste Technique délivré par la STA (Society of Technical Analysis).

Depuis près de 10 ans, il s’est forgé une solide expérience sur les marchés financiers. En juin 2013, il décide de créer un service de trading simple et efficace : Agora Trading. Pour ses abonnés, il combine à merveille sa lecture des différentes classes d’actifs et leur corrélation pour en tirer le meilleur. Vous pouvez ainsi vous positionner en toute simplicité, en exploitant des outils de trading ultra-efficaces, les certificats Turbos.

En savoir plus sur Agora Trading.

7 commentaires pour “Est-ce le moment d’acheter Nicox ?”

  1. […] Est-ce le moment d’acheter Nicox ? | Le Billet du Trader […]

  2. moi, médecin, je vous dis que leurs produits sont thérapeutiquement bidons: cette société est une lessiveuse, dont les accointances politico technocratique sentent le scandale

  3. Merci de cette analyse je suis de cet avis. Pour moi en Europe ca va etre ok et l’action va

  4. Merci de cette analyse je suis de cet avis. Pour moi en Europe ca va etre ok et l’action va grimper

  5. Bonjour,

    Comme vous l’aurez remarqué dans cet article mon analyse est orientée sous l’angle de l’analyse graphique et de règles observées sur certains indicateurs (les « gaps » notamment). Dans mon scénario technique, n’oubliez pas que je favorise « seulement » un retour dans la zone des 4 /4,50€. D’un point de vue comptable maintenant, autour des 2€ l’action équivaut plus ou moins à son niveau de trésorerie. Évidemment, si la société se retrouve en cessation de paiement, le remboursement de la dette viendra grever cette valeur.

    Pour autant, je ne pense pas que le FSI laisse ce scénario se produire vu leur niveau d’entrée sur la valeur. En résumé, en termes de trading notamment, le « risk/reward » (potentiel de gain comparé à la perte potentielle) est très favorable et mérite selon moi de surveiller la valeur. Car, s’il ne s’agit en aucun cas de prétendre que la valeur reviendra s’échanger autour des 20 € comme en 2006. Toutefois, prendre le risque de dire qu’elle va doubler — c’est-à-dire gagner 2€ — alors que, dans le pire des cas, nous ne perdrions que 2€ est à mon avis moins hasardeux (alors même que dans mon analyse je conseille d’ailleurs de ne pas tenir la pose si l’action venait à passer sous les 2€, ce qui augmente d’autant le ratio considéré).

    Mathieu Lebrun
    Rédacteur en chef / Agora CFD

  6. vu le dossier qui a motivé la position de la FDA, vu l’illusion scientifique et clinique de ce qui toujours qu’une molécule et pas un médicament et le consensus des expert, ne comptons pas sur une mise sur le marché européen

  7. […] m'être attardé sur le cas de Nicox la semaine dernière, je continue mon petit tour des "penny stocks" avec cette semaine un candidat dont vous avez […]

Laissez un commentaire