Inscrivez-vous gratuitement à La Bourse au quotidien


L’emploi américain plus fort que le Brexit ?

Rédigé le 8 juillet 2016 par | Analyses indices, Autres indices, Indices, sociétés et marchés, Toutes les analyses Imprimer

NFP : l’heure de vérité ?

Vendredi dernier ont été publiés les chiffres des créations de postes aux États-Unis. Ce chiffre avait généré de forts décalages le mois dernier en manquant complètement le consensus avec seulement 38 000 postes créés contre plus de 170 000 attendus.

Ce rapport a été très suivi après la publication des Minutes de la Fed mercredi dernier qui mettaient l’accent sur l’importance de l’emploi.

Alors que depuis le début de la semaine, l’inquiétude a fait son retour sur les indices mondiaux, amenant les cours à tester des supports très bas post-Brexit, les Minutes de la Fed ont permis aux indices américains de se reprendre fermement, laissant sur place Dax et autres consorts européens.

C’est d’ailleurs sans doute la première leçon à tirer de cette semaine : les indices américains et européens poursuivent leur « décorrélation ».

comparatif_es_djIl est loin le temps où les gérants se suivaient sur les plateaux TV pour annoncer le rattrapage européens grâce aux fuites de capitaux depuis les USA à cause de la Fed !

La graphique ci-contre illustre, comme je l’avais déjà indiqué dans ces colonnes, la solidité des indices US malgré un environnement monétaire en apparence moins favorable.

Le Dow Jones progresse de 2.17% sur un an quand l’Eurostoxx50, lui, décroche de plus de 16%.

Ce mouvement de décorrélation n’est donc pas nouveau mais a connu une nette accélération ces deux dernières semaines.

Les investisseurs préfèrent prendre le risque d’une hausse de taux (improbable ) que de s’exposer à une zone euro en panne, déséquilibrée et en proie à de fortes tensions économiques et politiques.

Quelle évolution pour les indices US ?

Cette bonne tenue des indices américains est tout de même très relative et fragile. Certes, le resserrement monétaire de la Fed s’éloigne à grands pas, laissant espérer aux investisseurs de beaux jours de liquidité abondante devant eux.

Toutefois, nous ne sommes plus dans le contexte d’il y a quelques mois, où l’on comptait sur les plans d’assouplissement pour sortir la tête de l’eau.

Le premier pas de la Fed a signé la fin de ce mécanisme qui consiste à penser que les banques centrales maîtrisent la situation et ne laisseront tomber personne.

Le raté des derniers NFP a d’ailleurs bien montré le flou total dans lequel naviguait la banque centrale.

Du coup, peut-il réellement y avoir de « bonnes » nouvelles pour le marché avec l’annonce de ces NFP ?

D’’un côté, si le chiffre est meilleur qu’attendu, la Fed pourrait (et « devrait » pour rester crédible) continuer dans sa remontée de taux, ce qui n’est jamais très positif pour les indices.

De l’autre, un mauvais chiffre confirmerait le ralentissement et au final, l’inefficacité des politiques monétaires accommodantes.

Dow Jones h4Aussi, si les indices US trouvent aujourd’hui un soutien « par défaut » avec l’incertitude européenne, le potentiel de hausse semble tout de même très limité à moyen-terme.

A mon avis nous sommes proches d’une zone de vente optimale avec un très bon ratio rendement/risque.

Si, comme nous l’avons vu cette semaine, on ne peut pas écarter quelques remous haussiers, l’essoufflement de la hausse ne fait aucun doute. Depuis la zone actuelle, un retour sur 17450 pts puis vers 16800 pts semble très probable tant que les plus hauts tiendront.

Bonne vacances !

 

Mots clé : - -

Jérôme Reviller
Jérôme Reviller

Passionné de finance et autodidacte, Jérôme Revillier dirige aujourd’hui une société de gestion spécialisée sur le marché des changes. Il collabore avec des investisseurs particuliers avertis, des institutionnels ou encore des hedge funds cherchant de la performance absolue.

Vous pouvez croiser Jérôme sur des salons comme Actionaria, le salon du Trading ou le salon de l’Analyse Technique – il parcourt aussi la France, la Suisse et la Belgique pour rencontrer les investisseurs et leur faire partager son approche bien particulière des marchés.

Laissez un commentaire