NEOVACS ou comment anticiper une annonce de résultats cliniques

Rédigé le 21 mai 2013 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

Nous vous avons beaucoup parlé sur le site smallcapsconfidentiel de NEOVACS (FR0004032746), cette société qui développe un concept révolutionnaire : la vaccination thérapeutique pour les maladies auto-immunes. Les maladies auto-immunes s’imposent dans le domaine de la santé, au même titre que le cancer, comme un marché mondial considérable. On estime par exemple que près de 1% de la population mondiale souffre de polyarthrite rhumatoïde.

Il existe actuellement des anticorps ciblant les protéines de l’inflammation, comme le TNF alpha, qui sont surexprimées dans les maladies auto-immunes. Ces anticorps représentent pour les anti-TNF un marché mondial de 25 milliards de dollars par an. Ils sont longs et coûteux à produire et perdent progressivement de leur efficacité du fait de leur origine animale. L’approche révolutionnaire de NEOVACS est de vacciner les patients contre leurs propres cytokines, et notamment le TNF alpha.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Quel est le secret partagé par tous les investisseurs les plus célèbres de l’Histoire ?
De John Templeton à John Rockefeller en passant par George Soros et Warren Buffett, découvrez l’un des secrets les mieux gardés de l’histoire de l’investissement…

… et rejoignez les rangs de ceux qui en profitent pour engranger des gains pouvant aller jusqu’à 300%, voire plus !

Tout est expliqué dans cette vidéo exclusive…

Ce projet développé sous le nom de TNF-kinoïde cible le TNF alpha dans la polyarthrite rhumatoïde.

Après le succès de la levée de fonds de mars 2013, (7,2 millions d’euros levés et une sursouscription de 135%) et la 3e tranche de financement d’Oseo reçue en mai 2013 (412 000 euros), NEOVACS dispose actuellement d’une trésorerie lui assurant le développement d’une étude de Phase IIb dans la polyarthrite rhumatoïde. Cette trésorerie sera renforcée par des versements au titre du crédit impôt recherche courant 2013 et 2014.

L’étude de Phase IIa avait pour but de prouver l’immunogénicité et la tolérance du traitement. Cet objectif a été largement rempli : le TNF-kinoïde est immunogène car il permet au patient vacciné de produire ses propres anticorps anti-TNF alpha. Ces anticorps ont de nombreux avantages : ils sont polyclonaux, c’est-à-dire qu’ils sont divers mais ciblent toujours le TNF alpha ; et ils sont produits par le patient, donc moins coûteux et mieux tolérés sur le long terme.

L’étude de Phase IIb est une étude d’efficacité clinique : elle tendra à prouver, sur 140 patients recrutés dans différents pays souffrant de polyarthrite rhumatoïde et n’ayant jamais bénéficié de traitement anti-TNF alpha, une amélioration significative des symptômes de la maladie.

Je peux vous annoncer, cher lecteur, après un échange avec NEOVACS, que le protocole de l’étude n’est pas encore finalisé et que les résultats sont donc attendus pour 2014. Il est intéressant de noter que NEOVACS semble abandonner le créneau des patients résistants aux anticorps anti-TNF alpha, puisqu’ils sont exclus de l’étude de Phase IIb. NEOVACS se ferme donc la porte au marché de nombreux patients devenus résistants au bout d’un certain temps de traitement aux anti-TNF.

Néanmoins, suite à l’échec relatif de l’étude IIa TNF-kinoïde dans la maladie de Crohn, avec des non-réponses au kinoïde de patients ayant des taux résiduels d’anticorps anti-TNF alpha présents dans le sang (voir la série d’articles de mon collègue Sacha Pouget), il semble que NEOVACS aie décidé « d’assurer le coup » en éliminant cette population de patients…

• Pourquoi je crois (toujours) au potentiel de NEOVACS

Le cours de Bourse ne s’est jamais remis de la déception du résultat dans la maladie de Crohn fin mai 2012 (cf. mon précédent article : comment réagir après le massacre de NEOVACS) et flirte avec ses plus-bas. Dans le même temps, la confiance des investisseurs est toujours là, comme le prouve le succès de la levée de fonds. Les discussions sont en cours avec des industriels pharmaceutiques pour un éventuel financement d’une étude de Phase III dans le TNF-kinoïde, preuve que le concept n’est absolument pas remis en cause.

Il me semble donc raisonnable de se positionner sur cette valeur pour anticiper les effets d’annonce : un succès clinique dans l’étude de Phase IIb et un éventuel partenariat avec un industriel. Bien évidemment, le cash disponible de NEOVACS fond come neige au soleil et il est urgent qu’une big pharma choisisse d’épouser ce projet. Seul une big pharma possède le financement et les compétences pour faire accéder la technologie kinoïde au marché.

C’est bien là le risque majeur dans ce pari !

Mais compte tenu du marché potentiel, de la qualité du projet scientifique, du soutien des investisseurs, je reste très confiant sur la capacité de NEOVACS à générer de la valeur.

eliasroth
eliasroth

Laissez un commentaire