NEOVACS : analyse concurrentielle dans Crohn

Rédigé le 7 novembre 2012 par | Biotechs et Medtechs, Mid et Small Caps Imprimer

______________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

Découvrez la nouvelle lettre confidentielle d’Eric Lewin !

Sur BFM, il lui est impossible de révéler certaines informations sans risquer de provoquer de forts mouvements boursiers… Pourtant, il a à sa disposition des données essentielles qui pourraient vous permettre de profiter de ses meilleures opportunités et viser des plus-values exceptionnelles !

Désormais, vous pouvez en profiter en exclusivité et surtout, en toute confidentialité – pour des opportunités beaucoup plus explosives ! Continuez votre lecture…

Vous le savez, la biotech française NEOVACS (FR0004032746) est en train de développer un traitement pour la maladie de Crohn (une maladie inflammatoire intestinale). La société va publier dans les prochaines semaines des résultats cliniques de Phase II, très attendus par le marché qui a besoin d’être rassuré sur le titre qui a été extrêmement volatil ces dernières semaines.

Alors que plusieurs concurrents sont déjà sur le marché, des biotechs concurrentes avancent aussi dans leur programme pour traiter cette maladie.

Une opportunité de marché de plusieurs milliards pour NEOVACS

D’après la revue Drug Pipeline Analysis and Market Forecasts, le marché de la maladie de Crohn sera de 2,1 milliards de dollars en 2015. Une opportunité commerciale très importante pour les sociétés qui sont impliquées dans le traitement de cette maladie.

A l’heure actuelle, le marché est dominé par un leader, JOHNSON & JOHNSON, avec son Remicade (infliximab). Suivent l’Entocort EC (budesonide) d’ASTRAZENECA, l’Enbrel (etanercept) d’AMGEN/PFIZER, le Tysabri (natalizumab) de BIOGEN IDEC, le Humira (adalimumab) d’ABBOTT et le Cimzia (certolizumab) d’UCB.

En ce moment, sept composés qui sont au moins en mid stage (en Phase II) sont en cours de développement dans le traitement de la maladie de Crohn, selon le courtier Edison (vous pouvez retrouver cette étude sur le site de NEOVACS). Le courtier a cependant oublié de mentionner deux biotechs : il s’agit d’ACTIVE BIOTECHS et de CORONADO. Or ces petites sociétés pourraient bien changer la donne et apporter un changement de paradigme dans le traitement de cette maladie. Il s’agit de biotechs cotées, qui se livrent une bataille féroce. On le comprend, au vu de l’opportunité de marché !

Dans cet environnement compétitif, quel est l’enjeu pour NEOVACS ? A quoi faut-il s’attendre pour bien juger les prochains résultats dans Crohn ?

Comparaison des résultats d’étude de Phase II

Les biotechs qui sont impliquées dans Crohn sont : la Française NEOVACS, la Suédoise ACTIVE BIOTECH, l’Allemande 4SC et l’Américaine CORONADO. Voici une comparaison des résultats cliniques qui ont jusqu’alors été publiés :

NEOVACS (résultats à la 12e semaine) – résultats de Phase IIa de juin 2012 :

  • taux de réponse clinique : 76% des patients ont présenté une réponse significative ;
  • taux de rémission clinique : 43% de rémission au cours de la période d’étude.

4SC (cohorte de 34 patients ; résultats à la 12e semaine) – résultats de Phase IIa de février 2011 :

  • taux de réponse clinique : 88,5% des patients ont présenté une réponse significative ;
  • taux de rémission clinique : 53,9% de rémission au cours de la période d’étude.

ACTIVE BIOTECH/TEVA (cohorte de 45 patients ; résultats à la 12e semaine) – résultats de Phase IIa d’octobre 2012 :

CORONADO (cohorte de 21 patients ; résultats à la 24e semaine) – résultats de Phase II d’août 2012:

  • taux de réponse clinique : 79,3% des patients ont présenté une réponse significative ;
  • taux de rémission clinique : 43,3% de rémission au cours de la période d’étude.

A la lecture des résultats présentés jusqu’alors dans le traitement de la maladie de Crohn, il apparaît que NEOVACS est bien positionnée avec :

  • un taux de réponse significatif (76%) comparé à ACTIVE BIOTECH (62%), mais CORONADO et 4SC ont fait mieux (79% et 88%) ;
  • un taux de rémission (43%) équivalent à CORONADO (43%) mais qui reste inférieur à celui d’ACTIVE BIOTECH (48%) et de 4SC (54%).

Pour ces quatre sociétés, les résultats sont donc positifs et pourraient même être améliorés. Chacune d’entre elle a par exemple apporté des avantages significatifs au produit développé par la Big Pharma ABBOTT (cohorte de 79 patients ; résultats à la 18e semaine) – Résultats de Phase II novembre 2004:

  • taux de réponse clinique: 69% des patients ont présenté une réponse significative ;
  • taux de rémission clinique: 38% de rémission au cours de la période d’étude – aucune statistique significative sur la rémission au cours de la période d’étude (vs placebo).

On peut estimer qu’un même taux de rémission à 38% serait compliqué pour NEOVACS, qui n’a pas la même envergure qu’ABBOTT. Il faudrait aussi que la biotech puisse apporter un taux de réponse clinique supérieur à 70%.

Les suites chez les concurrents

A la lumière de ces résultats, deux concurrents NEOVACS vont commencer des études de Phase III.

CORONADO (CNDO) va commencer une nouvelle étude dans Crohn prochainement. Environ 220 patients atteints de cette maladie seront recrutés (étude sur 12 semaines). Le critère d’évaluation principal de l’étude sera l’induction de la réponse au traitement (indice CDAI). La rémission sera le critère d’évaluation secondaire. CORONADO a précisé que « l’étude devrait être achevée au second semestre de 2013 ».

ACTIVE BIOTECH (ACTI) n’a pas précisé le futur calendrier à la suite de ses résultats. La société a simplement signalé en conclusion de leur étude que « des preuves préliminaires pour la sécurité et l’efficacité du laquinimod justifie une évaluation plus approfondie en phase II/III » (voir l’étude lors du Congrès de l’UEG). Une future étude devrait donc commencer, mais nous n’en savons pas encore les détails.

4SC (VSC) a annoncé lors de la présentation de ses résultats du 1er semestre 2012 qu’elle envisageait de commencer au début de 2013 un essai de Phase IIb avec son Vidofludimus, en précisant qu’elle recherchait un partenaire Big Pharma avant de commencer.

NEOVACS rejoindra-t-elle ACTI, VSC et CNDO pour passer à de nouvelles études ? A priori, la signature d’un partenariat est un élément qui pourrait focaliser le centre d’intérêt des investisseurs, si les résultats sont positifs. ACTIVE BIOTECH a déjà signé un partenariat avec TEVA. 4SC a annoncé être en recherche active de partenariat. CORONADO attend un partenariat fin 2013.

Nous en saurons plus pour NEOVACS dans les prochaines semaines. En cas de publication positive, la valorisation de ce composé pourrait être portée à 1,80 euro par titre selon les analystes… soit un cours situé entre 3,50 euros et 4 euros alors même que la plupart des bureaux d’analyses ont compté pour 0 ce programme à la suite des résultats de juin 2012.

Un scénario de résultats positifs supérieurs aux attentes pourrait ajouter de la spéculation, sachant que le marché serait pris de court. Réponse dans les prochains jours ! Mais du coup, voyons ce que cela peut donner d’un point de vue boursier.

Analyse Technique

Techniquement, le cours évolue principalement dans un range assez serré (2,30/2,60 euros) depuis 10 séances (rectangle en pointillés sur le graph). C’est une position attentiste. Les volumes sont d’ailleurs fortement redescendus depuis le 15 octobre – on se rappelle que l’envolée du 5 octobre était due à une note du courtier Edison qui rappelait le potentiel de la société. Le RSI est en zone neutre depuis le 24 octobre.

NEOVACS (FR0004032746)
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Le cours évolue donc en ce moment autour d’un point pivot, situé sur les 2,45 euros (retracement des 38,20% de Fibonacci). Techniquement, la prochaine résistance est située sur les 2,76 euros (retracement des 23,60% de Fibonacci, et moyenne mobile à 50 jours). L’ultime résistance à franchir sera les 3,23 euros. Le premier support est situé sur les 2,24 euros (retracement des 50,00% de Fibonacci) puis les 2,01 euros (retracement des 61,80% de Fibonacci) avec les 1,65 euro en extension.

Comme pour toute biotech, le risque est important, mais en cas de bonne nouvelle, le cours pourrait exploser très vite à la hausse… et très rapidement.

sachapouget
sachapouget

Laissez un commentaire