Neopost continue de décevoir… sauf en termes de rendement

Rédigé le 7 décembre 2015 par | Big caps, Toutes les analyses Imprimer

Décidément, les mauvaises nouvelles se succèdent pour Neopost (FR0000120560 NEO), le spécialiste français des solutions de traitement du courrier. Jugez plutôt : après avoir, fin septembre, réduit son dividende, en le faisant passer de 3,90 € à 1,70 € (-56%), voilà maintenant que le groupe du CAC Mid 60 déçoit encore les investisseurs. En cause : la publication, non seulement d’un chiffre d’affaires du 3ème trimestre en recul de 1,1%, mais aussi l’indication que seuls les objectifs de bas de fourchette de sa guidance annuelle seraient atteints… Autrement dit, l’entreprise va subir une décroissance organique de 1% sur l’ensemble de l’exercice 2015 (le haut de la fourchette allait jusqu’à 1% de croissance) et ce même si elle a aussi annoncé que sa rentabilité opérationnelle serait bien de 19,5% sur cette même période.

Cette nouvelle déconvenue a entraîné un plongeon de l’action, qui, a perdu 16% en clôture mercredi dernier. Pour ne rien arranger la performance est calamiteuse depuis le début de l’année : l’action a perdu plus de 50%, de plus, et ce qui est bien pire, les gérants semblent délaisser le titre les uns après les autres.

le cours de Neopost  FR0000120560 NEO au 77 décembre 2015

Plus que jamais depuis la disparition progressive de la rente postale, le groupe a à se réinventer, à trouver un nouveau modèle. Confronté à la chute de l’envoi de courriers et à l’envol du e-commerce, la société doit opérer un recentrage sur la logistique et le traitement des colis.

A Présent, il me semble que la purge sur NEOPOST  devrait s’assécher : les ratios de valorisation sont faibles avec, par exemple, un PER de seulement 6, une Ve/roc de 7. La bonne nouvelle, c’est que le rendement passe à 8% suite à la baisse du cours…

Ainsi, même avec la chute du dividende, la société reste rentable et offre encore un rendement de 8%, ce qui est énorme. Il est également évident que la chute de 55% de l’action depuis le début de l’année peut donner des idées à certains : le capital de Neopost est très atomisé avec par exemple un flottant de 73,4% et un premier actionnaire First Eagle, possédant seulement 10% du capital. Dès lors, pour moi, la société figure en première place quand il s’agit de citer des entreprises pouvant faire l’objet d’un changement de contrôle par OPA.

 

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire