Ne faites pas du rendement une stratégie d’investissement

Rédigé le 21 octobre 2014 par | Apprendre la Bourse, Toutes les analyses Imprimer

Des taux monétaires proches de 0, des taux obligataires à des niveaux historiquement faibles sur fond de crainte de déflation… Jamais certains placements n’auront rapporté si peu. Ne cherchez pas plus loin la hausse des marchés actions et, évidemment, de celles qui offrent un solide rendement. Et, croyez-moi, cher lecteur, on en trouve encore parmi les valeurs françaises. Le rendement du CAC 40 est actuellement de 3,2%, ce qui offre bien sûr d’énormes pistes d’investissement.

Depuis 4 ans, les entreprises du CAC 40 versent environ 46% de leurs bénéfices à leurs actionnaires. C’est le fameux pay out ratio. Un niveau élevé mais qui se justifie par le fait que, bien souvent, il est bien difficile d’investir dans un environnement économique des plus moroses.

Rendre l’argent à ses actionnaires permet de les fidéliser et de ne pas se lancer, par exemple, dans de coûteuses constructions d’usines ou autres opérations de croissance externe.

Attention toutefois, cette logique du rendement ne s’applique pas vraiment au monde des small et mid caps. En effet, en investissant sur ces compartiments, les gérants jouent surtout une niche porteuse ou un marché promis à un avenir radieux. De plus, les petites et moyennes entreprises sont beaucoup plus réactives quant à leur politique de dividende – notamment quand elles sentent que la conjoncture économique les rattrape. Ne disposant généralement pas d’une trésorerie pléthorique, elles ne peuvent pas se permettre de continuer à récompenser leurs actionnaires si leur rentabilité se replie.

L’exemple de PagesJaunes (FR0010096354) est symptomatique… Cette société a habitué des années durant ses actionnaires à de forts rendements. Et pourtant, elle a brutalement décidé de suspendre son dividende en raison d’une situation financière extrêmement délicate. Et il ne s’agit pas là d’un cas isolé. Les exemples sont légion. C’est le cas de Toupargel (FR0000039240), ce spécialiste des surgelés qui a décidé de se passer de distribution pour pouvoir se remettre en ordre de bataille dans un secteur ultra-concurrentiel.

En fait, il faut bien comprendre que le dividende n’est jamais un parachute à la baisse des cours de Bourse. En effet, le seul parachute à la baisse des cours de Bourse c’est le profit dégagé par les entreprises et en aucun cas le bénéfice distribué aux actionnaires. C’est un principe de sage gestion que vous devriez vraiment respecter sous peine de graves déconvenues et de fortes moins-values.

Mots clé : -

Eric Lewin
Eric Lewin
Rédacteur en Chef de La lettre PEA et Mes valeurs de Croissance

Journaliste pour BFM Business et dans d’autres médias… conseiller pour un fonds Small Caps chez CFD Asset Management… responsable de la salle de marché chez EuroLand Finance… consultant pour dirigeants d’entreprise…

Le parcours professionnel d’Eric Lewin est tout simplement remarquable – et représente un atout considérable pour vos investissements : un carnet d’adresses rempli, l’expérience de la réalité des publications de résultats, de la manière dont les « insiders » et les institutionnels fonctionnent…

Cette expérience multi-facettes lui permet de lire entre les lignes des marchés – et de révéler aux lecteurs de La lettre PEA des conseils de tout premier ordre pour se constituer un PEA alliant solidité… et économies d’impôts !

En savoir plus sur La Lettre PEA et Mes Valeurs de Croissance.

Laissez un commentaire