Pari osé : vendez le Nasdaq en pleine montée !

Rédigé le 25 février 2011 par | Autres indices Imprimer

Fondateur de l’Institut de la Bourse

Le S&P 500 est maintenant passé par une phase de hausse de 10% par rapport à son sommet du 23 avril 2010. Historiquement, il est payant d’aller à l’inverse des autres en Bourse comme je vous l’avais expliqué le 4 juin 2010.

Oui, mais quelle est la meilleure stratégie pour jouer la baisse ?

Vous pouvez acheter des contrats sur le QQQQ (ETF du Nasdaq 100) afin de profiter de la baisse possible. En revanche, il est important de gérer les risques d’une telle position dans un environnement qui pourrait devenir très vite volatil. Je préfère donc toujours limiter les risques contre une hausse supplémentaire de 10% des cours à travers un spread diagonal — c’est-à-dire l’achat combiné de puts à long terme et de vente de puts à court terme. Je vais vous montrer un trade que j’ai réalisé en utilisant le spread diagonal. Mais avant, voyons le contexte.

Tout le monde attend le retour de la volatilité
Depuis quelques mois, les traders s’impatientaient du retour de la volatilité qui a montré des petits pics de hausse sans grande force. Depuis deux jours, ça y est ! Enfin il se passe quelque chose !

Je sais que mes collègues vous en ont déjà parlé mais en regardant le VIX (l’indice de volatilité) et l’ETF de l’indice large de la Bourse américaine, le SPY, la volatilité était jusqu’alors proche d’un niveau historiquement très bas de 15 avec un S&P proche des 1 350 points. La volatilité était déjà à ce niveau en avril 2010 quand le S&P était à 1 200 points !

Graphique de l'indice VIX, révélateur de volatilité
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Cette divergence nous donnait déjà une indication claire : le marché n’anticipait pas une hausse aussi importante que ce que l’on voulait bien nous faire croire. J’ai donc décidé de jouer la baisse d’un titre (ce qui me permet en outre de couvrir mon portefeuille), en prenant bien garde à verrouiller mes risques.

Dans le contexte actuel, faire mieux avec moins de risque, c’est possible !
Pour illustrer au mieux cette stratégie protectrice, voici un récent exemple de ce qu’est un spread diagonal.

L’idée de cette stratégie est de voir une valeur descendre — ou du moins ne pas trop bouger — tout en maîtrisant les risques liés à l’incertitude des marchés et au mauvais timing que nous pourrions avoir.

Apparemment, mon timing a été mauvais sur ce coup-ci puisque la position a été prise le 2 février et depuis le titre a grimpé de 10% alors que je jouais la baisse.

Comme je l’ai dit précédemment, il est important de protéger votre portefeuille contre une hausse de ce type et c’est pour cette raison que nous utilisons un spread diagonal (combinaison d’achat de puts/vente de puts).

Le graphique ci-dessous vous montre l’évolution de DISH (société cotée au Nasdaq) au moment de la transaction le 2 février 2011. Plutôt que de vendre 1 000 DISH à 21,75$ — ce qui m’aurait fait dépenser 21 750$ ­- j’ai acheté 10 puts 25 à expiration janvier 2012 pour 4,50$ par contrat, et j’ai vendu en même temps 10 puts 22 à expiration mars 2011 pour 1,15$ par contrat.

Dans ce cas précis, avec cette stratégie, ma dépense est la différence entre l’achat et la vente soit 3,35$ par contrat donc 3 350$ d’investissement. Cela coûte 7 fois moins cher d’utiliser les options pour ce scénario… Et il y a encore un autre avantage : notre seuil de rentabilité est amélioré de 15%. Vous allez voir.

Graphique de la valeur DISH, cotée au Nasdaq
Pour agrandir le graphique, cliquez dessus

Réduire les risques : toujours l’obsession d’avoir un risque zéro
Je me répète : un des points communs de tous les traders à succès est principalement dans la gestion des risques : tous ont appris à contrôler leurs pertes et cherchent à gérer leurs risques au lieu de penser aux profits qu’ils pourraient dégager en employant telle ou telle méthode soi-disant gagnante. Les profits viennent d’eux-mêmes…

C’est aussi pour cette raison que mon travail à chaque investissement est d’approcher le risque zéro à terme. C’est ce que vous faites avec vos investissements immobiliers : si vous achetez un appartement à 500 000 euros et que vous le louer 2 000 euros par mois, il vous faut un peu plus de 20 ans pour arriver au point mort, où vous n’avez plus de risque sur votre investissement de départ. En Bourse, c’est pareil — sauf qu’il ne faut pas attendre 20 ans.

Regardez bien les tableaux suivants, ils vous montrent l’évolution des coûts, profit maximum et de la perte maximale au fur et à mesure que le temps passe pour une vente de 1 000 titres DISH comparée au spread diagonal :

– Vente 1 000 titres DISH

Vente de 1000 titres de DISH

– Diagonal spread sur DISH

Diagonal spread sur DISH

En vendant les actions DISH nous perdrions 10%, ici nous ne perdons rien pour l’instant… Vous avez bien lu : si j’avais vendu à découvert les titres DISH, je serais en train de perdre près de 2 000$. Alors qu’en créant cette stratégie avec les options, d’une part je réduis mon investissement par 7 à 3 350$ au lieu de 21 750$, et en plus je ne perds pas d’argent tant que le titre ne dépasse pas 24$.

Les calculs pour arriver à ce chiffre de 24$ ne sont pas secrets. Il faut juste connaître les bases de la volatilité et de quelques variables. Cela prendrait beaucoup de temps en explications dans cet article dont ce n’est pas l’objectif premier.

Apprendre à utiliser les produits financiers qu’emploient au quotidien les meilleurs traders au monde — ceux du Chicago Board Options Exchange — vous donnera un avantage certain. N’hésitez pas à me contacter à formation@institutdelabourse.fr si vous souhaitez recevoir un exemplaire gratuit de La Lettre des Options, dans laquelle je vous explique cette stratégie.

Mots clé : - -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Laissez un commentaire