Nasdaq : The Wall (le mur)

Rédigé le 27 août 2009 par | Autres indices Imprimer

Les marchés actions ont repris pas moins de 20% en un mois, plus de 40% pour le CAC en moins de 6 mois, et 60% pour le Nasdaq auquel je vais m’intéresser aujourd’hui. C’est du jamais vu sur un rebond à moyen terme, même après un krach majeur. Après le point bas de mars 2003, il avait fallu plus de 15 mois pour reprendre autant de terrain !

◊ Depuis mars, la situation s’est-elle pour autant améliorée ? Sur le plan économique, il est permis d’en douter. Certes, nous avons certainement, grâce à l’action des Banques centrales et des gouvernements, évité le pire, et la confiance est peu à peu revenue sur les marchés, mais elle reste fragile.

En effet, cette hausse à court terme des marchés ne doit pas nous faire oublier que nous sommes toujours dans une crise économique majeure, la pire depuis trois générations. Le chômage continue d’augmenter, actuellement à 9.4% aux Etats-Unis, avec 247 000 demandeurs d’emploi supplémentaires en juillet — les pires chiffres depuis 26 ans pour l’Oncle Sam.

Les faillites bancaires, même si les médias en parlent beaucoup moins ces dernières semaines, continuent à se multiplier outre-Atlantique, à l’image de celle de la Colonial Bank, pour 25 milliards de dollars, tout récemment.

Les ventes au détail ont reculé de 0.1% et de 0.6% hors automobile, sponsorisées par des primes la casse comme en Europe. Mais le secteur résistera-t-il lorsqu’il ne sera plus subventionné ?

Enfin, sur le front de l’immobilier, la situation est plus contrastée. Les défauts de paiement ont enregistré un nouveau pic, avec 355 000 au mois de juillet, en hausse de 32% sur un an, avec autant de drames. Toutefois, comme les marchés l’ont anticipé : ce sont peut-être les derniers, et la tendance semble s’inverser, certains signes ne trompent pas. Les ventes de logements neufs ont ainsi augmenté en juin de plus de 11%, la plus forte hausse depuis 2000, et les stocks de logements sont à leur plus bas depuis 11 ans, preuve que nous avons probablement touché le fond dans ce domaine.

Le Nasdaq : un indice pas comme les autres Les marchés ont donc, depuis six mois, anticipé une reprise économique forte, après une forte récession,et un des indices qui anticipe le plus les tendances est celui des valeurs technologiques américaines : le Nasdaq. Il existe deux indices Nasdaq, le 100, composé de 100 valeurs technologiques, et le 500, dit « composite », plus large, et qui intègre également des valeurs d’autres secteurs, comme son nom l’indique.

Les marchés ont donc, depuis six mois, anticipé une reprise économique forte, après une forte récession,

Les deux sont intéressants à étudier pour anticiper les tendances. Plus volatils que les indices de valeurs industrielles, ils ont également des tendances plus marquées. Leur évolution est quasi identique, même si leur composition diffère. Nous allons aujourd’hui étudier le Nasdaq 100, dont je vous présente ci-dessous un graphique en données journalières.

Nasdaq en données journalières

Techniquement, nous voyons que la tendance reste toujours baissière, les cours étant coiffés par une ligne de résistance oblique descendante depuis octobre 2007, à 1 670 points actuellement. On notera donc que le top sur l’indice Nasdaq s’est fait un peu plus tard que sur les autres indices (juin 2007), contrairement à celui de 2000 par exemple. Cela s’explique très simplement par le fait que la crise est cette fois-ci avant tout une crise immobilière et financière, composantes que l’on ne retrouve pas dans le Nasdaq 100 que nous étudions ici, et de façon beaucoup plus marginale dans le Nasdaq 500 que dans les indices « classiques ».

Par contre, on notera qu’il était intéressant de regarder les relations inter-marchés lors des points bas de mars, puisque justement le Nasdaq est un des rares indices, contrairement au CAC, Dax, ou Dow ou S&P, par exemple, à ne pas avoir cassé en mars dernier son point bas de novembre 2008. Qui plus est, ce dernier point bas s’est fait en divergence baissière sur le RSI 14 jours présenté ci-dessus, le RSI refusant de suivre les cours à la baisse, signe de force supplémentaire.

Un mur de résistances à dépasser Mais revenons à la situation actuelle. Après un rebond de 60% depuis les points bas de mars dernier, nous sommes désormais dans une zone très importante pour le moyen terme, proche de notre résistance des 1 670 points. La dernière fois que nous nous sommes approchés de cette résistance oblique, un certain 15 août 2008, il y a un an, la réaction à l’approche de cette résistance a été très violente. Il faut donc aujourd’hui s’en souvenir.

D’autant plus que celle-ci constitue un véritable mur pour les opérateurs dans les jours qui viennent, puisqu’elle se confond désormais avec l’ancien support de mars 2008 à 1 668 points, et avec le retracement de toute la baisse d’octobre 2007 à novembre 2008 à 1 629 points. On notera d’ailleurs que l’on a récemment dépassé de quelques points ce niveau à 1 634 points le 12 août, mais sans faire de clôture au-dessus.

Conclusion : baisse pour les prochains jours Les indicateurs mathématiques confirment ma conviction baissière pour les prochains jours, notamment à l’image du RSI à 14 jours, qui après avoir dépassé récemment une résistance importante à 69, est repassé en dessous, donnant un signal de baisse.

Bref, la zone entre 1 629 et 1 670 points constitue donc pour les prochains jours, voire semaines, une zone de résistance très importante pour l’indice, et celui-ci pourrait buter contre celle-ci, au moins dans un premier temps, et entamer une consolidation dans les prochaines semaines.

◊ Quels seraient alors les objectifs de cette consolidation ? Le premier niveau de support se situe clairement dans la zone des 1 500, niveau des anciens tops de juin dernier et du retracement de 23.6% du rebond à moyen terme des derniers mois, qui se situe juste en dessous à 1 488 points.

Si ce niveau était ensuite cassé dans les semaines qui viennent, les prochains objectifs se situeraient au niveau des 50% de ce mouvement à 1 324 points, puis à 1 286 points, ancien top de janvier et février 2009 qui sera désormais un fort niveau de support pour les mois à

Mots clé : -

Sebastien Duhamel
Sebastien Duhamel

Laissez un commentaire