Agences de notations, demain tous en rehab’ ?

Rédigé le 14 juillet 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Par Vanessa Popineau, pour la Rédaction

Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch Ratings… « les agences de notation n’ont jamais autant été sur la sellette« . C’est en ces termes que débute le sixième rapport de l’Autorité des marchés financiers (AMF) sur les agences de notations publié vendredi dernier. Et Jean-Pierre Jouyet, le président de l’AMF, de rajouter « leur responsabilité dans la crise du subprime a été mise en exergue. Aujourd’hui, c’est le rôle amplificateur de leur notation de la dette souveraine et le calendrier de leurs annonces qui prêtent à polémique […]. Pour l’AMF, la priorité doit être la désintoxication à la notation« .

Bien qu’incisifs, ces propos de l’AMF sont bien trop proprets à mon goût. Que nous apprennent, en sous-texte, ces courts mais déjà très éloquents verbatim ? Eh bien que le triumvirat de la notation financière n’est, au final, qu’une bande de petits mercenaires qui empoissonne — au gré de leurs dégradations — les places financières. Donc effectivement je vous l’accorde, nous avons plus que jamais besoin d’une bonne cure de desintox’. Il nous faut une rehab en bonne et due forme.

Bon c’est bien tout ça mais finalement ça ne nous apprend pas grand-chose et, d’ailleurs, ce n’est pas la première fois que les agences de notations financières sont ainsi pointées du doigt. Ce qui m’amène à me poser quelques questions. Pourquoi les fustiger maintenant ?

Tenez faisons un petit état des lieux de l’actualité financière de ces dernières semaines…

Sur le front européen rien de nouveau, la crise du risque souverain suit son cours… donc rien de très intéressant puisque les marchés ont déjà plus ou moins intériorisé ce paramètre.

Donc, une fois n’est pas coutume, la Zone euro n’y est pour rien. Et pourtant il y a eu récemment deux nouvelles qui ont eu l’effet d’une bombe sur les places financières mondiales : les croissances américaine et chinoise ont été revues à la baisse.

Et c’est précisément la question qui me turlupine aujourd’hui… les inquiétudes portant sur la santé économique des Etats-Unis. J’en reviens donc au risque souverain. Comme l’expliquait récemment Cécile Chevré en reprenant les craintes de Jérôme Revillier notre spécialiste du Forex dans les colonnes de la Quotidienne de MoneyWeek :

« Les inquiétudes sur l’endettement des Etats sont progressivement en train de traverser l’Atlantique. Ce n’est qu’un juste retour des choses : l’Europe est dans le collimateur des marchés et des agences de notations et ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne se tournent vers les Etats-Unis et leur déficit record. »

A quand la dégradation des Etats-Unis par les agences de notation ? Comme l’explique à juste titre Dr. Eberhardt Unger sur le site de MoneyWeek, « au regard des critères de classification de solvabilité et du risque pays, les Etats-Unis ne font guère mieux que la Grèce et devraient, objectivement, être déclassés de la même manière. Ainsi les critiques se lèvent de plus en plus envers les agences de notation, soupçonnées de vouloir avantager, selon des critères subjectifs, les Etats-Unis pour préserver leur économie des effets néfastes de la crise ».

Le rapport de l’AMF arrive à point nommé… en conséquence, je me pose deux questions totalement opposées.

  1. Si les agences de notations tentent réellement de protéger les Etats-Unis, le discrédit ainsi jeté par l’AMF fracassera-t-il les remparts de l’intouchable Amérique ? Assisterons-nous à un prochain déclassement du pays… et plus loin un fiasco boursier ?
  2. A l’inverse cela n’est-il pas une manoeuvre bien ficelée pour justement protéger les Etats-Unis — entre autres — de la dégradation à l’heure où de nouvelles agences de notations telles que la chinoise Dagong commencent à s’intéresser fortement aux crédits souverains occidentaux ?

Publié dimanche dernier, le premier rapport Dagong n’a pas vraiment le même point de vue que ces consoeurs occidentales et bizarrement cette première chinoise a été peu relayée dans la presse française…

Selon ses propres dires l’agence espère ainsi briser le monopole « Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch Ratings »… Tirera-t-elle son épingle du jeu ou pâtira-t-elle, elle aussi, de la cure d’assainissement prônée par le gendarme financier français ? Affaire à suivre…

Mots clé : - - -

2 commentaires pour “Agences de notations, demain tous en rehab’ ?”

  1. Pour aller plus loin sur la Chine et les agences de notation, je vous invite à lire un récent article de Bill Bonner dans La Chronique Agora du jour : le temps de l’Asie est venu. Qu’en est-il du temps de l’Occident ?
    Je vous laisse sur un petit extrait : http://www.la-chronique-agora.com/articles/20100715-2897.html
    Ce qui nous amène à une nouvelle manière pour la Chine d’affirmer son nouveau pouvoir. Elle a déterminé que Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s sont biaisés en faveur de l’Occident. Sa propre agence de notation vient d’annoncer une nouvelle manière d’évaluer la solvabilité des gouvernements mondiaux. Selon elle, les Etats-Unis viennent d’être abaissés d’un échelon. Idem pour la France, la Grande-Bretagne et la plupart des autres pays occidentaux…
    Bonne lecture !

  2. le fait marquant c’est la notation de l’agence Dagong ! si on admet que l’acheteur numéro 1 d’obligations d’état occidentales est la Chine, alors il est assez instructif de mesurer l’appréciation que les chinois ont de nos dettes et de nos capacités à les rembourser…..on a lancé l’idée d’une agence pro-gouvernementale européenne mais ce sont les émergents qui risquent de nous surprendre à ce jeu ! 🙂

Laissez un commentaire