Leçon n°1 sur le money management

Rédigé le 11 novembre 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Fondateur de l’Institut de la Bourse

Je le dis et le répète souvent lors de mes intervention, le money management est la clé de voute à tout votre succès boursier. Si vous faites des gains réguliers mais que vous n’avez aucun money management (ou un mauvais money management), vous pouvez très bien finir en perte à la fin de l’année. Pas de panique, il y a quelques règles simples à appliquer, et un mécanisme à bien comprendre. Je vous explique.

Revenons d’abord sur la notion de drawdown. Grosso modo, ce terme un peu barbare représente la perte maximum que peut subir votre capital de départ au cours des différents trades que vous réalisez. Il s’agit donc de mesurer le risque maximum que vous encourrez afin d’élaborer une stratégie compensatoire.

Il est important de vous souvenir du tableau du drawdown.

Pour un portefeuille de 100 000$ :

Tableau: DrawdownCliquez sur l’image pour l’agrandir.

Il suffit de regarder ce tableau pour avoir une idée de combien il faut pour se refaire en pourcentage de capital, une fois un drawdown ou une perte concrétisée. Par exemple, pour une perte de 50%, il vous faut faire 100% de gain si vous souhaitez revenir au point initial.

Lorsqu’on risque trop et qu’on perd trop, les chances de revenir au capital de départ sont vraiment minces. Si un portefeuille de 100 000$ enregistre une perte de 5%, le capital restant est de 95 000$. Il faut donc réaliser 5,3% de gain pour revenir au capital initial.

Il est donc primordial de bien réguler toutes ses pertes c’est-à-dire apprendre à bien faire son money management.

Exemple numéro 1 : le market maker
Prenons l’exemple d’un market maker — un market maker est celui qui encaisse les spreads à chaque transaction. Dans l’exemple numéro 1 il prend 2,5 pips par trade (graphique).

Graphique: Exemple 1

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Son problème est le suivant : s’il y a un mouvement très fort, par exemple de 40 pips (graphique) puis une chute de 40 pips, ce type de mouvement lui sera fatal. Il peut perdre jusqu’à 10 fois ce qu’il était en train de gagner (soit 2,5 pips dans l’exemple).

Par conséquent, personne ne voudrait d’un système comme celui-ci : risk/reward 10/1, à savoir quand vous gagnez, vous gagnez 10$ et quand vous perdez, vous perdez 100$. Pourtant, sachez que le métier de market maker est l’un des plus profitables en Bourse, celui qui gagne le plus d’argent. Voici pourquoi.

Pour 100 trades réalisés avec un système de market maker :

– 95 trades sont des petits gains rapides (2,5 pips);

– 5 trades consitutent d’énormes pertes dues à des mouvements contraires très volatiles.

Ce qui donne en pratique :

– 95 trades gagnants X moyenne de 25$ = +2375$ ;

– 5 trades perdants X moyenne de 250 $ = -1 250$.

>> Résultat net = 1125$ de gain.

Exemple numéro 2 : le trader de position
Maintenant prenons l’exemple d’un trader de position qui prend une position soit à la hausse soit à la baisse.

Graphique: Exemple 1


Il choisit une direction de marché et surtout il protège toutes ses positions avec des ordres stop. Il faut savoir que le taux de réussite moyen d’un trader de position est de 30% : il gagne en moyenne moins d’une fois sur trois.

Pour 100 trades réalisés avec un système de 30% de réussite d’un trader de position :

– 70 trades sont des pertes sèches mais qui restent faibles grâce à l’utilisation des stops ;

– 20 trades sont des gains modérés ;

– 10 trades sont de gros gains gagnants.

Ce qui donne en pratique :

– 70 trades perdants X moyenne de 40$ = -2 800$ ;

– 20 trades gagnants X moyenne de 80$ = +1 600$ ;

– 10 trades gagnants X moyenne de 200$ = + 2000$.

>> Résultat net = +800$ de gain.

Maintenant je vous pose une question. Un système de trading qui perd 8 fois sur 10 est-il à rejeter ? Bien évidemment, ma réponse est non. Mais cela je vous l’expliquerai la prochaine fois. En attendant n’hésitez pas à me partager vos réflexions à la-redaction@publications-agora.fr.

Mots clé : -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

2 commentaires pour “Leçon n°1 sur le money management”

  1. peut on dire qu’un market maker et le trader de position sont des fonctions du marchés .qui font la routine de chaque jour comme une subroutine d’un algorithme.
    cordialement

  2. […] mon dernier billet je vous avais laissé sur la question suivante : un système de trading qui perd 8 fois sur 10 […]

Laissez un commentaire