Leçon n°2 sur le money management

Rédigé le 12 novembre 2010 par | Apprendre la Bourse Imprimer

Fondateur de l’Institut de la Bourse

Dans mon dernier billet je vous avais laissé sur la question suivante : un système de trading qui perd 8 fois sur 10 est-il à rejeter ? C’est une question que je pose régulièrement aux participants de mes conférences et séminaires. La réponse est non s’il gagne en moyenne 4 fois sur 10 plus qu’il ne perd.

Posons-nous le problème autrement : un système de trading à 1 000 euros par trade qui perd 1 500 euros par trade est-il bon à rejeter ? Eh bien la réponse est toujours non s’il gagne plus de 3 fois sur 5.

Quel système de trading préférez-vous ?
Quand, lors de séminaires ou de conférences à New York, Paris, Milan, Londres ou Sydney, je pose la question de savoir quel type de gain mes interlocuteurs préfèrent, voici leur réponse.

– Je préfère gagner 2$ 8 fois sur 10 ;

– Je préfère gagner 5$ 5 fois sur 10 ;

– Je préfère gagner 20$, 2 fois sur 10.

La réponse la plus courante que mes font mes interlocuteurs est, à 90%, qu’ils préfèrent gagner 2$, mais 8 fois sur 10. En conclusion, les investisseurs particuliers, les traders comme vous, préfèrent donc réaliser des petits gains mais très souvent.

Maintenant si je pose le problème autrement et que j’intègre les trois possibilités de réponses suivantes :

– 2$ toutes les 15 minutes ;

– 5 $ toutes les 30 minutes ;

– 20$ toutes les heures.

Que choisissez-vous ? Posé comme cela, ça ne résonne pas pareil, n’est-ce- pas ? Pourtant les deux types de propositions sont équivalents. En effet, gagner 2$ 8 fois sur 10 font bien 2$ toutes les 15 minutes : 5$ 5 fois sur 10 font bien 5$ toutes les 30 minutes et 20$ 2 fois sur 10 font bien 20$ toutes les heures.

Lorsque l’on parle Bourse, les réponses sont différentes selon la formulation que vous proposez. Mais revenons au money management et notamment aux trois manières de le calculer.

[Ndlr : le service sur les Turbos de Sébastien Duhamel enregistre 62% de trades gagnants depuis le 1er février, pour une performance moyenne (gains et pertes confondus) de 9,56%, sur une durée moyenne de détention de 13 jours. Il n’y a aucun doute, Sébastien propose un service des plus performants. Pour en bénéficier, inscrivez-vous ici]

Leçon numéro 1 : n’écoutez pas votre banquier !
Pour calculer le money management, il existe tout d’abord ce qu’on appelle une unité par trade. Cela vient de ce que nous ont toujours dit les banquiers : pour une bonne diversification, il faut diviser son capital en parts égales.

Par exemple, pour un portefeuille de 100 000 euros, il faudrait diviser ce capital par ligne équi-pondérées. Je vais vous expliquer pourquoi c’est une bêtise — pardon messieurs les banquiers ! Prenons le cas de titres comme Danone et Alcatel. On sait que Danone est moins volatil qu’Alcatel donc si je prends une position sur Danone et que j’investis 10 000 euros et que mon stop est à 5%, j’accepte de perdre 5% de ces 10 000 euros soit 500 euros.

En revanche, si je prends une position sur Alcatel en investissant 10 000 euros, mon stop va être de 20% puisqu’Alcatel est plus volatil, c’est-à-dire que je vais risquer de perdre 2 000 euros. Conclusion : je vais risquer de perdre 4 fois plus d’argent sur Alcatel que sur Danone à cause du stop.

Alors me direz-vous, pourquoi ne pas déplacer le stop ? Certainement pas car si on le déplace alors qu’Alcatel est très volatil, il y a de grands risques que le stop soit exécuté. Il faut absolument rééquilibrer les montants.

Leçon numéro 2 : choisissez le bon mode de calcul et maîtrisez vos risques
Vous pouvez également calculer le money management au moyen d’un autre type de calcul : le pourcentage au capital. Il s’agit de calculer un pourcentage de risque pour chaque position. Par exemple, sur un capital de 50 000$, fixez-vous un pourcentage de 0,5% (soit 250$) de risque pour la première transaction. Si vous gagnez, augmentez votre risque en dollar, soit 50 250$ à 0,5%. Si vous perdez, réduisez votre risque. Je précise que ceci n’est pas valable à long terme pour les systèmes avec un taux de réussite inférieur à 50%.

Enfin, une dernière façon de calculer le money management est de déterminer un montant fixe du risque. A chaque fois, avant d’agir sur le marché, déterminez une perte potentielle maximale équivalente à chaque transaction, par exemple 200$. Imaginons un signal d’achat sur l’euro/dollar : vous voulez en acheter ; avant d’acheter, calculez le cours de votre stop :

Le cours d’entrée – le cours stop = risque en $ par position (soit mon risque total de 200$) divisé par le risque en $ par position = le montant de la transaction.

En conclusion, le bon calcul serait de choisir un pourcentage de risque par transaction sur le capital de départ et d’utiliser ce montant comme risque maximum pour toute nouvelle position. Par exemple 0,2% sur 50 000$ ferait 100$ pour une période de référence écoulée.

Le mieux est d’appliquer les règles car le but du jeu n’est pas de se ruiner en misant les 100 000 euros confiés par un membre de votre famille sans respecter les règles et en se croyant plus fort que le système financier.

Il faut en tout état de cause suivre les méthodes. Un professionnel apprend tout d’abord à gérer les risques et les positions avant de maîtriser ses stratégies.

Mots clé : -

Romain De La Cretaz
Romain De La Cretaz

Un commentaire pour “Leçon n°2 sur le money management”

  1. 5$ 5/10 ce n’est pas plutôt 24$ toute les 15 minutes?
    Pour moi 5$ toute les 30 minutes revient à 5$ 4/10, je me trompe?

Laissez un commentaire