Mon coup de blues de l’année

Rédigé le 20 septembre 2011 par | Analyses indices, Big caps, Cac 40, Mid et Small Caps Imprimer

Il y a à peine plus d’un mois — ce qui me paraît une éternité — je me demandais quel allait être le prochain coup d’arrêt alors que le manque de consensus politique mettait en péril la notation AAA de la dette US.

J’étais loin de penser à un remake de 2008 — en pire pour l’indice français. Douze séances de baisse d’affilée pour le CAC 40 : du jamais vu depuis sa création… Ce qui est assez étonnant dans ce à quoi à nous assistons depuis trois ans, c’est que nous nous disons — et moi le premier à chaque fois — que le pire n’est pas sûr… Et le pire se réalise.

La fin de deux siècles de croissance

Qui aurait pu penser, alors que nous venons de commémorer les dix ans de l’attentat du 11 septembre, que les Etats-Unis se tromperaient autant lors de cette décennie et que, même si Ben Laden a été abattu, il aura finalement réussi son entreprise : déstabiliser totalement la première puissance mondiale à tel point qu’elle est devenue totalement ingouvernable. Ce pays faisait montre auparavant d’une capacité à réaliser de grandes choses au nom du « rêve américain » et du pragmatisme. Aujourd’hui, il s’agit surtout d’un pays dont le système politique est gangréné par les lobbys et l’affairisme.

Les républicains veulent tellement gagner l’élection de 2012 qu’ils semblent prêts à tout y compris replonger les Etats-Unis et le monde dans la récession afin de démontrer l’incapacité de l’administration Obama à gouverner. A ce sujet, j’ai lu un article dans le Boston Globe, de mémoire, qui retraçait l’évolution de la dette US depuis 30 ans et le gagnant est… Georges Bush ! Ses deux guerres, ses très larges baisses d’impôts accordées aux majors pétrolières et aux plus hauts revenus ont permis d’augmenter le déficit de 6,4 TRILLIONS (!!) de dollars, représentant à lui seul 44% de la hausse de l’endettement de l’Oncle Sam sur la période. Astronomique…

Dans nos chères économies développées (même si je considère que le terme « endettées » serait désormais plus approprié), cela fait deux siècles que nous vivons avec l’illusion que demain sera meilleur qu’aujourd’hui. Depuis le début des années 80, l’argent bon marché a entretenu une illusion de richesse. Ces temps sont désormais révolus et il n’existe pas de « règle d’or » qui permette de dire que le progrès est éternel.

Nous avons connu dans notre histoire des périodes troublées ; depuis dix ans nous sommes dans une de ces périodes. Les déséquilibres globaux, le comportement schizophrénique des marchés financiers, l’appétit pour le gain sans limite de la finance mondiale, le fossé qui ne cesse de croître entre riches et pauvres, le « plein chômage » dans toutes nos économies, le consumérisme à tout-va les tensions sociales qui émergent dans tous les pays, nous disent quelque chose. Que notre système est sur le point d’exploser.

Ce mois d’août nous aura permis, entre le krach et les émeutes qui ont frappé outre-Manche, d’entrevoir ce que pourrait être (ou sera ?) notre futur si nous continuons sur cette voie. Et nous savons aujourd’hui que ce futur est pourri.

Il y aura des opportunités, même dans un monde nouveau

Pessimiste moi ? Pourtant, pas de nature. J’avais cité à mes lecteurs un proverbe anglais qui dit que « l’aube n’est jamais aussi proche qu’au plus noir de la nuit ». Je veux croire, et mon expérience financière le confirme, que dans un environnement difficile, des opportunités ne manqueront pas de se présenter. Mais il faut être patient. Il faut rester solide et attendre d’avoir plus d’éléments sur le sens que va prendre l’économie.

Il est clair que les derniers chiffres publiés en France (pas de croissance du PIB en séquentiel au deuxième trimestre et une performance quasi similaire outre Rhin avec +0,1%) posent plus de questions sur la solidité de la croissance mondiale qu’ils n’apportent de réponse.

Mais il faut aussi reconnaître que la part de « l’effet Fukushima » reste également à mesurer précisément. Et de ce point de vue, la chute vertigineuse de l’indice qui mesure l’activité industrielle dans la zone de Philadelphie à -30,7 — alors que le consensus attendait une légère progression — en est en partie une conséquence. La publication de cet indice, le 18 août dernier, a provoqué d’abord l’incrédulité avant de transformer la séance en un nouveau bain de sang sur l’ensemble des places boursières occidentales (-5,5% pour le CAC 40).

Il faut savoir que la dernière fois que cet indice avait atteint ce niveau c’était en mars 2009 en pleine récession. Dès lors, le « double dip »* se présente comme étant le scénario économique le plus probable pour 2012.

_____________________Pour vous aider dans vos investissements______________________

IL N’Y A PAS QUE LES ACTIONS DANS LA VIE !

Quitter le CAC 40, les indices actions et leurs aléas pour profiter du plus grand marché financier de la planète,voilà le choix qu’ont fait un petit groupe d’investisseurs…

Résultats ? Entre le 12 juillet et le 17 août 2011 — au plus fort de la dégringolade de cet été 14 trades gagnants sur 19 positions soit 74% de réussite ! Comment est-ce possible?

C’est simple, ils suivent les conseils d’un spécialiste de ce marché : Jérôme Revillier. Et sa méthode est tout simplement impressionnante : plus de 40% de rendement en un an — avec un risque strictement maîtrisé. Cette méthode, vous pouvez vous aussi l’appliquer à votre portefeuille sans difficulté.

Alors n’attendez pas pour découvrir la stratégie Forex de Jérôme en détail.

_______________________________________

Comment en est-on arrivé là ?

Mon analyse est que le jeu très dangereux auquel les républicains se sont livrés en expliquant depuis fin juin que les Etats-Unis étaient en situation de défaut de paiement a produit ses effets dévastateurs sur la confiance des entreprises et des ménages US. C’est la seule explication à ce retournement.

Morgan Stanley a ajouté un peu plus d’huile sur le feu le matin même en abaissant sensiblement ses prévisions de croissance mondiale (3,8% en 2012 contre 4,5% précédemment) et en expliquant que l’économie mondiale était dangereusement proche de la récession. La banque d’affaires estime toutefois que si une récession intervient, elle ne sera pas de l’ampleur de 2008-2009. Mais compte tenu des faibles (voire aucune) marges de manoeuvre dont disposent les Etats pour relancer l’économie, la sortie sera probablement plus longue.

Les smalls et mid caps : l’espoir du vrai investisseur

Ce qui ne m’empêche pas de penser que les small et midcaps, de par leur capacité de réaction plus rapide et leur agilité, continueront de s’adapter. Une analyse que je ne suis visiblement pas le seul à partager puisque selon un article de Bloomberg, le fonds souverain norvégien (qui pèse quelques 400 milliards d’euros) a augmenté ses positions dans les small et midcaps européennes et notamment des pays souffrant de problèmes d’endettement structurels comme la Grèce, l’Italie, l’Espagne et… la France. Il semble que depuis la Norvège, notre beau pays est bien situé en Europe du Sud…

C’est pour cette raison que j’ai préparé, avec mes équipes, une liste de valeurs anti-crise qui doivent permettre de passer le gros temps s’il se confirme. Je me suis simplement référé à leur performance pendant la crise 2008-2009 pour sortir une liste de 20 valeurs. [NDLR : Si vous voulez accéder à l’analyse de Jean Chabru de ces 20 titres, il suffit de vous abonner à Small Caps Profits ici et vous découvrirez chaque mois les petites valeurs les plus résistantes de la crise]. L’avantage est que les sociétés n’ont pas franchement changé depuis les derniers 36 mois et que le risque qu’elles réagissent différemment m’apparaît très faible.

Tenez bon, et courage.

Jean Chabru

* Décryptage : double dip
Un double dip est un double creux. Cela se caractérise par une première chute des marchés suivie par une reprise puis une chute encore plus importante que la première.

Mots clé : - - - - -

Jean Chabru
Jean Chabru

Laissez un commentaire